Jean-François Bayart
Professeur au Graduate Institute (Genève), titulaire de la chaire Yves Oltramare «Religion et politique dans le monde contemporain».
Abonné·e de Mediapart

101 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 nov. 2010

Lettre ouverte à Valérie Pécresse (2)

Jean-François Bayart
Professeur au Graduate Institute (Genève), titulaire de la chaire Yves Oltramare «Religion et politique dans le monde contemporain».
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Madame le Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche,
Peut-être ne vous reste-t-il que quelques heures, avant un remaniement ministériel susceptible de vous porter à d'autres fonctions, pour répondre à la lettre que je vous ai adressée le 16 février 2010 et qui est demeurée sans retour de votre part.

Je ne puis croire que votre silence soit l'expression du mépris que le président de la République a témoigné à l'endroit de la communauté scientifique à au moins deux reprises, en février 2009, dans son trop fameux discours sur le chauffage et l'électricité, et en juillet 2010, lorsqu'il a osé affirmer que l'Université n'avait pas connu de mouvement social depuis son élection, nonobstant l'énorme mobilisation de cette dernière contre la LRU dont vous êtes l'auteur. Je préfère attribuer l'absence de courrier de votre part à votre surcharge de travail.

Néanmoins, plusieurs cas de déclassement de candidats à des postes de maître de conférence, que des présidents d'Université ont cru devoir décider en contredisant les recommandations des commissions compétentes, ont confirmé que mes mésaventures professionnelles n'étaient pas propres au CNRS, n'avaient rien d'exceptionnel et étaient en passe de devenir la règle dans le nouveau contexte institutionnel que vous avez mis en place.
Je me permets donc de réitérer les deux questions que je vous adressais dans ma lettre du 16 février, questions dont l'actualité n'a jamais été aussi grande et que j'étends désormais à l'Université :
1. Approuvez-vous le principe de la « souveraineté de la direction » du CNRS et des présidents d'Université en matière de promotion par rapport aux délibérations du Comité national ou aux diverses instances délibératives de ces institutions, alors que les réformes que vous avez conduites, sous l'autorité du président de la République, se réclament d'une volonté d'améliorer la qualité et l'indépendance des processus d'évaluation des chercheurs et des enseignants ?

2. Quels sont les critères autres que celui de l'« excellence » dont peut se targuer la Direction générale du CNRS ou un président d'Université pour ne pas tenir compte, cinq années consécutives, d'une recommandation argumentée par un rapport écrit de la section compétente du Comité national, ou d'un classement effectué par une commission de spécialistes en matière de recrutement ?
Vous comprendrez que la communauté scientifique française attend maintenant depuis de longs mois, avec impatience et frustration, votre réponse quand elle continue à douter du bien-fondé des réformes de l'Université et de la Recherche que vous avez engagées, en particulier du point de vue du respect de la liberté académique, et voit malheureusement confirmées les craintes qu'elle nourrissait à cet égard. Je le répète, il en va de la crédibilité internationale du CNRS et de l'Université française, que met à mal ce genre de mesures discrétionnaires. Enfin, à l'approche de la prochaine élection présidentielle, les citoyens ont le droit de savoir sur quelle conception précise de l'Enseignement supérieur et de la Recherche ils auront à se prononcer.
Ne désespérant pas de votre réponse, et vous en remerciant par avance, je vous prie d'agréer, Madame le Ministre, l'expression de ma haute considération.

Jean-François Bayart
Directeur de recherche au CNRS
Sciences Po-CERI
56, rue Jacob
75006 Paris

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un complot a été monté par la droite toulousaine pour torpiller une candidate LREM
Manipulation du fisc, de la justice et des médias : une enquête judiciaire lève le voile sur le piège tendu à une candidate LREM à Toulouse. Des SMS consultés par Mediapart accablent la patronne de la fédération LR, Laurence Arribagé, un cadre du fisc et un magistrat.
par Antton Rouget
Journal — International
Exilés : « L'État n'est plus humain »
Combien de drames humains faudra-t-il pour penser autrement les politiques migratoires ? Dans notre émission ce soir : reportage à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. Et en plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint
Journal — France
IVG : les députés adoptent l’extension du délai, le gouvernement tergiverse
Dans une assemblée nationale clivée, la proposition de loi « visant à renforcer le droit à l’avortement » a été votée en deuxième lecture à l’Assemblée, mardi soir. Seulement, son adoption définitive reste incertaine dans cette mandature, faute de volonté du gouvernement.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85