Non mais Allo, quoi, tu paies un abonnement et t'as pas de réseau!:

Non mais Allo, quoi, tu paies un abonnement et t'as pas de réseau! Privé de réseau, privé de service public Aujourd'hui, plus personne ne peut se passer des réseaux, d'internet. Plus qu'un droit, c’est devenu un commun au même titre que l'accès à l'eau, l'énergie, le logement ou la santé.

Non mais Allo, quoi, tu paies un abonnement et t'as pas de réseau!

reseauprive-reseau-public

Pétition vous pouvez donc la signer en ligne et la diffuser à vos contacts.

Aujourd'hui, plus personne ne peut se passer des réseaux, d'internet. Plus qu'un droit, c’est devenu un commun au même titre que l'accès à l'eau, l'énergie, le logement ou la santé. 

 Les services publics disparaissent à grande vitesse, notamment en zones rurales et nous le déplorons. Pour toutes les démarches du quotidien, il n'y a pas d'autre choix que de passer par ces réseaux, que ce soient pour les impôts, les titres de transport, l’éducation, les services bancaires et postaux, la presse.

Un réseau qui penche du mauvais coté Un réseau qui penche du mauvais coté

Déjà indispensable en temps normal, cet accès aux réseaux devient vital en temps de pandémie où nos déplacements sont restreints, les rassemblements/réunions suspendus. Alors qu’on ne cesse de nous vanter la 5G , de nombreuses zones rurales et parfois urbaines demeurent privées des réseaux élémentaires: téléphone fixe et mobile, 2G/3G/4G, haut débit fiables et garantis. Ces services sont souvent aléatoires, leurs accès difficiles et inégalitaires:

  - A coût égal, alors que nous n’avons pas les mêmes accès, et que les débits ne sont pas homogènes, les opérateurs se gavent et engrangent des milliards de bénéfices. Pourtant nos collectivités dépensent des milliards pour ces réseaux.

 - Nombreux sont les usagers qui subissent des pannes, des dysfonctionnements, des coupures, des connexions aléatoires, des ralentissements, des restrictions diverses.

 - Les réseaux sont peu entretenus: les poteaux cassent, les câbles restent à terre, les pannes collectives se multiplient.

Des réparations pas à la hauteur ! Des réparations pas à la hauteur !

 Abandonnés par les opérateurs et leurs inefficaces plates formes, les usagers peuvent rester des mois avec des services interrompus ou dégradés. Les signalements aux plateformes restent sans effet, rien n’est tracé, mais les prélèvements continuent, sous menace de coupures plus importantes.

Un réseau qui tient avec du scotch ! Un réseau qui tient avec du scotch !

 Face au néant, le seul recours reste la justice, mais qui peut le faire réellement ? Coût et longueur des procédures judiciaires ont un effet dissuasif sur lequel surfent les opérateurs pour ne pas intervenir sur des territoires pas assez rentables. 

image7

 Agir collectivement est notre seule issue. Usagers, collectifs, associations, entreprises, collectivités et élu.e.s, unissons nous et ensemble exigeons: 

 - un véritable service public de la communication. 

 - une continuité dans l’accès aux réseaux, à un internet très haut débit à coût modeste,

 - des interlocuteurs physiques dédiés et disponibles partout, des dédommagements en cas de pannes.

 - un moratoire sur la 5G: pas de nouveaux réseaux tant que les existants ne sont pas disponibles, fiables et garantis partout.

Lors de sa nomination le Premier Ministre CASTEX a déclaré: « Nous devons réarmer nos territoires, nous devons investir dans nos territoires, nous devons nous appuyer sur nos territoires ».  A vingt-cinq reprises «territoires » fut prononcé.

Mais que signifient ces mots quand l'égalité républicaine n'est plus assurée?

Pannes et désagréments internet et mobiles. Inégalités territoriales d’accès

Ras le bol, signons la pétition.

Pétition vous pouvez donc la signer en ligne et la diffuser à vos contacts.

Envoyé par
alain.paulien@orange.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.