jean ganzhorn
Artisan dans l'énergie renouvelable, écrivailleur amateur
Abonné·e de Mediapart

62 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 avr. 2022

La grenouille va-t-elle sursauter ?

Depuis Kyoto en 1999, et son fameux protocole qui acta que le réchauffement climatique était un enjeu mondial, l’humanité n’a pas fait grand-chose à part des grandes messes et des rapports. Avec la guerre en Ukraine, la grenouille peut elle sursauter ? Un effort de guerre est la seule issue face à la destruction du climat. Va t'on mener la guerre à la catastrophére...

jean ganzhorn
Artisan dans l'énergie renouvelable, écrivailleur amateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis Kyoto en 1999, et son fameux protocole qui acta que le réchauffement climatique était un enjeu mondial, l’humanité n’a pas fait grand-chose à part des grandes messes et des rapports. Elle est comme une grenouille dans un récipient qui se faire cuire à petit feu sans réaction. La stupide guerre tribale poutinienne entraîne un choc dans l’approvisionnement de matières premières, notamment énergétiques. Va-t-elle provoquer un sursaut de la grenouille?

Va-t-elle essayer de réagir et enfin déployer un effort gigantesque, cet effort qu’elle a déjà réalisé, que nous nommons « effort de guerre »? Le rapport du GIEC, lui, nous prédit une guerre sans fuite possible si nous continuons à rejeter du Co2 dans l’atmosphère.

Nous ne pourrons pas signer de traité de paix avec un climat extrême.

 Les ouragans feront aussi bien que les bombes à vide de Poutine.

La montée des eaux assiégera aussi bien les villes côtières et provoquera les mêmes exodes.

Les centrales nucléaires foutront autant la trouille, elles seront en difficultés quand l’eau manquera pour les refroidir.

Les villes seront assiégées de chaleur et l’atmosphère aussi étouffante qu’en temps de guerre. Le couvre-feu sera diurne au lieu d’être nocturne.

Les méga-incendies rôtiront aussi bien les paysages et les maisons que des bombes atomiques.

Les maladies générées feront aussi bien que nos armes chimiques.

Les vents extrêmes feront aussi bien tomber nos pylônes électriques qu’un bombardement minutieux.

Les pénuries seront monnaie courante et la nourriture sera le souci quotidien. Les coupures de courant seront la règle. En restant dans le capitalisme, la spéculation sera intense et l’inflation sera quotidienne comme dans une bonne guerre.

Les embargos seront édictés. Chaque pays voudra garder sa ressource et les exportations de nourriture seront limitées.

Le problème ne sera plus de vendre mais d’acheter. Le marché noir sera régi par les gangs mafieux.

Les réfugiés seront légion, leur accueil doit devenir un savoir-faire.

Le capitalisme sera remis en question et des tabous tomberont, comme nos convictions. Tout un logiciel à reconfigurer, il aura ses bugs mais le précédent ne fonctionne plus.

Alors autant faire tomber nos tabous rapidement, sans attendre, d’abord dans nos têtes puis dans la vraie vie (ça ne peut marcher que dans cette séquence).

 Le premier tabou à abattre est celui de la spéculation, de la répartition des richesses capitalistes. On nous a fait croire que le capitalisme était un fonctionnement naturel et que l’argent va aux plus riches comme l’eau va la rivière. Ils ont oublié de parler de la pluie qui répartie l’eau. Il faut la pluie et l’irrigation.

Le capitalisme gère déjà très mal la répartition de richesse en temps de paix, alors en temps de guerre, il amplifie le chaos. Un système qui, en temps de paix est déjà capable de faire pourrir du blé à côté d’affamés, comment va-t-il le répartir en temps de guerre ? Il est capable de continuer à transformer du blé en biocarburants (E85) pendant que les yeux des enfants affamés sortent de leurs orbites, à une journée de bateau de nos pays privilégiés. Il est capable de continuer à rendre malades des gros au nord pendant qu’on mange de la terre au sud. A continuer à produire de la mauvaise viande coûteuse en céréales, c’est-à-dire à préférer nourrir des bêtes qui souffrent que de soulager la faim d’humains. La spéculation est déjà pénible en temps de paix, en temps de guerre elle est criminelle. Un système qui encourage et donne tout le cadre légal à la spéculation, qui évite aux spéculateurs de payer des impôts est un système de complicité de crimes. Un système mafieux. La planification, la régulation des prix et le rationnement sont nécessaires dans chaque guerre. Au cours de l’histoire, les pays qui ne l’ont pas fait, ces pays ont perdu la guerre.

Un autre tabou à abattre dans nos têtes: l’affectation libre des investissements et de l’épargne.

Dans le système actuel, chacun est libre d’investir son argent là où il le souhaite: si nous préférons faire des golfs et des maisons secondaires à la place de logements pas chers, c’est possible, même avec de l’argent public. Dans une guerre, c’est l’état qui décide de ce qui doit être fabriqué. Les banques sont sous tutelle et l’argent mis de côté doit être investi dans l’effort de guerre.

Un tabou à abattre et plus compliqué à faire tomber : le marché fixe les prix.      

