Spéculator : en temps normal la spéculation vole, en temps de crise elle tue !

le Spéculateur (en latin « Speculator »), Alors à l'idée de l’annulation des dettes qui fait enfin des pas de géants, rajoutons celle de l'interdiction de la plus néfastes des activités, la spéculation sur les matières premières. Une mesure très simple serait l'obligation d'avoir en stock ce que l'on vends ! Impossible dans ce cas de spéculer a la vitesse de l’électron.

La spéculation est un pari, un simple pari, c'est pas parce qu'il porte fier des cravates que les spéculateurs, boursier, investisseurs immobiliers ne font autres choses que les joueurs de casino.
En temps normal, les variations des prix sont faibles. Le spéculateurs quand il gagne prend un peu de d'argent, il vole une part  de la richesse à celui qui la produit, c'est souvent pénible mais accepté car il f ait varié le prix que de peu. Le parasite grattouille mais tue pas...

img-4420


 En temps de crise, la spéculation peut rendre le prix du pétrole négatif, le prix de l’électricité aussi ou inférieure largement au prix de revient. La spéculation peut aussi rendre très cher les matières premières et faire mourir de faim celui qui peut plus se payer du blé...elle peut aussi ruiner celui qui fabrique de l’électricité ou du coton, comme EDF actuellement
Actuellement tout est perturbé, les gens achète plus de vêtement et le prix du coton flanche, le petit paysan du tiers monde est ruiné. EDF est en faillite et son président affirme ne pas pouvoir payer les travaux d'entretien de ces centrales nucléaire, une info qui fout la trouille.

Mais si le prix est devenue aussi variable, la raison est la volonté de laisser spéculer sur les matières premières. En temps de crise c'est simplement criminelle. En temps de famine au moyen age on tuait les spéculateurs, Napoléon l'avait interdit. 

quentin-metsys-les-usuriers


Si on ne peut pas complétement tout phénomène de spéculation en temps de crise, la moindre des choses est de la prohiber, la rendre délictueuse, fermer les bourses de spéculation obliger a des contrat sur longue durée avec des prix fixes, voir fixer le prix légalement en temps de crise. Une mesure très simple serait l'obligation d'avoir en stock ce que l'on vends ! Impossible dans ce cas de spéculer a la vitesse de l’électron.
La pandémie actuelle doit être l'occasion d'interdire cette horreur qu'est la possibilité que des personnes très riches jouent au casino la bouffe des miséreux. Son interdiction est vitale maintenant, elle doit le rester même si nous revenons a la normale.
A la perturbation des récoltes, du transport des matières premières, la spéculation va en rajouter une autre encore plus violente la perturbation des prix et ceci à la vitesse électronique.
Alors à l'idée de l’annulation des dettes qui fait enfin des pas de géants, rajoutons celle de l'interdiction de la plus néfastes des activités, la spéculation sur les matières premières.
Signez la pétition:

 

COMMENT FURENT AUTORISES LES PARIS SUR LES FLUCTUATIONS DE PRIX (V) CE QU’IL CONVIENT DE FAIRE MAINTENANT(Paul Jorion)

 

Un exemple de ce qui se passe:
Chronique des matières premières :http://rfi.my/4E47

 

Stop à la spéculation sur les matières premières ?

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.