Jean-François Bayart
Professeur au Graduate Institute (Genève), titulaire de la chaire Yves Oltramare «Religion et politique dans le monde contemporain».
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 nov. 2016

Les fondamentalistes de l’identité: laïcisme versus djihadistes

Dix jours après l’élection de Donald Trump, et la veille de la primaire de la droite en France, je présente mon nouvel ouvrage chez Gibert Joseph Barbès, 15 boulevard Barbès, 75018 – Paris, le samedi 19 novembre, de 16h à 17h45. En « Bonnes feuilles », en voici l’avant-propos.

Jean-François Bayart
Professeur au Graduate Institute (Genève), titulaire de la chaire Yves Oltramare «Religion et politique dans le monde contemporain».
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nationale, religieuse, culturelle, le thème de l’identité fait florès, ce qui est mortifiant pour l’auteur de L’illusion identitaire (1996). Vingt fois, sur le métier, remettre son ouvrage : tel est le lot du chercheur. J’interviens ici, dans le débat public, et dans une conjoncture politique aussi tragique que préoccupante, comme « intellectuel spécifique », selon l’expression de Michel Foucault, qui distinguait cette figure de celle de l’ « intellectuel engagé » ou de l’ « intellectuel de gauche », maître de vérité et de justice, représentant de l’universel.

Mon propos est d’écrire ce que je comprends de notre temps du point de vue de mes recherches en sciences sociales du politique, et de ce seul point de vue clinique, qui ne peut être que critique dans la mesure où le chercheur est un empêcheur de penser en rond.La thèse que je défends dans ce petit essai – à quelques mois d’échéances cruciales, et au lendemain d’événements dramatiques qui seront suivis par d’autres, n’en doutons pas – peut se résumer en quelques phrases. En France comme ailleurs, l’instauration de l’hégémonie néolibérale s’est accompagnée de la dépolitisation de la cité et de la naturalisation des consciences identitaires, d’ordre national, religieux ou ethnique. Autrement dit, la question identitaire (ou civilisationnelle) s’est substituée à la question sociale et politique. Dans ce contexte, l’immigré, de travailleur, est devenu musulman, et l’islam s’est mué en nouvel ennemi de l’intérieur, en remplacement du communisme défunt. Au fil d’un débat public de plus en plus délétère, l’idée laïque, constitutive de la loi de 1905 actant la séparation des cultes et de l’Etat et la neutralité de celui-ci en matière religieuse, s’est transformée en idéologie laïciste et en religion nationale, mettant l’islam sous contrôle politique sur un mode para concordataire et subalterne. La République en revient à une définition ethnoconfessionnelle de la citoyenneté. Elle promeut une laïcité dont les racines « judéo-chrétiennes » sont exaltées, au mépris de quelques évidences historiques. Les musulmans français, ou vivant en France, sont traités en citoyens de seconde zone, voire en suspects et en parias. Une infime fraction d’entre eux a fini par rallier les mouvements djihadistes nés des deux interventions américaines en Irak (1991 et 2003) et de la guerre civile en Syrie (depuis 2011). Djihadistes et laïcistes sont devenus des « ennemis complémentaires », pour reprendre l’expression de l’ethnologue Germaine Tillion. Se renforçant mutuellement de leur haine réciproque, ils opposent deux types de subjectivation politique d’orientation ethnoconfessionnelle. Aussi bien Daech que la droite identitariste entendent réduire ce que l’une et l’autre nomment la « zone grise » des citoyens qui ne se reconnaissent ni dans la nouvelle religion nationale ni dans la guerre sainte, et qui entendent continuer à vivre en bonne intelligence de part et d’autre des appartenances, des croyances, des origines composant la France. Ces deux fondamentalismes identitaires jouent à somme nulle. Telle est la recette de base de toute guerre civile, celle à laquelle aspire Daech, et à laquelle la droite identitariste prête ses petites mains.

Cette thèse s’appuie sur mes réflexions quant à la formation de l’Etat, son rapport à la globalisation, son interaction avec la dimension du religieux et plus largement celle des faits de culture, que j’ai développées, pour l’essentiel, dans L’Illusion identitaire (1996), Le Gouvernement du monde (2004), L’Islam républicain (2010), Sortir du national-libéralisme (2012), et La Cité cultuelle (2015). Dans un livre ultérieur, à paraître au printemps 2017, je montrerai comment la politique étrangère de la France au Moyen-Orient et en Méditerranée, depuis plusieurs décennies, a contribué à enclencher cette machine identitaire infernale, et comment cette dernière procède du passage d’un monde d’empires à un système d’Etats-nations, dont la purification ethnique et la définition ethnoconfessionnelle de la citoyenneté ont été les principaux modes opératoires.

Mon objectif reste le même qu’il y a vingt ans : nuire à la bêtise identitaire.

https://www.facebook.com/events/623262227835964/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND