L'unité vient en luttant

Y'en a qui aime cette lutte d'autres pas..y'a en qui participe d'autres pas ... Y'en a qui on peur de la révoltes, d'autres de la révolution, mais en ces temps, il fou celui qui est raisonnable....

Il est clair que le mouvement des GJ ne vient pas l’extrême gauche et quoi qu’on n’en dit il a déjà foutu un vrai bordel, comme jamais c’est arrivé l’extrême gauche. Surement qu'elle est bien coupée des classes populaires comme le montre ces deux articles, un qui parle de misères et l'autre qui fait de la prospective politique avec force d’argument de comparaison (regardez ce qui s'est passé ici, donc là il va se répliquer), technique fort fumeuse quand on parle de révolte. La révolte, la guerre et les révolutions ne sont pas des objets que l'on manipule, mais de propre sujet, ils ont une naissance, une force autonome, bref c'est incontrôlable, c'est bien ce que déteste le pouvoir, les partisans avoués ou non du statut quo, les organisations politiques, les apparatchiks, tout devient possible, le meilleur et le pire. Ces mouvements sont imprévisibles et ne doivent être lancer que quand on n’a pas le choix. On doit faire la guerre quand on n’a pas le choix, se révolter ou faire la révolution aussi.... Car parfois on est dans l'obligation, on n’a pas le choix et là comme face au nazi, on n’avait pas le choix, obligé de s'unir contre même les gens partageant des opinions les plus diverses... Actuellement les plus puissants par leur refus de toucher à leur liberté à réguler même un peu leurs affaires nous conduisent aux génocides, guerres civiles et fascismes…. les prémisses sont là... ils ont une arme forte, l'Europe et l'Euro, la dette, l'absence de frontière aux capitaux…ils en ont une autre bien plus puissante que leur propagande vidéo de moins en moins crédible, le silence des pantoufles...ou la résignation de la misère... Nos ennemis sont là, ils avalent, ravagent les quartiers, détruit les usines, font des épurations sociales de quartiers et attaquent maintenant la classe moyenne....

Et cette la classe moyenne qui s’appauvrit, celle des petits commerçant, artisans, celle qui brulent du fioul pour son taf ou aime le vroum-vroum se lance dans une action et découvre la force de l'action collectif, se grise et lance des mots d'ordre...cette classe qui ne votaient plus, se voient rejoint par les sans dents, les allumés, les décalés et au lieu de rentrer bien sagement après sa journée de protestation comme le fait la lutte syndicale bien structurée en attendant les ordres, ben elle trouve ça chouette, la lutte, pis elle a pas de mot d'ordre, pas encore d’apparatchik, alors elle continue, d'autant plus qu'elle n’est pas cultivé, mais à bien compris qu'on rétablit la noblesse, le droit d'octroi, le droit de passage qu'on augmente la gabelle moderne pour financer les ogres qui avalent tout de manière exponentielle : les supermarchés, les banques, les internet-monopole, les multinationales.....ils comprennent que leur destins est de devenir des sans-dents, des assîtes eux qui ont longtemps trouvés qu'ils coutaient trop chers, on ne réfléchis pas trop quand on travaille 70 heures par semaine, plus quand rien de va plus....alors ils se lancent dans une révolte, une jacquerie comme disaient les nobles...leur mobilité est atteinte, ils ont crevé, il mettent le gilet...

Alors ceux qui revendique depuis des lustres la révolte, l'alarme de la nature qui meurt, l'idéalisme, les grands principes, ne peuvent pas rejoindre cette colère, car ce n'est pas la leur. Ils sont dans des luttes généreuses et pas en colère. Leur déclassement n'est pas encore arrivé, il reste encore la marge, mais leur tour viendra, car l’ogre va tout avaler, mais attention, s'ils attendent trop, il sera trop tard. Seul l'union d'une grosse masse, faisant fi de ses divisions d'opinions, cultures, sociologiques, peut arrêter ce monstre destructeur qu'est la suprématie oligarchique, c'est à dire les plus riches…cette union est d'autant plus souhaitable stratégiquement que tous ont un bout de la solution et tous ont leur travers, aucune classe sociales ne voient tous justes, chacun  dans ses problèmes. Au racisme des classes populaires ont peut répondre protectionnisme, aux inquiétudes sur la planète des classes moyennes éduqués, on peut répondre fin du tourisme par avion et de la maison individuelle, aux déclassés quasi clochardisés on peut répondre emploi d'utilité collectif publique, aux petits indépendants la régulation du marché, la nationalisations des banques, la taxation graduelle en fonction du chiffre d'affaires....Tout cela demande de faire peur aux rentiers et à leur élites les oligarques en démontant la dette et le pouvoir des multinationales en leur privant de leur outils, l’Europe, l'euro et de se préparer à l'équivalent d'une guerre que va être le réchauffement climatique, l’unité nous aidera infiniment plus qu’une taxe carbone. Tout cela donne le vertige tant changer les choses sont ardus

Une unité au-delà des classes, je rêve vous me dites, mais l'unité peut se faire dans la lutte, le baptême du feu...Alors bloquons tout ! Dénonçons, tout, frappons les coupables les banques, supermarchés, rentes, euros, multinationales, voleurs d’impôts, défoulons un bon coup avant de chasser le roquet fondé de pouvoir….

En détruisant notre climat nous avons ouvert la boite de pandore. Boite de pandore dont tous les maux de la terre sont sortis, et à la fin en dernier est sorti l'espoir....

https://www.lesinrocks.com/2018/12/04/actualite/edouard-louis-chaque-personne-qui-insultait-un-gilet-jaune-insultait-mon-pere-111149208/

 https://paris-luttes.info/les-gilets-jaunes-a-la-lumiere-de-11185

 « Croire que la révolution sociale soit concevable sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, c’est répudier la révolution sociale. […] Quiconque attend une révolution sociale pure ne vivra jamais assez longtemps pour la voir." Lénine

PS: Et à tous ceux à qui commence à regretter la douce tranquillité du marmonnement plaintif, sachez que  vous le voulez ou pas, vous vivez dans une période historique de rupture , où le destin de tous est en jeu, un bouleversement comme il n'y a pas eu depuis 10 000 ans, faites vous une raison, c'est pas de chance ! Alors soyons acteurs au lieu de craintifs...

https://journalidp.blogspot.com/2018/12/lunite-vient-en-luttant.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.