Et si Notre-Dame préférait rester sans toit, à l’image d’une humanité en péril ?

Ce chef d'oeuvre de pierre et de spiritualité a-t-il vraiment besoin d’un autre toit - je veux dire un Toit Patrimonial, symbole national de "nos meilleurs savoir-faire" et orgueil d'un pays en mal de "Destin" ? A-t-elle besoin de tant d'argent, pour continuer à resplendir au coeur de Paris ? Mise à nu par le feu, n'inspire-t-elle pas la belle image de la charité dont nous avons besoin ?

L'incendie m'a ému comme des millions de gens. La beauté majestueuse de Notre-Dame me procurait, depuis des décennies, la sensation d'une présence bienveillante, maternelle, au coeur de Paris... son coeur a brûlé comme si cette Dame de pierre pleurait sur le monde. Mais grâce aux pompiers de Paris elle est restée debout... 

Aussitôt une pluie d'argent est tombée sur le ciel de Paris, faisant aussitôt polémique. Une pluie torrentielle, cela aurait peut-être aidé les pompiers à limiter les dégâts... mais une pluie d'euros, c'est une autre affaire, quand le désastre est là, et que ce désastre nous délivre peut-être un autre message ?

Cet argent que les milliardaires déposent sur le parvis, d'un claquement de doigt et d'un clic de transfert financier, a une odeur pas très spirituelle (même si ces milliardaires, après tout, agissent sans doute sous le coup d'une émotion réelle). 

Pour brouiller les petits calculs d'intérêt bien compris de cette caste et déjouer les artifices économiques du mécénat, je suggère l'idée suivante : ce magnifique chef d'oeuvre de pierre et de spiritualité a-t-il vraiment besoin de se voir reconstruire un Toit - je veux dire un Toit Patrimonial, symbole national de "nos meilleurs savoir-faire" et orgueil d'un pays en mal de "Destin" ?

Notre-dame a-t-elle besoin d'un "projet" providentiel de cette nature, dont pourront se vanter les oligarques qui y auront contribué, et dont l'opportunité politique sert les ambitions d'un monarque assoiffé de pouvoir ? A-t-elle vraiment besoin de leur argent (malodorant), Notre-Dame, pour continuer à resplendir au coeur de Paris ? 

Mise à nu par le feu, mais debout, n'inspire-t-elle pas la belle image de la charité dont nous avons besoin ? N'est-elle pas plus belle ainsi, en semi-ruine - et plus proche, tout à coup, des pauvres de tous les pays, qui hantent notre monde contemporain ?

Si elle pouvait parler, après tout, ne demanderait-elle pas à rester ainsi, presque nue, pour nous donner l'image en miroir de ce que notre société est devenue ? Une société blessée, meurtrie, brûlée, une société humaine en péril ?

N'est-ce pas cette image que Notre-Dame - dans sa bienveillante magnificence - nous suggère aujourd'hui ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.