jean ganzhorn
Artisan dans l'énergie renouvelable, écrivailleur amateur
Abonné·e de Mediapart

62 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 févr. 2021

Le 8 mai 2021 journée nationales de résistance à la privatisation des biens communs:

Nous appelons la population à résister ! Quand tout sera privé, on sera privé de tout ! Nous souhaitons, non seulement résister contre ce vol de nos biens communs, mais nous souhaitons également réinventer les services publics.

jean ganzhorn
Artisan dans l'énergie renouvelable, écrivailleur amateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Appel à des actions partout en France le 8 mai 2021 contre la privatisation de nos biens communs:

Quand tout sera privé, on sera privé de tout, © José Pluki

Bonjour,

Nous appelons toutes les organisations citoyennes, syndicales et associatives qui le souhaitent a rejoindre cette mobilisation.

Le 8 mai ne nous défilons pas, résistons !

Merci à vous

Documents de présentation:
https://privatisation-resistance.fr/wp-content/uploads/2021/02/8-mai-2021-V2.3-Paulien.pdf

Site internet, plus d'infos:
https://privatisation-resistance.fr/

https://www.facebook.com/8-mai-2021-r%C3%A9sistance-%C3%A0-la-privatisation-182786696667990/

Le 8 mai est la célébration de la capitulation des nazis et de la résistance. Le programme du Conseil National de la résistance prévoyait en 1945 : la nationalisation de l’énergie, de la santé et des banques. La volonté de l’époque était d’en finir avec les monopoles privés, la cacophonie, le manque d’investissements dans les services au public, la vision de court terme du privé. Aujourd’hui, le gouvernement veut vendre aux multinationales le réseau électrique (ENEDIS via le projet Hercule), les hôpitaux aux cliniques, la sécurité sociale aux assureurs privés, les HLM, les routes nationales aux propriétaires d’autoroutes, les forêts, les universités, les lignes TGV, et même la récolte des impôts avec la fermeture des centres des impôts en cours. Il a depuis longtemps privatisé les banques, la gestion de l’investissement et la création de monnaie (bien commun essentiel), confiée à une entité sans aucun contrôle démocratique. La privatisation des autoroutes a conduit à une perte de 70 milliards aux finances publiques, la privatisation des routes nationales est autorisée depuis août 2020. La vente de l’ONF est en cours et avec elle la gestion des forêts publiques. La privatisation de France Télécom a laissé de vastes territoires de campagne sans réseau entretenu et à l’absence d’accès vital au réseau internet pour les plus démunis. Et aussi la santé, la privatisation de la recherche de médicaments démasquée par la pandémie!

La technique est bien rodée :

1)  D’abord on dépouille un service public qui fonctionne de plus en plus mal en lui faisant payer ce qui ne rapporte rien et en confiant au privé ce qui est profitable.

2) Puis on clame partout que le service public marche mal et est en déficit, et on clame que la privatisation est inéluctable.

3) Aux hôpitaux publics, les maladies compliquées et coûteuses, aux cliniques privés les simples et rentables. Au privé, les TGV, au public les petites lignes, au privé la fibre dans les villes, au public le réseau poussif des campagnes.

Une équation simple, comme l’esprit de ceux qui la défendent : privatiser les bénéfices, socialiser les pertes. Profitable pour eux, mais synonyme d’avenir pas du tout radieux pour nous.

Quand tout sera privé, on sera privé d’avenir.

4) Les pauvres, les campagnes et tous les « pas rentables » se retrouvent à demander la charité. Plus de médicaments, ni de lits d’hôpitaux….

Le dépouillement des finances des HLM sous Manu 1er aboutit à la vente de logements sociaux, à l’arrêt de construction de nouveaux logements dans un pays qui en manque cruellement, au retard dans l’isolation des vieux immeubles pénalisant les plus fragiles.

La prédation des biens communs qui nous protègent est en cours depuis 30 ans et s’accélère: service public de l’énergie, réseaux électriques, télécoms, réseaux routiers, hôpitaux, sécurité sociale, HLM, rails, forêts, écoles, eau … (on en oublie tellement la liste est longue).

La loi sécurité globale est même une privatisation honteuse de la police !

Nous appelons la population à résister !

Quand tout sera privé, on sera privé de tout !

Ils s’arrêteront là où Nous les arrêterons !

Nous sommes le collectif « Ne nous laissons pas tondre », ouvert à toutes organisations, habitants engagés à protéger les biens communs.

Nous vous invitons à nous rejoindre ce 8 mai 2021 pour acter notre résistance déterminée à la vente des biens communs. Sans eux, pas de modèle social français, la France ne sera plus la France que nous connaissons. Sans ces biens communs pas de lutte contre le climat.

Dire NON à la privatisation, c’est aussi dire OUI à une nouvelle gestion des biens communs !

