Pour tout ce que tu nous as donné, merci Bertrand !

Bertrand Tavernier était un homme engagé, qui a mis son amour du cinéma au service de son amour pour les humains...

C'est une grande perte pour le cinéma !...Il est parti, il nous laisse (confinés ou pas), avec dans nos oreilles ses intonations joyeuses quand il nous racontait ces innombrables anecdotes et coups de coeur, à travers tant de films et tant de gens qu'il avait connus.

Bertrand Tavernier, cet amoureux passionné transmettait son immense culture du cinéma dans ses nombreuses interventions, dans une multitude de bonus de films, dans ses livres (l'énorme volume Amis américains), dans le beau documentaire Voyage à travers le cinéma français...

Et il a fait quelques très bons films, comme, au hasard, "L627", "Capitaine Conan" ou "Laissez-passer" qui est à mon avis son film le plus personnel et le plus révélateur de ce qu'était Tavernier.

C'était un homme engagé, qui a mis son amour du cinéma au service de son amour pour les humains... Le cinéma français est en deuil aujourd'hui. Une grande tristesse....

Merci à toi, Bertrand, pour tout ce que tu nous as donné ! tous ces moments de plaisir toujours renouvelé à t'entendre parler avec chaleur et générosité de tel cinéaste, de tel film, de tel chef opérateur, de tel scénariste, de tel acteur ou telle actrice !

Pour éponger un peu notre grande tristesse, on peut ré-écouter son entretien avec Laure Adler (mai 2017). Avec (à 27'45) ce grand moment d'anthologie : la chanson "Paris jadis" ("Dans nos coeurs y'a des rengaines.... et allez donc, envoie la ritournelle !") de Jean-René Caussimon, interprétée par le duo fabuleux Jean Rochefort et Jean-Pierre Marielle ! Ne loupez pas ce moment exceptionnel, charmant gai et nostalgique, vous ne le regretterez pas.... et le commentaire de Tavernier après avoir écouté la chanson: "Et ils étaient bons les deux lascars!" qui dit tout de l'ambiance de franche camaraderie dans laquelle il tournait ses films... 

c'est ici : https://www.franceinter.fr/emissions/l-heure-bleue/l-heure-bleue-18-mai-2017?fbclid=IwAR0mICo7u5UxK8lKUXZTYOjPtcxTnPdZ472LlEGPvQ1n5JkPvovjoygLo4s).

Tavernier "aimait admirer"... Rien que pour cela, et la façon toute chaleureuse qu'il avait de le faire, c'était un homme admirable. Merci Bertrand !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.