  Dans une économie de guerre, les prix sont fixés par l’état qui mène en parallèle un système de rationnement. Le marché noir se développe mais l’état le réprime de manière judiciaire et l’opprobre moral est important. Il est ainsi limité. Chacun accède à une part de la consommation minimale des denrées de base. La consommation supplémentaire devient onéreuse. Les prix d’achat des matières étant fixés aussi pour les producteurs et les industries, ceux-ci ne sont pas en faillite. Ils produisent en fonction de ce qu’ils peuvent acheter et non en fonction de ce qu’ils peuvent vendre. Conséquences: ils ont intérêt à produire durable et l’obsolescence programmée disparaît. Ils ont intérêt à vendre du service, comme de la réparation. Autre conséquence: le marketing, la publicité font faillite et les employés doivent être reconvertis en paysans, installateurs solaires, psychologues, formateurs, agents des services sociaux, propagandistes dans l’effort de guerre climatique.

Un tabou moderne à abattre: l’effet d’échelle et ses économies: plus une usine est grosse et plus elle est rentable, le transport ne coûtant pas grande chose. Nous passons d’une énorme usine de pain de mie par pays à une petite par département. Un maillage est bien plus résilient, si une usine est détruite par la guerre climatique il en reste 99 autres. Le choix d’usine modulaire, répétitive, permet d’affronter les dégâts de guerre climatique.

Un tabou à abattre: la productivité. Nous remplaçons la recherche de la productivité du travailleur par la productivité de la matière et de l’énergie. Au lieu de toujours remplacer des hommes par des machines, nous faisons, l’inverse. Ainsi au lieu de robotiser l’agriculture, nous la manuelisons. Nous obtenons ainsi le plein emploi et compensons la destruction de nombreux emplois dans les domaines devenus obsolètes. Actuellement la solidarité est financée par des cotisations sociales sur le travail. Nous faisons reposer la solidarité (les vieux, les enfants, les malades) sur l’impôt, les bénéfices, les taxes sur l’énergie et les matières premières. Remplacer du travail humain par des matières premières et de l’énergie devient coûteux.

Un autre tabou à abattre : la complexité du monde. Afin d’employer un maximum de monde à produire nos ressources essentielles, nous devons simplifier. Simplifier les organisations et les fonctionnements, avoir moins d’intermédiaires, moins de sous-traitance et devenir responsables de nos productions Des productions plus locales, avec plus d’humains partout peut simplifier un monde devenu, au fil de la mondialisation, d’une complexité inextricable.

A tous ceux qui, en lisant les lignes précédentes, voient apparaître un monstre bureaucratique stérilisant l’économie, ils oublient que le monde capitaliste est devenu un monde immensément bureaucratique, ou la complexité enrichit un tas d’intermédiaires, de contrôleurs de travaux finis, de revendeurs pas forcément bien utiles. Une organisation de la production, décentralisée, en direct, où le client est en face, risque de mettre au chômage une armée de bureaucrates chargés de gratter les soussous...

La guerre actuelle nous démontre que la fête est finie. La gueule de bois commence et nous devons agir, vite et bousculer notre quotidien et notre train-train. La guerre entre souvent par effraction et les gens heureux ou trop occupés ne la voient pas venir. Le grand historien Marc Ferro, expliquait comment, en 1940 en France, tant de gens n'avaient pas vu venir la guerre et comment elle avait bouleversé le quotidien de tous. Même les plus reculés et coupés du monde ont dû la subir. Dans celle à venir, il n’y aura pas d’échappatoire, pas de bunker, pas de refuge, nous sommes cernés.

L’avantage des chocs est qu’ils peuvent provoquer d’abord la sidération et ensuite le sursaut.

Notre monde se délite depuis des années et nous ronronnons à monter des usines à gaz de changements. Nous devons prendre conscience que la tragédie est là, que nous le voulons ou non, l’histoire nous rentre dedans. L’effort de guerre à mener est considérable, mais nous avons encore des forces. Le temps n’est plus à la discussion, aux polémiques oiseuses, nous n’avons plus de temps pour faire de la peinture verte, des petits gestes, des reformes de l’aménagement par touches, des plans climats...Non, nous avons à lutter contre une guerre climatique!

Nous avons à remettre des millions de paysans dans nos champs pour réduire la quantité de pétrole que nécessite la grosse agriculture chimique et produire 90 % de ce que nous mangeons, en instaurant une sécurité sociale de l’alimentation

Nous avons à remettre en place la circulation de milliers de bus et trains pour faire ce que nous faisions il y a un siècle : se déplacer collectivement !

Nous avons à refaire des petites usines dans tout le pays pour re-fabriquer sur notre sol les tuyaux d’eau, nos machines à laver, tout objet indispensable à une vie décente.

Nous avons à former des milliers de techniciens qui vont réparer et prolonger la vie de nos maisons, voitures, machines, ordinateurs.

Nous avons à construire nos éoliennes, nos panneaux solaires, à produire TOUTE notre énergie localement c’est-à-dire, à tirer notre lithium de nos sols, à accepter la pollution des usines de silicium et en détruisant le moins possible nos environnements. En connaissant le prix de sa production, nous serons obligés de l’économiser en collectivisant un maximum son utilisation:

Bien sûr l’effort demandé est difficile mais la guerre ce n’est jamais un pique-nique!

Dans toute l’histoire, pourquoi tant d’humains se sont sacrifiés pour l’effort de guerre, pour un drapeau, une tribu ? Les fanatiques peut-être mais quand tout un peuple est entré dans un effort de guerre il le fait fondamentalement pour ses enfants, car il sait que la sentence guerrière première est « malheur au vaincu ».

« Quand tu penses qu'il n'y a vraiment plus d'espoir, pense aux homards qui se trouvaient dans l'aquarium du restaurant du TITANIC. »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana