L'histoire begaille mais begaillera t'elle jusqu'au bout, du choléra au corona

Un proverbe dit que l'histoire se répète deux fois, la première en tragédie, la deuxième fois en farce. Comme jamais deux sans trois, les proverbes ne sont pas exactes, juste là pour enfoncer des clous. L'histoire se répète parfois, même plusieurs fois en tragédie tout simplement. Du choléra au coronavirus des bégaiments de l'histoire

L'histoire bégaille mais bégaillera t'elle jusqu'au bout, du choléra au corona ?

cholera-1

 Un proverbe dit que l'histoire se répète deux fois, la première en tragédie, la deuxième fois en farce. Comme jamais deux sans trois, les proverbes ne sont pas exactes, juste là pour enfoncer des clous. L'histoire se répète parfois, même  plusieurs fois en tragédie tout simplement.
 Pendant longtemps les épidémies celles dues au manque d'hygiène ont surtout touchées les pauvres qui manquaient de tout. Les riches en mettaient la responsabilité aux plus pauvres: manque d'hygiène, dégénérescence, fainéantise des pauvres, bref les clichés faisaient office d'explication. 
Les épidémie de choléra, une importation asiatique comme la peste, ont frappés la France au 19 eme siècle.
Face a ces épidémies plusieurs médecins, ingénieurs avaient proposé de construire à Paris un réseau d'égout. 
Le cout de ses construction était énorme, la bourgeoisie au pouvoir, n'en voulu pas. 
Pourtant les médecins compétents les réclamaient a corps et a cri, sa construction était une question de santé publique. D'autant plus que Paris, la plus grande ville du monde à l'époque voyait sa population augmentée de manière vertigineuse. Les effluents dans la seine aussi. Hors la Seine servait de source d'eau potable et chier dans sa flotte n'est pas sain.
Le mépris de classe fut la réponse, les pauvres avaient qu'a être propre ! Eux les bourgeois serait de toute manière épargnés par ces fléaux
La bourgeoisie avait le pouvoir et les classes populaires l'immense majorité, n'avait pas leur mot à dire. Quand elles le disaient c'était: barricades, fusils, morts et cela se finissait à la baïonnette. Vu le cout des travaux, seul un impôt sur les détenteurs du pouvoir, les bourgeois pouvaient le financer. Ils votèrent contre  le fait de payer. Les pauvres déjà assommer d’impôt, il était délicat de leur presser plus le citron , ils avaient la barricade facile.
En 1832, une grande épidémie de choléra frappa la capital et tua des dizaines de milliers d'habitants. L'épidémie ne fit pas différence de classe et les enfants de bourgeois fut atteint comme les pauvres. Casimir Périer banquier et homme d'état, leur Macron de l'époque fut emporté...
L'épidémie passée, la construction des égouts fut voté comme un seul homme par les bourgeois qui pleuraient leurs morts, ces égouts firent la fierté de Paris.

egouts

 

En 2020, nous avons encore la bourgeoisie au pouvoir avec des classes populaires qui n'ont pas leur mot à dire. quand elles le disent c'est manifestations, grenade et cela finit au LBD.
Les hôpitaux publics sont sous équipés depuis des années. Le vieillissement de la population, la dégradation de l’état santé, nécessite de colossales dépenses et les plus riches refusent de payer, ils exigent et obtiennent d'en payer moins. Les classes populaires déjà assommer d’impôt, on ne peut  pas leur presser plus le citron. Les bourgeois se moquaient des pauvres , s'il étaient malades c'est qu'ils ne savaient pas se nourrir et fumaient trop.
Apparu d’Asie une pandémie de Coronavirus et les hôpitaux débordés, se retrouvèrent démunis, les infirmiers allant acheter eux même des masques a castorama.
Encore une fois la pandémie ne su pas faire de distinction entre des alvéoles pulmonaires de pauvres et de riches. Elle va faire des dizaines de milliers de victimes voir plus. De nombreux personnels soignants seront les victimes. Le manque de moyens dans une société débordant de richesse paraitra absude. Manquer de masque de papier dans une telle abondance de gaspillage d'emballage !
Nous ne souhaitons rien de mal à Monsieur Macron qui est au pouvoir depuis 2013 et a fermé 17 500 lits par sa politique. Le virus est dangereux pour les personnes âgées, ils semble que les personnes aillant juste des idées de vieux soient épargnées !Mais les bourgeois se foutaient pas mal que l'on bousille l’hôpital public, de toutes manières ils seraient épargnés grâce aux cliniques privés.
 

hopital

Les soignants seront les nouveaux héros comme les policier après les attentats.
Une fois passé la pandémie, les bourgeois qui pleurent leur morts voteront les milliards pour équiper les hôpitaux comme un seul homme! 
Mais ils feront remarquer que certains pauvres n'ont pas respecté les consignes de confinement ....

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.