France et émissions de CO2 : des chiffres exacts peuvent constituer de gros mensonges

Il faut décidément être vigilant quand on donne des chiffres, en écologie comme en économie, car des chiffres exacts peuvent constituer en réalité de GROS MENSONGES... Un exemple: comment masquer les responsabilités d'un pays comme la France dans le réchauffement climatique en vantant les vertus du nucléaire...

Un éminent chimiste du Collège de France, Marc Fontecave, notait en 2015, que "La France, grâce à son nucléaire, dégage très peu de CO2. Elle ne représente que 1,2% des émissions mondiales" (*). Tandis que, dans le même temps, la Chine, cette grande pollueuse serait responsable de 29,2% de l'émission de CO2. Et d'en conclure: "la France ne peut pas grand chose dans la réduction des gaz à effet à de serre." ... Cet argument, sous le masque de la science, est grossièrement mensonger, pour au moins trois raisons:

1° Présenter les choses de cette façon ne fait que dédouaner à bon compte les Français de leur responsabilité sur le réchauffement climatique et plus généralement sur la dégradation des conditions de vie.

2° Le chiffre qui est donné fait semblant d'oublier que le réchauffement climatique actuel est le résultat cumulatif d'une exploitation exponentielle de combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz...) qui a commencé avec la machine à vapeur, et dont la France, après l'Angleterre, porte sa lourde part de responsabilité historique ! Monsieur Fontecave est chimiste mais il ferait bien de s'initier un peu à l'Histoire...

3° Si l'on veut évaluer notre contribution nationale à l'émission de CO2 dans l'atmosphère, il faut quand-même se rappeler que nous ne sommes que 67 millions. Autrement dit 0,85% de la population mondiale. Au bilan, on a 0,85% de la population qui contribue pour 1,2% à l'émission de CO2. C'est 40% de plus par habitant que la moyenne mondiale... Et, vu que cette "moyenne" est de toute façon bien trop forte pour éviter la sixième extinction, notre contribution est de toute façon inacceptable, si l'on veut limiter le réchauffement climatique dans les décennies qui viennent...

Le fait que Marc Fontecave soit membre du conseil scientifique d'EDF serait-il lié, par hasard, à son enthousiasme lorsqu'il déclare que la France ne contribue pratiquement pas au réchauffement climatique - "grâce à son nucléaire" ?.....

Il aurait été plus honnête de dire que, comparativement aux autres pays les plus riches, la France contribue moins au réchauffement climatique (grâce en effet au nucléaire, sauf que le réchauffement n'est pas le seul problème écologique et que le nucléaire a quand-même quelques lourds handicaps en la matière; mais passons...).

En effet, le PIB de la France (2300 milliards d'euros) représente 3,3% du PIB mondial. (Quand à son patrimoine il est encore bien plus élevé). Donc, à PIB égal, la France dégage moins de CO2 que d'autres pays... Mais, si on veut évaluer la part de responsabilité de chaque pays à la dégradation des conditions de vie sur Terre, c'est bien en faisant des mesures comparatives ramenées à chaque habitant. Et en l'occurrence, si l'on se base sur les chiffres donnés plus haut, il s'avère qu'un Chinois lambda contribue pour l'instant moins qu'un Français au réchauffement climatique (malgré "notre nucléaire") !

Enfin, j'ajouterai que ce genre de comparaison risque d'éluder le principal : c'est bien le mode de vie moderne, avec sa surconsommation d'énergie, qui est en train de mener à une extinction massive des espèces sur Terre (et qui menace l'humanité par la même occasion)... le petit chipotage entre pays du type "c'est pas nous, c'est eux !" est donc vraiment dérisoire et pour tout dire, minable.

P.S. C'est le même Marc Fontecave qui, dans un récent entretien au journal La Croix, était interrogé sur l'absence (scandaleuse) de taxation du kérosène dans le domaine du transport aérien. Il osait faire cette réponse : "Je ne suis pas contre les régulations, mais attention : le risque est d’aggraver les inégalités sociales. Prenons l’exemple de l’aviation, un secteur très émetteur, sans alternative au kérosène à ce jour. Si vous taxez les billets, les plus riches paieront ; les autres ne pourront pas suivre, c’est profondément injuste." 

Voilà le genre de "raisonnement" d'un scientifique partisan du néolibéralisme. Le scientifique, devenu "expert" s'exprimant dans un grand journal sur des questions majeures, élude simplement le fait que ce sont les 10% les plus aisés qui prennent l'avion. Refuser de taxer le kérosène sous prétexte que cela "aggraverait les inégalités sociales", alors qu'on taxe l'essence et le diesel qui eux sont utilisés par tout le monde, est encore un exemple de mauvaise foi qui vire au plus grossier mensonge. Pas terrible pour la réputation du Collège de France !

(*) Précisons que Marc Fontecave, chimiste, est présidant de la Fondation du Collège de France et membre du conseil scientifique d’EDF. La citation est extraite d'un article du Huffingtonpost en 2015, https://www.huffingtonpost.fr/2015/11/28/gaz-effet-serre-sources-co2-industrie-electricite-chauffage-transport_n_8591192.html

(**) « Transition écologique:le temps et la pédagogie sont les seules voies possibles,  https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Environnement/Climat-Le-temps-pedagogie-sont-seules-voies-credibles-2018-09-19-1200970054 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.