Nous souhaitons, non seulement résister contre ce vol de nos biens communs, mais nous souhaitons également réinventer les services publics. Ces services publics du 21ème siècle devront être démocratiques, débureaucratisés, humains et non numérisés et proches des citoyens. Car les biens communs appartiennent à la population, et non à l’état qui pourrait les vendre sans demander par referendum son accord. Ils sont au service de la population et non du profit d’actionnaires, ni d’eux-mêmes.

Ainsi, non seulement nous refusons la privatisation des réseaux électriques avec le plan Hercule mais nous exigeons aussi la création d’un service public moderne et démocratique de l’énergie et des économies d’énergie !

En charge à lui d’investir massivement dans les économies d’énergie et la lutte contre le réchauffement climatique. Seul le public sait se projeter sur plusieurs décennies pour satisfaire ces exigences, contrairement au privé pour qui le retour sur investissement n’attend pas le nombre des années nécessaires à cette transition. Seul un service public peut encourager la réduction de consommation de la vente de ce qu’il propose. Confier la lutte contre le tabagisme à Phillips Morris est peu efficace ! Seul le service public peut lutter contre la spéculation qui accentue les variations de prix et déstabilise la société.

Le privé coûte cher, le public est bien moins onéreux !

Comme nous l’avons constaté avec la crise du COVID le public peut emprunter pas cher (moins de 2 %, 0% même) alors que le privé souhaite avoir un retour sur investissement d’au moins 9 % ! Alors pourquoi demander au privé d’investir sur 30 ans ? Idiot ? Profitable pour certain ?

Quand on parle privatisations, ceux qui les défendent, nous parlent efficacité et baisse des coûts !

Soyons d’accord avec eux et choisissons le public !

 Le capital coûte bien plus cher que les quelques petits avantages des salariés. L’arbre du statut des salariés cache la forêt du prix des actionnaires.

Les choix stratégiques sont à faire par tous, car ils nous engagent tous.

1) Le débat incessant sur les types d’énergie ne tranche jamais rien : nous souhaitons que la question de la poursuite ou de l’abandon du nucléaire soit tranché par référendum et non décidé par une poignée de technocrates, d’élus, lobbyistes ou de militants. Aux français de choisir entre les nombreux inconvénients de chaque choix !

2)Nous souhaitons que la tarification à l’acte des hôpitaux soit abolie et que chaque territoire gère ses hôpitaux pour garantir le principe d’égalité d’accès au service pour tous et toutes. Cela nécessite une répartition solidaire entre territoires riches et pauvres: gestion locale et ressources nationales. Gestion au plus près et péréquation des ressources (les hôpitaux rentables à l’acte payent pour les non rentables à l’acte)!

3) ROUTES : Nous souhaitons que les autoroutes et routes nationales redeviennent publiques et que les privatisations de routes soient interdites définitivement. Un référendum devra trancher. Nous estimons que les conditions douteuses des contrats méritent enquête et que la vente des autoroutes a déjà assez rapporté aux actionnaires et que leurs indemnités soient réduites en cas de fraudes avérées.

4) Eau: Nous souhaitons que toutes concessions ou privatisations anciennes ou nouvelles d’eau potable dans une commune ou communauté de commune fassent l’objet d’un referendum local après un audit clair et public du service. En cas de vote de rejet, le service doit redevenir public.

5) Nous souhaitons que le statut public de l’ONF soit aussi sujet a référendum : Pour ou contre la gestion des forêts en service public. Doivent -elles rester dans une logique publique de non-profit au service de la lutte contre l’impact du réchauffement climatique et pour la reforestation?

Etc….

Le 8 mai ne nous défilons pas, résistons !

A cette date hautement symbolique du 8 mai, nous proposons que sur tout le territoire se multiplient les manifestations locales ; sur les barrages, les autoroutes, les hôpitaux, les HLM, etc.

Nous vous invitons à poser partout des étiquettes «Bien commun propriété inaliénable de la population», notamment sur les services que vous souhaitez défendre: HLM, hôpitaux, sécurité sociale, péages autoroutes, transformateurs, écoles…

Le symbole de l’infini a été choisi pour montrer le coté inaliénable de ce bien commun.

Nous vous invitons à venir pique-niquer avec vos banderoles, slogans, cerfs-volants, tracts affiches et chansons.

Ce logo est déclinable pour toutes actions :

D’autres affichettes seront proposées comme par exemple :

Proposition d’actions le jour du 8 mai

Nous proposons à chaque citoyens, collectifs, associations, syndicats, d’organiser son action, nous proposons un cadre, une série de proposions communes, à chaque organisation de s’appuyer sur la coordination ou pas.

Voici les actions symboliques proposes :

En plus des autocollants disponibles sur le site, le symbole infini sera le signe de reconnaissance du caractère inaliénable de propriété des biens communs. Vous pouvez l’inscrire (sans dégradation) sur les biens. Vous pouvez aussi réaliser un symbole infini avec des humains et vous prendre en photo, chacun se prenant deux par deux la main en forme d’infini. Bien évidemment, vous avez lavé vos mains avec du gel hydroalcoolique avant de le faire. Le but est de montrer que les biens sont communs et inaliénables.

La photo montrera le symbole de bien commun inaliénable qui nous rend solidaires. Ils sont indispensables pour faire société.

Une autre action commune proposée est de symboliser la résistance des 99 % face à la spoliation que représente les privatisations, celles-ci ne profitant qu’aux 1% les plus riches. La proposition que nous faisons est de tous lever le poing avec une carotte afin de bien montrer notre résistance au carottage que l’on nous propose :

Carotter veut dire en argot : Extorquer quelque chose à quelqu’un en abusant de sa bonne foi. L’utilisation de l’argot montre la lutte entre le populaire et la haute classe…

Ce symbole illustre que le carottage organisé depuis des décennies est notre cible, et que la lutte est à présent engagée.

(Dont les autoroutes et la création monétaire en sont la pire expression).

Un concours de carotte géante est proposé ! Des carottes d’or seront remises aux meilleurs profiteurs des privatisations.

Pour éviter tout gaspillage alimentaire, nous proposons à chacun de croquer la carotte une fois la photo de groupe réalisée, voire, si vous disposez d’assez de légumes, de vous faire une salade résistante.

Toutes les photos sont à envoyer sur le site internet qui les recensera.

Il est possible de poser le symbole en entrant - sans dégradations - dans des espaces ouverts comme les barrages, les parvis d’hôpitaux, etc.

Nous proposons au plus courageux et mieux organisés de poser des péages en bois bricolés sur les routes nationales pour avertir les automobilistes de l’arrivée des péages sur la route.

Ce sont là quelques idées d’actions. A vous d’inventer les vôtres selon la prise de risque que vous estimez pouvoir prendre. Nous recenserons les propositions sur le site.

Blackout à 21 h :SPECULATION + ELECTRICTE = BLACK OUT


Une action symbolique simple et commune est lancée sur toute la France : faire sauter pendant un quart d’heure son compteur EDF le 8 mai à 21h, au retour de la manif, afin de montrer que la privatisation de l’électricité, sa mise en bourse spéculative nous mène dans le noir, le black-out.

Dans cette folie d’accaparement, ils s’arrêteront là où NOUS les arrêterons !

Chaque organisation ou collectif constitué peut organiser une manifestation locale ce jour-là, sur le thème d’une ou plusieurs privatisation(s) qu’il souhaite dénoncer. La liberté d’action est laissée à chaque collectif, avec pour seule limite de ne jamais mettre la vie humaine en danger, ni émettre d’appels à la stigmatisation ou la haine (raciale, de genre, …).

BIEN SUR CES PROPOSITIONS D’ACTIONS SONT A ENRICHIR AVEC TOUTES LES CONTRIBUTIONS DE LUTTE CONTRE L’ACCAPAREMENT DES BIENS COMMUNS.

Nous lançons un site internet collectif :

www.privatisation-resistance.fr

Documents de présentation:

https://privatisation-resistance.fr/wp-content/uploads/2021/02/8-mai-2021-V2.2.pdf

Site internet, plus d'infos:

https://privatisation-resistance.fr/

https://www.facebook.com/8-mai-2021-r%C3%A9sistance-%C3%A0-la-privatisation-182786696667990/

Vous trouverez sur le site mentionné ci-dessus des tracts et argumentaires pour organiser votre manifestation. Vous pourrez aussi vous inscrire sur la carte des lieux de manifestations. Cet outil est un bien commun accessible à tous et toutes.

D’ores et déjà, plusieurs organisations lancent des appels a manifestation contre la privatisation des barrages et des réseaux électriques avec le projet HERCULE.

NOUS APPELONS CITOYENS, SYNDICATS, GILETS JAUNES, COLLECTIFS, ASSOCIATIONS A NOUS REJOINDRE ET FAIRE DE CETTE JOURNÉE UNE JOURNÉE DE LA VICTOIRE SUR CEUX QUI VEULENT NOUS PRIVER DE TOUT.

Contact : coordination@privatisation-resistance.fr

Action proposée par le collectif
Ne nous laissons pas tondre et bien d’autres dont vous trouverez la liste sur internet.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Histoire
Sous les tapis des tisseuses, l’écho de la domination coloniale
En 1964, une soixantaine de familles de harkis ont été parquées dans une cité à l’écart de Lodève pour faire tourner ce qui allait devenir l’annexe de la manufacture de la Savonnerie de Paris, et raviver la tradition textile locale. Mais côté coulisses, l’Algérie française y a joué quelques prolongations.
par Prisca Borrel
Journal — Europe
Royaume-Uni : un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti n’ont guère d’idées face à la hausse des prix qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin
Journal
Le successeur de Boris Johnson manque déjà de légitimité
Le duel interne au parti conservateur pour la succession de Boris Johnson, entre Liz Truss et Rishi Sunak, semble déconnecté des urgences du moment, de l’inflation au climat. En raison du mode de scrutin, la légitimité du vainqueur sera faible.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie