Fin du monde, fin du moi même combat

Nous n´habitons plus sur la planète bleue mais sur la planète en feu. Nous sommes téléporter dans l’espace sur une planète extra terrestre avec comme folle destinée nous adapter a notre nouvel écosystème. Nous ne manquons pas de ressources, d’énergie ni de connaissances, mais de temps

Fin du monde, fin du moi même combat

Les historiens aiment bien découper l´histoire quand le  monde change complètement, le moyen âge fut termine qu’on découvrait l’Amérique, le monde fut plus le même quand commença la première guerre mondiale, le 19 eme s’acheva a ce moment : Pour ceux qui voit ces moments avec recul cela semble évident : Pour ceux qui le vivent n’en n’ont rarement conscience.

img-5080

 

S’il reste des hommes pour écrire dans un siècle pour écrire l’histoire de ce début de millénaire, il risque surement de faire partir le début du 20 eme siecle aux megafeux australiens qui furent les premiers marquants. Un continent en feu, des populations en fuite, le ridicule du pouvoir  se retrouvant tout nu. La guerre est déclare. La bascule se fait quand les certitudes tombent et que plus rien n’ai sur et stable. Le négationnisme climatique, forcenés chez les nantis et d’une large part de la population est a L'œuvre depuis des décennies, il devient impossible sauf a être dans la tête d’un idiot ou de Donald trump.

Les climats ne se réchauffent plus tranquillement, linéairement, les climats disparaissent  se détruisent et la guerre est déclare a la population.  Il ne s’agit pas d’adapter notre économie aux changements climatiques ou de changer lentement nos habitudes ou fonctionnement : il s’agit de survivre en temps de guerre, de gérer la misère et la désolation. Ce n’est pas le ski qui est menacé mais le tourisme tout entier. Ce n’est pas  des ajustements qu’il faut prévoir mais la fin d’un monde  et tout faire pour qu’un autre existe encore.

Face à l’ampleur des problèmes les réactions sont le déni, la sidération ou le nihilisme. On peut croire aussi que l’homme a des facultés immenses quand il affronte collectivement un ennemi et qu’il sait qu’il a déjà tout perdu et qu’il reste une chance de survivre s’il s’uni dans un effort désespéré. Ce n’est pas un don rêve utopique, l’histoire l’a déjà montré.

La guerre est déclaré, il n’est plus l´heure de savoir si les éoliennes abiment les paysages mais savoir que les forets méditerranéennes vont bruler que plus aucun paysages de nos enfances vont survivre.

Il est urgent de prendre conscience la mort rode et que nos décisions de maintenant vont choisir  si elles en prennent des millions ou des milliards.

Il est urgent, le débat n’est pas de savoir si on va ou pas vers l’effondrement ou pas ou si on le gère un peu, beaucoup ou pas du tout.

Il s’agit pour toutes les générations actuelles d’être exceptionnelles, c'est-à-dire  de faire ce n’ont jamais les humains, de comprendre qu’on a non seulement changer d’époque mais aussi qu’on vit dans un autre monde car nous venons de changer de planète.

Nous n´habitons plus sur la planète bleue mais sur la planète en feu.

Nous sommes téléporter dans l’espace sur une planète extra terrestre avec comme folle destinée nous adapter a notre nouvel écosystème.

Nous ne manquons pas de ressources, d’énergie ni de connaissances mais de temps.

Nous avons juste trop de passif et trop peu de conscience de cette cruelle vérité.

Nous devons faire le deuil de cette planète si calme et comprendre qu’elle est loin et quelle s’éloigne toujours plus vite de nous.

Nous devons consacrer comme dans une guerre toutes nos ressources, notre énergie et pensées a la bataille.

Nous devons sacrifier nos conforts, certitudes et nos légèretés.

5-9-16-andrea-tempspiraledhawkins

 Nous devons refaire peau neuve et oublier nos habitudes, espoirs et projections d’avenir.

Un avenir est possible si nous nous consacrons à nos besoins primaires, boire, manger et être en bonne sante. Pour cela nous devons y consacrer toutes nos ressources et arrêter l’immense gaspillage de la société capitaliste. Nous pouvons arrêter l’utilisation des énergies fossiles rapidement si on supprime le gaspillage des ressources que représente le tourisme, la consommation de viande, l’obsolescence des produits, l’urbanisation  de la maison individuelle, le transport individuels, tout les métiers inutiles comme la publicité, la spéculation….

Nous devons construire des réserves d’eau, des coupe feu, relocaliser notre économie, vegetaliser nos villes, construire des champs solaires, éoliens, dessaler l’eau de mer, accueillir des peuples entiers, tant de choses…

Tout cela provoquerait l’effondrement de pans entiers de notre économie, des bouleversements énormes, mais nous occuperait  bien mieux que de chercher des boucs émissaires, taper sur son voisin, ou se disputer le dernier bout de gras….

Doux rêves, mais bientôt tout bascules, les certitudes aussi alors autant préparer le terrain ….

 Ce sont des nécessités impérieuses pour protéger l’essentiel, un peu comme nous devons raser des forets entières pour faire des coupes feu géantes pour contenir les megafeux. Ceux qui verront leur foret rasée protesteront, mais nous devons leur imposer en leur disant que nous sommes en guerre et qu’ils ont quitté leur planète sans s'en rendre compte.

pandorasbox

Nous avons ouvert la boite de pandore, d’elle s’échappa tout les malheurs de la terre dit la légende, la dernier chose qui sortit fut l’espérance.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.