Jean-François VICTOR
Retraité, ancien President Directeur Général de la socité UIGM un des deux ateliers constituant depuis 2013 CREUSOT-FORGE
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 oct. 2017

Jean-François VICTOR
Retraité, ancien President Directeur Général de la socité UIGM un des deux ateliers constituant depuis 2013 CREUSOT-FORGE
Abonné·e de Mediapart

EPR : MENSONGES ET MANIPULATIONS

On trouve encore tous les jours dans la presse des articles attribuant faussement la fabrication de la cuve de Flamanville 3 au Groupe AREVA. Les idées reçues se propagent facilement et une fois installées résistent aux arguments les mieux étayés. Définitivement sur la base du chrono de l'ASN, c'est Michel Yves Bolloré qui a fabriqué les pièces défaillantes de l'EPR de Flamanville.

Jean-François VICTOR
Retraité, ancien President Directeur Général de la socité UIGM un des deux ateliers constituant depuis 2013 CREUSOT-FORGE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Un maquignon dans le circuit du nucléaire

Pour bien comprendre ce qui suit, il faut garder en tête que Bolloré n’intervient dans ce dossier que comme « marchand de biens » industriels, seulement soucieux de faire le maximum de profit à moindre investissement et dans le minimum de temps. Quitte à travestir la réalité de ce qu’il vendait avec à peu près la même probité qu’un maquignon sur le marché de St Flour. D’où la stupéfaction des visiteurs (AREVA et ASN confondus) constatant l’état de délabrement des ateliers au lendemain de la cession.

Autant dire que le respect des normes de qualification n’est alors aucunement sa priorité, pas plus d’ailleurs que la rémunération du personnel, l’avis des rares ingénieurs de son staff (d’ailleurs y-en-avait-il) ou les conditions de travail des ouvriers.

 Non seulement AREVA - entreprise du secteur national - et l’Etat ont laissé un maquignon s’infiltrer dans le circuit industriel chargé de la fabrication des pièces des centrales nucléaires mais ils lui ont confié la plus sensible d’entre elles, la plus dangereuse aussi : le réacteur de l’EPR dont c’était la première édition.

Or on ne saurait contourner durablement la vérité puisque le « chrono » des courriers de l’ASN est en ligne sur son site et qu’il comporte des pièces qui présentent des contradictions de dates totalement incohérentes avec les dates produites par AREVA.

Des pièces totalement contradictoires dans le chrono de l’ASN

On y trouve un historique de fabrication probablement issu des indications d’AREVA destiné à une réunion avec le Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sécurité Nucléaire. Historique de la fabrication de la cuve Note en vue de la réunion du 23 Mars 2016 du groupe de suivi du HCTISN portant sur l’anomalie de la cuve de Flamanville 3 . On peut lire en page 4 le tableau suivant :

Copie d'écran de la note en vue de la réunion du 23 mars 2016 du groupe de suivi du HCTISN

La date de coulée indiquée de la calotte chez Industeel est le 5 Septembre 2006 la fin de fabrication le 10 octobre 2006.

D’abord, le délai d’un mois et 5 jours pour la coulée, le forgeage et l’usinage est assez peu vraisemblable quand on connaît la complexité des opérations.

Mais surtout dans un courrier à la signature commune de la DRIR-Bourgogne et de l’ASN en date du 28 août 2006, on peut lire que « l’homogénéité entre l’extérieur et le centre du lingot n’est pas vérifiée », ce qui implique que le lingot de la calotte est déjà et coulé et forgé, probablement même en cours d’usinage...

Copie d'écran du courrier DRIR/ASN/AREVA NP du 21 août 2006

La date indiqué par AREVA et reprise dans l’historique des pièces de l’EPR de l’ASN est donc fausse et clairement falsifiée.

Mieux encore, un autre courrier en date du 2 avril 2007 à la signature de l’ASN au Président d’AREVA NP indique que « la majorité des composants de la cuve est déjà sur le site de Châlon-sur Saone pour les opérations de revêtement par soudage et d’assemblage »(sic) sous-entendu : calotte, corps et fond de cuve. C’est-à-dire que toutes les opérations programmées au Creusot sont terminées.

Copie d'écran du courrier de l'ASN à AREVA NP en date du 2 avril 2007

Alors que l’historique susévoquée donne pour la fabrication du fond de cuve une fourchette de dates du 23 Janvier 2007 au 14 Décembre 2007. A la date du courrier de l'ASN, la fabrication devrait tout juste être en commencement alors qu'elles ont quitté le Creusot pour Châlon et qu'usinage et contrôle devraient être terminés. Les dates produites par AREVA et reprises par l’ASN sont donc parfaitement contradictoires et fantaisistes.

 Et last not the least ce document confirme aussi que dans ses relations avec l’ASN, AREVA prend systématiquement de vitesse sa tutelle puisque la cuve soudée ne permet plus l’essentiel des contrôles prescrits par l’Autorité… AREVA coulera d’ailleurs la cuve dans le béton à Flamanville avant d’avoir souscrit à l’ensemble des demandes de l’ASN, histoire de se débarrasser par omission du problème des contrôles.

Ces falsifications de dates de réalisation ne sont pas improvisées par un ouvrier peu scupuleux, elles sont délibérées et ont le but bien précis d’éluder le fait que la fabrication de la calotte et du fond de cuve - dont on officialisera la défaillance plus de dix ans plus tard -, a bien été lancée par Michel Yves Bolloré en 2006 à partir d’études et de programmes remontant à 2005. De surcroît sur un équipement industriel qui n’en avait pas la capacité et sur lequel le cupide exploitant d’alors n’avait certainement pas l’intention d’investir.

Pourquoi ce maquillage de dates ? Parce qu’AREVA ne souhaite surtout pas qu’on étudie de trop près ses relations avec un sous-traitant auprès duquel il a acquis ces usines pour 170 M€, avec un Goodwill de plus de 100 M€, et dont on préférerait faire oublier la responsabilité et jusqu’à l’existence. Son nom ne figure à ma connaissance sur aucun document de l’ASN et c’est pas un hasard. Il y a de bonnes raisons pour cela…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier