jean ganzhorn
Artisan dans l'énergie renouvelable, écrivailleur amateur
Abonné·e de Mediapart

61 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2022

Dans les Alpes, épuration sociale en cours, à coup de maisons secondaires....

Épuration sociale en cours, on a retrouvé une des armes du crime, la maison secondaire.... Nous, habitants des hautes vallées alpines, sommes victimes d’une épuration sociale sans bruit ni fureur. Chaque mois, nous apprenons le départ d’un ami, d'une connaissance, qui va ailleurs chercher un terrain pour cultiver, un logement pour se loger.

jean ganzhorn
Artisan dans l'énergie renouvelable, écrivailleur amateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous, habitants des hautes vallées alpines sommes victimes d’une épuration sociale sans bruit ni fureur. Chaque mois, nous apprenons le départ d’un ami, d'une connaissance, qui va ailleurs chercher un terrain pour cultiver, un logement pour se loger. Ici, dans nos montagnes, la spéculation immobilière chasse les modestes, les apprentis-cultivateurs, les artistes précaires, les locataires sans garanties, les dégoûtés de l’obligation de verser la moitié de sa paye a un proprio, véritable servage moderne. Certains essaient de résister, construisent des yourtes ou des tinny-house ou prennent des mobil-home, mais trouver un terrain est un calvaire, une lutte. Certains en profitent pour louer fort cher un droit de pose a des Thénardiers.

 La raison, la flambée récente des prix de l’immobilier, qui s’ajoute à un énorme triplement en 20 ans des prix, cette flambée s’est accentuée depuis le covid (+20 % en deux ans). La ruée sur la maison individuelle provoque une inflation sur le peu de terrains disponibles et se répercute sur les loyers.

Le laisser-faire-le-marché-ça-va marcher (mais pour qui ?), l’abandon de toute politique de logement social, le trop-plein d’épargne des riches, font partie des coupables. Certes, mais au rang des accusés, il y a un absent de marque : le choix de la maison individuelle sur le collectif. Et ce choix est rarement dénoncé, absent des débats, pas questionnable. Pourtant, il renchérit les coûts, il mange énormément de matériaux et artificialise des dizaines de milliers d’hectares. Ce choix a un impact sur la consommation de terres agricoles plus important que toutes les zones commerciales, zones artisanales et les projets de golfs, d’aéroports. Son appétit est bien plus que tout leurs projets inutiles et imposés que nous dénonçons haut et fort depuis des années, en luttant contre. Comme justement comme ce golf de 40 ha financé par de l’argent public a 100 % au Crot, nouveau caprice de la Comtesse locale (4 millions d’€). Ce choix est encore plus néfaste que cette stupide et imbécile idée de raser des forêts pour mettre des centrales photovoltaïques : pour lesquelles je vous renvoie a ce texte et proposition simple. La raison est simple ; la population aime la maison individuelle, et la destruction des sols que génère le pavillon est diffus, peu spectaculaire : un peu par-ci, un peu par-là. La pensée écologique est baignée d’un a-priori idéologique du SMALL IS BEAUTIFUL, pourtant il est parfois faux : le bus est plus écologique que la voiture, le bâti collectif plus que le pavillon, la mutualisation plus écologique que le « Chacunsageule » !

 On ne le dit jamais fort, tant elle est populaire même dans les milieux écologistes, mais un choix de construction est responsable en majorité de la destruction des sols, c’est-à-dire de la biodiversité. Artificialiser les sols, c’est détruire la biodiversité. Le dire haut et fort, quitte a susciter l’étonnement et l’incompréhension, est indispensable tant ce coupable passe pour un gars bien depuis qu’on l'a repeint en vert. La maison individuelle n’est pas écologique et notre préférence, le choix de la maison individuelle par rapport au petit collectif à quelques étages, artificialise et bétonne des milliers d’hectares. Il le fait de manière diffuse, sympathique, mais « MULTITUDE DE SMALL IS BIG », bien plus que tous les projets inutiles réunis, est détestable pour bien des raisons. Le pavillon occupe beaucoup de place, artificialise des terrains (30 % de la surface d’un lotissement occupé par des routes), ce choix agrandit les routes, rend chers les réseaux d’eau potable, d'électricité, de transport et rend le transport collectif impossible. Sur 5 ha artificialisés 4 le sont par les routes et les maisons individuelles. La maison individuelle est la fille de la voiture, sans elle, impossible de l’habiter. Leurs rejetons sont le supermarché, la zone commerciale. Bien plus gourmande en matériaux de construction et en énergie de chauffage, elle provoque toujours plus de déplacements, de voitures et mange les terres fertiles. Elle bouffe aussi le temps de ses habitants en transport et en temps pour payer ce transport énergivore. Ce choix est aussi socialement injuste : les réseaux d’eau, d’électricité, de transport et d’assainissement coûtent bien plus chers au collectif que les bâtiments collectifs. Or tous ces coûts sont mutualisés, socialisés. En résumé, les habitants des HLM financent l’assainissement des maisons individuelles. Si les propriétaires de pavillons devaient payer le coût réel des infrastructures que nécessitent les lotissements le prix serait prohibitif : agrandir les routes, faire des rocades, pomper l’eau sur des kilomètres, tirer des lignes électriques, déplacer les habitants. Ce modèle est donc largement subventionné au profit de la spéculation foncière source de bien de corruption… Le changement d’affectation de terres, l'artificialisation, en clair ; c’est 15 milliards par an de profit….


 Il est sûr que nous comprenons les rêves d’habiter à la campagne, loin dans la nature quand nous saturons de la ville. Les rêves d’avoir son pied-à-terre(sic), la campagne pour s’oxygéner des villes. Ses rêves sont compréhensibles, humains, mais ces rêves sont un cauchemar pour le monde vivant et l’avenir. Ils ravagent la nature en extraction et artificialisent nos sols. Cet urbanisme ne sera pas tenable dans un monde à énergie chère. La sobriété, notre seul avenir possible, doit être aussi foncière. Une autre critique moins objective du lotissement du monde et ses conséquences est qu’il individualise encore et toujours plus notre monde. Tout le monde veut sa bulle a grande baie vitrée sur beau paysage naturel communiquant avec les autres électroniquement. Fin de la marche à pied, de la noria des livreurs le matin, de la noria des voitures le matin et soir, le lotissement du monde, chacun prenant sa maison pour radeau de sauvetage dans un monde qui coule…. Un radeau qui carbure à la bagnole.

 Mais il existe encore pire que la maison individuelle. Elle a quand même le mérite d’être habité en permanence. Pire, c’est la deuxième maison, la maison secondaire, celle des vacances, celle utilisée quelques semaines par an, celle des volets clos 11 mois par an, le placement financier récréatif et sympathique, l’épargne concrète, le placement qui monte. Ici, c’est la pire des plaies, une maison sur deux. Nous assistons à la ruée de riches boomers sur la montagne. Cette montagne qu’on trouvait trop isolée il y a 20 ans mais qui avec Amazon propose tous les facilités de la ville.  Ces maisons secondaires sont un fléau. La maison secondaire chasse aussi indirectement le paysan. Comme dans toute gentrification, l’objet attirant le gentrificateur est chassé par lui-même.

Impossible de louer une terre pour la cultiver ; personne ne veut avoir un paysan sur son terrain, c’est le meilleur antidote pour qu’un terrain devienne constructible. L’acheter pour cultiver, a 200 € le m², cela fait 1 € par tige de blé !

 Nous revendiquons de pouvoir piétiner à deux pieds les lois du marché et réclamons la construction des petits collectifs sociaux et privés. Nous revendiquons la taxation progressive des maisons secondaires qui alimenterait le logement social. Nous revendiquons un changement culturel, le rejet de l’invention du 20ème siècle, le lotissement-bagnoles-individuel, et proclamons que le collectif est le choix le plus respectueux de la terre, du vivant et des humains. Nous proclamons que la maison secondaire est un choix pour lequel nous n’avons pas assez de place ici. Alors que la montagne est belle, pour qu’elle le reste, elle est rebelle à vos rêves de golfs, de béton, de goudron, de forêts rasées au nom de l’écologie….

 Sinon la montagne verra une épuration complète des pauvres ou leur servage moderne à coup de loyers abusifs. Et nous n’avons pas fini d’entendre ces boomers vieillissants râlant ne pas trouver des aides à domicile, et concluant à la pseudo fainéantise des jeunes générations peu motivées par le servage….

 La propriété des uns s’arrête là ou commence le servage des autres.

 Il n’y a pas de recettes individuelles face aux périls du 21éme siècle, que des constructions collectives possibles de l’avenir….

 A lire:

https://youmatter.world/fr/maison-individuelle-ecologique-impacts-environnement/ 

https://lvsl.fr/la-maison-individuelle-est-elle-vraiment-une-impasse-ecologique/ 

https://blogs.mediapart.fr/jean-ganzhorn/blog/060418/la-maison-individuelle-fille-de-lauto-est-une-arme-de-destruction-massive

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Libertés fondamentales : Gérald Darmanin désavoué par le conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart