jean ganzhorn
Artisan dans l'énergie renouvelable, écrivailleur amateur
Abonné·e de Mediapart

62 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 déc. 2020

Non mais Allo, quoi, tu paies un abonnement et t'as pas de réseau!:

Non mais Allo, quoi, tu paies un abonnement et t'as pas de réseau! Privé de réseau, privé de service public Aujourd'hui, plus personne ne peut se passer des réseaux, d'internet. Plus qu'un droit, c’est devenu un commun au même titre que l'accès à l'eau, l'énergie, le logement ou la santé.

jean ganzhorn
Artisan dans l'énergie renouvelable, écrivailleur amateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Non mais Allo, quoi, tu paies un abonnement et t'as pas de réseau!

Pétition vous pouvez donc la signer en ligne et la diffuser à vos contacts.

Aujourd'hui, plus personne ne peut se passer des réseaux, d'internet. Plus qu'un droit, c’est devenu un commun au même titre que l'accès à l'eau, l'énergie, le logement ou la santé. 

 Les services publics disparaissent à grande vitesse, notamment en zones rurales et nous le déplorons. Pour toutes les démarches du quotidien, il n'y a pas d'autre choix que de passer par ces réseaux, que ce soient pour les impôts, les titres de transport, l’éducation, les services bancaires et postaux, la presse.

Un réseau qui penche du mauvais coté

Déjà indispensable en temps normal, cet accès aux réseaux devient vital en temps de pandémie où nos déplacements sont restreints, les rassemblements/réunions suspendus. Alors qu’on ne cesse de nous vanter la 5G , de nombreuses zones rurales et parfois urbaines demeurent privées des réseaux élémentaires: téléphone fixe et mobile, 2G/3G/4G, haut débit fiables et garantis. Ces services sont souvent aléatoires, leurs accès difficiles et inégalitaires:

  - A coût égal, alors que nous n’avons pas les mêmes accès, et que les débits ne sont pas homogènes, les opérateurs se gavent et engrangent des milliards de bénéfices. Pourtant nos collectivités dépensent des milliards pour ces réseaux.

 - Nombreux sont les usagers qui subissent des pannes, des dysfonctionnements, des coupures, des connexions aléatoires, des ralentissements, des restrictions diverses.

 - Les réseaux sont peu entretenus: les poteaux cassent, les câbles restent à terre, les pannes collectives se multiplient.

Des réparations pas à la hauteur !

 Abandonnés par les opérateurs et leurs inefficaces plates formes, les usagers peuvent rester des mois avec des services interrompus ou dégradés. Les signalements aux plateformes restent sans effet, rien n’est tracé, mais les prélèvements continuent, sous menace de coupures plus importantes.

Un réseau qui tient avec du scotch !

 Face au néant, le seul recours reste la justice, mais qui peut le faire réellement ? Coût et longueur des procédures judiciaires ont un effet dissuasif sur lequel surfent les opérateurs pour ne pas intervenir sur des territoires pas assez rentables. 

 Agir collectivement est notre seule issue. Usagers, collectifs, associations, entreprises, collectivités et élu.e.s, unissons nous et ensemble exigeons: 

 - un véritable service public de la communication. 

 - une continuité dans l’accès aux réseaux, à un internet très haut débit à coût modeste,

 - des interlocuteurs physiques dédiés et disponibles partout, des dédommagements en cas de pannes.

 - un moratoire sur la 5G: pas de nouveaux réseaux tant que les existants ne sont pas disponibles, fiables et garantis partout.

Lors de sa nomination le Premier Ministre CASTEX a déclaré: « Nous devons réarmer nos territoires, nous devons investir dans nos territoires, nous devons nous appuyer sur nos territoires ».  A vingt-cinq reprises «territoires » fut prononcé.

Mais que signifient ces mots quand l'égalité républicaine n'est plus assurée?

Pannes et désagréments internet et mobiles. Inégalités territoriales d’accès

Ras le bol, signons la pétition.

Pétition vous pouvez donc la signer en ligne et la diffuser à vos contacts.

Envoyé par
alain.paulien@orange.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Migrations
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal