Jean-François Bayart
Professeur au Graduate Institute (Genève), titulaire de la chaire Yves Oltramare «Religion et politique dans le monde contemporain».
Abonné·e de Mediapart

102 Billets

1 Éditions

Billet de blog 7 févr. 2020

Liberté pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal, prisonniers scientifiques en Iran

Mardi 11 février, anniversaire de la révolution de 1979, un rassemblement sur le parvis des droits de l’Homme, au Trocadéro, à Paris, de 12h30 à 13h30, demandera leur libération inconditionnelle et immédiate.

Jean-François Bayart
Professeur au Graduate Institute (Genève), titulaire de la chaire Yves Oltramare «Religion et politique dans le monde contemporain».
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les Gardiens de la Révolution, responsables de l’arrestation arbitraire de Fariba Adelkhah, de Roland Marchal et d’une quinzaine d’autres universitaires étrangers, sont constitutionnellement sous l’autorité du Guide de la Révolution, Ali Khamenei. C’est donc à celui-ci que nous demanderons leur libération inconditionnelle et immédiate lors d’un rassemblement sur le parvis des droits de l’Homme, au Trocadéro, à Paris, mardi 11 février – anniversaire de la révolution de 1979 –, de 12h30 à 13h30, par le truchement d’une danse silencieuse de l’artiste sénégalais Alioune Diagne.

Fariba Adelkhah et Roland Marchal. © Sciences Po

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po et du CNRS, sont prisonniers scientifiques en Iran depuis le 5 juin 2019. Comme une quinzaine d’autres universitaires étrangers, ils sont sous le coup de chefs d’accusations politiques – atteintes à la sûreté de l’Etat, propagande contre le régime, espionnage – qui ne trompent personne, et pas même la justice iranienne puisqu’un tribunal a demandé la libération sous caution de Fariba Adelkhah et de Roland Marchal, en décembre, et qu’un autre tribunal a levé l’accusation d’espionnage à l’encontre de Fariba Adelkhah, en janvier. Mais les Gardiens de la Révolution, qui sont les auteurs de ces arrestations arbitraires, ont toujours le dernier mot tant sur le fond que sur les modalités de la détention, dont les conditions sont très dures.

Fariba Adelkhah, croyons-nous savoir, parle à ce propos d’un pouvoir qui ne dit pas son nom et que nul n’ose nommer, d’un « pouvoir à l’envers ». Le 24 décembre, cette dernière, de pair avec l’universitaire australo-britannique Kylie Moore-Gilbert, s’est engagée dans une grève de la faim qu’elle a poursuivie tout au long du mois de janvier, au prix d’une détérioration préoccupante de son état de santé.

Nous lui avons demandé de la suspendre car son message en faveur du respect de la liberté scientifique et de ses propres droits a été entendu de par le monde. Néanmoins, le problème reste entier. Nous apprenons en effet que Fariba Adelkhah et Roland Marchal risquent d’être prochainement jugés par la section 15 du Tribunal révolutionnaire de Téhéran, de sinistre réputation. Ce procès ne présentera naturellement aucune garantie d’impartialité.

Partie prenante des institutions collégiales de décision – le Conseil de discernement de la raison d’Etat, le Haut Conseil de sécurité nationale – le « pouvoir à l’envers » des Gardiens de la Révolution ne dépend constitutionnellement que du Guide de la Révolution. C’est donc à celui-ci que nous nous adressons solennellement, en ce mardi 11 février, jour de la commémoration de la révolution de 1979, pour qu’il fasse justice et sauve la République islamique du déshonneur de l’iniquité en ordonnant aux Gardiens de la Révolution de libérer Fariba Adelkhah et Roland Marchal. Leur seul tort est d’exercer leur métier en toute intégrité, en toute indépendance.

Du fond de la prison d’Evin, Fariba Adelkhah nous a adressé un cri poignant : « Sauver les chercheurs, sauver la recherche pour sauver l’histoire ». Ce cri concerne la République islamique, l’ensemble du Moyen-Orient, mais aussi chacun(e) d’entre nous, en Europe, en Afrique, en Asie, dans les Amériques. Car il n’y aura pas de société libre et juste sans science libre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie