Jean-François Bayart
Professeur au Graduate Institute (Genève), titulaire de la chaire Yves Oltramare «Religion et politique dans le monde contemporain».
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 juil. 2021

« Vie de merde pour les non-vaccinés »

La division, le président de la République l’organise en recourant aux amalgames et caricatures qui lui servent de méthode de gouvernement après que, candidat, il nous eut promis une République apaisée. Une division de plus au prix de l’infantilisation de tout esprit critique. Ce parti pris donc de punir, et surtout de ne pas écouter pour ne pas à avoir à entendre.

Jean-François Bayart
Professeur au Graduate Institute (Genève), titulaire de la chaire Yves Oltramare «Religion et politique dans le monde contemporain».
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Donc ça va être primauté aux vaccinés et vie de merde pour les non-vaccinés » : ainsi s’exprime le « conseiller d’un ministre de premier plan » selon Libération (21 juillet). Il ne fait que donner la version off du « faire porter les restrictions sur les non-vaccinés plutôt que sur tous » de son maître, Jupiter.

Curieux raisonnement de la part du magistrat suprême garant d’une Constitution dont l’article premier stipule que la République est « indivisible ».

La division, le président de la République l’organise lui-même en recourant aux amalgames et caricatures qui lui servent de méthode de gouvernement après que, candidat, il nous eut promis une République apaisée.

Certains s’inquiètent-ils de la 5G ? Ils veulent revenir à l’âge de la bougie…
Certains s’opposent-ils au pass sanitaire ou refusent-ils la vaccination ? Manque de civisme, obscurantisme… Quitte à ajouter, pâtelin, comme le sont généralement les pouvoirs autoritaires quand ils se veulent protecteurs, que l’on va convaincre les récalcitrants de « bonne foi » en les dissociant de la « frange capricieuse et défaitiste, très minoritaire, qui se satisferait bien de rester dans le chaos et l’inactivité », selon les termes de son porte-parole, Gabriel Attal.

Une division de plus au prix de l’infantilisation de tout esprit critique.

Un « membre du gouvernement » voit d’ailleurs dans la ruée vers les vaccins qui a suivi l’allocution d’Emmanuel Macron « la preuve qu’il fallait taper sur les doigts avec la règle » (Libération, 24-25 juillet). Déclaration intéressante alors que le Parlement vient d’abolir les punitions corporelles à l’encontre des enfants.

La macronie ne parvient décidément pas à se libérer de cette conception paternaliste de l’autorité à l’égard des « Gaulois réfractaires », et même de la représentation nationale que son gouvernement bouscule sans ménagement jusqu’au petit matin en lui faisant revoter des amendements de dernière minute déjà repoussés.

Ce parti pris permet donc de punir, et surtout de ne pas écouter pour ne pas à avoir à entendre.

Premier amalgame : entre les opposants à la vaccination et les opposants au pass. Les deux refus sont distincts. L’on peut accepter la vaccination en rejetant le pass parce qu’il ouvre la voie à l’instauration d’une société de surveillance absolue, trouvant désormais sa légitimité dans la santé après avoir fructifié dans l’humus de la lutte contre le terrorisme, l’immigration, la délinquance, l’évasion fiscale, etc. L’on peut aussi accepter la vaccination et récuser la délégation de son contrôle à des entreprises privées parce que l’on a gardé en mémoire le traité de La Boétie sur la « servitude volontaire » : « Le tyran asservit ses sujets les uns par les autres ».

Deuxième amalgame : entre les différentes raisons et les différents périmètres du refus du vaccin. Les uns peuvent s’y opposer pour des considérations religieuses ou philosophiques, d’autres s’inquiéter de son administration à leurs enfants, d’autres encore accepter un type de vaccin et non tel procédé, etc.

Troisième amalgame : entre l’opposition au vaccin (ou au pass) et l’incivisme, l’égoïsme, l’individualisme (pourtant exalté et promu par Emmanuel Macron au nom du respect de la liberté, de la responsabilité, de l’initiative, de l’effort et tutti quanti).

Inciviques, donc, et égoïstes les soignants et les pompiers que révulse l’obligation de se faire vacciner qui leur est imposée, en dépit de leurs glorieux états de service depuis le début de la pandémie. Assignées à l’incivisme la police et la gendarmerie, curieusement exemptées de cette obligation qu’ils ont la charge de faire appliquer au commun des citoyens, en une nouvelle rupture d’égalité devant la loi qui en dit long sur la dépendance de tout pouvoir autoritaire à ses forces de répression ?

De tels amalgames commodes facilitent l’occultation des racines de la défiance des Français, vaccinés ou non, à l’encontre du pouvoir politique, que vient de rappeler l’abstention massive aux régionales.

La réticence d’une partie du personnel soignant s’explique par ses compétences médicales propres – une interrogation sur l’innocuité de vaccins trop récents pour que l’on en connaisse les effets à long terme – mais aussi par le mépris qu’Emmanuel Macron a opposé à l’hôpital lorsque celui-ci s’est mis en grève en 2019 pour essayer d’obtenir les moyens dont la pandémie révélera le manque cruel.

L’Etat paye également le prix de ses mensonges à répétition et de ses incompétences dans le domaine de la santé, depuis le nuage de Tchernobyl s’arrêtant aux frontières de l’Hexagone jusqu’à l’inutilité des masques en passant par l’affaire du sang contaminé. Entachée par les errements des laboratoires Servier, la quête forcenée de profits de l’industrie pharmaceutique et son instrumentalisation pernicieuse de la recherche, la crédibilité du secteur privé, auquel s’en remet désormais l’Etat, n’est pas plus évidente aux yeux du grand public.

Enfin une part de l’opinion est à juste titre tétanisée par la transformation d’une technologie d’ordre commercial – le QR code – en moyen de surveillance de la vie quotidienne et de partage aveugle de la population dont Parcoursup a imposé aux familles les travaux pratiques et algorithmiques depuis trois ans. Là aussi la méfiance est de mise.

D’une part, l’Etat, de fichier en fichier, n’a cessé de mentir quant au respect des libertés publiques dont il a systématiquement cherché à s’affranchir, jusqu’à ce fameux engagement d’Emmanuel Macron, en avril, selon lequel « le passe sanitaire ne sera jamais un droit d’accès qui différencie les Français ».

Son inénarrable ministre de l’Education « nationale » (sic) menace aujourd’hui d’ « évincer » (re-sic) des établissements scolaires les élèves non vaccinés. La semaine prochaine il leur promettra la fessée ?

D’autre part, la Chine nous donne un avant-goût de l’avenir que nous prépare ce genre de technologie dont la fiabilité reste au demeurant à démontrer, de cyberattaques en cyberattaques.

Quelle foi accorder à l’inviolabilité des données médicales et personnelles auxquelles le QR code donne accès lorsque le président de la République n’est pas capable de sécuriser son propre téléphone, ainsi que l’a révélé l’affaire Pegasus ?

Pourquoi se fier à Emmanuel Macron plutôt qu’à la Défenseure des droits et à la CNIL qui toutes deux s’inquiètent d’une atteinte « particulièrement forte » aux libertés fondamentales pendant que se couche le Parlement ?

D’ores et déjà le bilan de l’autoritarisme jupitérien et des petits marquis qui nous gouvernent en conseil de défense est affligeant.

De nouveaux vaccinés, certes, mais au prix de la brutalité politique, du désordre de la vie quotidienne et de l’hystérisation du débat.

Qui sème la division récolte les guillotines en papier mâché. Qui règne par le mensonge alimente le complotisme.

Rien ne dit qu’une approche plus respectueuse des convictions, du libre-arbitre de chacun, de la raison, des institutions n’aurait pas eu des résultats aussi probants et surtout plus durables pour construire une vraie culture de la santé publique face aux inévitables nouvelles pandémies à venir.

Une seule solution, la vaccination ? Non, une seule solution : la vaccination, sans doute, mais aussi la désobéissance civile, sans violence physique ni symbolique, à l’encontre d’un Etat qui en ferait un élément de discrimination entre ses citoyens. Foi de vacciné.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com