Hercule à EDF , la vente du réseau électrique et des barrages

Mercredi 25 novembre au soir il a été décidé le démantèlement d’EDF et la privatisation des beaux morceaux : les réseaux électriques, les barrages hydrauliques, et la nationalisation du coûteux nucléaire ainsi que sa relance. Une étape dans ce long processus, dont le nom est hercule

Mercredi 25 novembre 2020 à l’Élysée le sujet est Hercule.

Hercule partant avec les piliers du secteur électrique (réseau électrique et les barrages) Hercule partant avec les piliers du secteur électrique (réseau électrique et les barrages)

Hercule partant avec les piliers du secteur électrique ( le réseau électrique et les barrages)

Mercredi 25 novembre 2020, à l’Élysée, le sujet est Hercule. Ce soir-là, il a été décidé le démantèlement d’EDF et la privatisation des beaux morceaux (les réseaux électriques et les barrages hydrauliques), et la nationalisation du coûteux nucléaire, ainsi que sa relance.  Une étape dans ce long processus, dont le nom est Hercule. Rétablir le secteur énergétique dans la planification publique est vitale face au réchauffement. Seule une mobilisation importante dépassant les syndicats d’EDF peut s’opposer à cette folie. Peu sexy, le sujet est pourtant immensément important. Voici une longue explication…

 

Pensée du jour : Si un jour tu te réveilles avec 4 testicules, ne te prends pas pour Hercule, c’est juste qu’on ….

Nous en parlions en 2016 et les faits nous donnent raison. Un processus commencé il y a 20 ans de privatisation de tout le secteur énergétique : gaz et électricité privés à tous les étages !

 

La bataille du réseau (1)

La bataille du réseau (II)

Histoire de la distribution électrique

Évolution du prix de l’électricité avec la libéralisation et ses conséquences...

RTE les autoroutes de l'électricité, un destin digne des autoroutes routières

 

image3

 

Quand tombe les dominos….

image1

Comme des dominos qui tombent : la filière nucléaire française, en faillite grâce à l’arrogance de ses dirigeants : EPR, Uramin, la corruption va toujours de pair avec l’incompétence, l’entraîne au fond d’une bonne dizaine de milliards de trous. L’état replâtre et la marie de force avec EDF, société publique fleurissante des années 2000, dégraissée par le pillage légalisé de la concurrence, via l’ARENH et la mise en bourse du marché de l’électricité. La ruinée endettée se marie avec le riche déchu, cela fait deux ruinés. Le coup de grâce à EDF est le coronavirus et le confinement, il a fait chuter le prix de l’électricité au-delà du raisonnable : EDF est financièrement mort. Le gouvernement décide de renflouer mais il doit vendre les meubles et les bijoux de famille de l’ancien riche : les réseaux électriques, les lignes à haute-tension et la distribution. Un acte de plus dans le pillage des biens communs, certes. Mais ce dépeçage se déroule à l’arrivée de deux défis vitaux de notre société : résister à l’effondrement climatique et se passer rapidement de toute notre production d’énergies fossiles, celle-ci implique l’électrification des énergies et la pièce maîtresse est le réseau électrique. La faire échapper du contrôle public revient à se priver d’un outil qui doit être finement planifié…. Mais en ce début de siècle nous devons affronter des défis immenses avec au pouvoir une idéologie au service de la cupidité.

Le projet de vendre les réseaux électriques au privé va entraîner une inégalité territoriale de plus. La montée des déboires climatiques est un facteur aggravant. La révolution technique en cours qu’est la production du photovoltaïque en autoconsommation peut entraîner le meilleur comme le pire selon la réaction des pouvoirs publics, mais surtout des citoyens selon si on laisse faire ou si une forte réaction collective se met en place.

image2

Le réseau électrique est un objet qui intéresse peu le citoyen, donc peu les médias. Il s'agit pourtant d'un monopole public en voie rapide de privatisation et un outil fondamental de la révolution des énergies renouvelables.

Flash-Back-Retour vers le passé… ou la densité des réseaux à toujours faire la rentabilité ou le déficit.

Avant-guerre (de 39-45), le réseau électrique était peu dense, multiple et fortement inégalitaire. De vastes étendues peu peuplées étaient des zones blanches pour la bonne raison qu'un réseau électrique comme un réseau téléphonique est bien plus rentable dans des zones peuplées que dans des régions désertiques. Relier dix maisons au fin fond d'une campagne n'était pas, ne l’est toujours pas, et ne sera jamais « profitable ». Les travaux ne sont jamais amortissables et les pertes en ligne, plus importantes. Si en moyenne, en France, 6 % de l’électricité produite est perdue dans le transport et sa distribution, dans les Hautes-Alpes, les pertes sont de 14 %, soit plus du double.

Amusez-vous à regarder :

https://data.enedis.fr/pages/accueil/?id=dataviz-cartographie-des-reseaux

La nationalisation de 46 avait permis non seulement de rationaliser le réseau en choisissant une seule technique, mais il avait fait naître la péréquation : les grandes villes payent pour les campagnes, les gros consommateurs pour les petits. Cette mutualisation des coûts a permis l'électrification des campagnes et des zones pauvres. Le paiement d'une redevance sur la quantité d'énergie électrique consommée a permis aussi de faire payer beaucoup les gros consommateurs et peu les petits. Ce système peut vous paraitre logique, mais en réalité le problème est plus compliqué. Pour un gestionnaire de réseau, que vous consommiez peu ou beaucoup, cela lui coûte le même câble à poser, que vous l'utilisiez ou pas. Une part importante de la facture d'électricité est en réalité une redevance de transport et de distribution, il s'agit d'un tiers de la facture. Un gros tiers est la production de l'électricité, le dernier tiers des taxes. En devenant auto-producteur, vous ne payez pas ces deux tiers, comme une personne qui produit ses pommes au fond du jardin qui ne paye pas de TVA ni le transport des pommes et sa distribution.

Ce système a eu des effets égalitaires socialement et entre les campagnes et les villes. Comme tout système généreux, il a ses effets pervers, il a favorisé l'étalement urbain. Un promoteur immobilier construisant un lotissement voyait l'agrandissement des réseaux d'électricité payé par tous (comme pour les routes ou les égoûts). Dans un contexte de promotion du développement et d’urbanisation, ce fut accepté par tous. A la fin des années 90, la volonté de mettre fin au monopole public du secteur de l'électricité fut promu par l'Europe. Le plus drôle est que ce fut promus et enclenché par un gouvernement socialiste sans majorité, sans les communistes, ni les Verts : le gouvernement Jospin,! Dans ce cadre, il fallait faire payer le coût réel du réseau et développer la concurrence dans la production d'énergie électrique. Les écologistes y virent une opportunité pour développer les énergies renouvelables dans un pays farouchement pro-nucléaire. Ils ont greenwashingué le libéralisme (et j’en fus, sic).

A mort la péréquation sociale !

Le réseau électrique resta public mais le prix du réseau fut payé de plus en plus par les particuliers et moins par les gros consommateurs (industries et professionnels). Des milliards basculèrent tranquillement des entreprises aux ménages. Sans aucun débat public, comme pour les autoroutes, cela passa crème… Les gros ne devaient plus payer pour les petits, les prix des particuliers flambèrent, celui des gros baissa.

evolution-prix

 Remarquez la courbe jaune et grise qui se sépare à la libéralisation.

La séparation fut accomplie entre la production d'énergie, son transport et sa distribution. Nous vîmes la transformation d’EDF, établissement public, en trois entités, la production d'énergie avec EDF, le transport d’une région à l'autre, d'un pays à l'autre, via les lignes à haute-tension avec RTE (les autoroutes), la distribution avec ERDF devenu ENEDIS (les départementales et les voies communales), les petites lignes et les compteurs.

image4

image5

A mort la péréquation géographique !

Le projet suivant du gouvernement est le projet HERCULE : la privatisation des autoroutes de l'électricité RTE et ENEDIS, ses départementales. Ces deux entreprises vivent d'un droit de péage et sont potentiellement trés rentables. En situation de monopole, elles peuvent fournir un maximum de cash pour un privé, si on sait bien réduire les coûts d'entretien et arracher de l'argent public pour chaque investissement non rentable. Ces deux entreprises ont un patrimoine important dont le renouvellement est lent. Un privé peut facilement réduire les investissements pendant un temps pour faire de l'argent. Les lignes à haute tension durent des décennies. Un exemple, ENEDIS enterre ses lignes aériennes à grand frais régulièrement, elle peut ralentir le rythme. L'entretien des lignes dans les campagnes est coûteux et ne rapporte pas d'argent.

L’EXEMPLE PITOYABLE DU RESEAU TELECOM PRIVATISÉ, les bénéfices sont les seules choses à entretenir !

L'exemple de France Télécom: L'entreprise public transformé en Orange avait un réseau de ligne télécom impeccable, notamment dans les campagnes. Elle a décidé dans la fin des années 2000 de ne plus entretenir ses lignes, de ne plus élaguer les arbres et le résultat au bout de dix ans est catastrophique. Non seulement les ligne tombent régulièrement dans les campagnes, mais elle a même perdue la compétence technique en interne (dixit un syndicaliste d’Orange). Les députés ont dû voter une loi en 2015, pour obliger l'opérateur à entretenir ses lignes qui s'écroulent un peu de partout, résultat, pas grand-chose, les bénéfices sont les seules choses à entretenir.

Rapport assemblée sur l’état des réseaux téléphoniques :
http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/rapports/r2718.pdf

Un réseau qui penche du mauvais coté Un réseau qui penche du mauvais coté

Un réseau qui penche du mauvais coté

 

image7

Un réseau à terre

Un réseau qui tient avec du scotch ! Un réseau qui tient avec du scotch !
 

Un réseau qui tient avec du scotch !

 

Des réparations pas à la hauteur ! Des réparations pas à la hauteur !

Des réparations pas à la hauteur !

 

Les campagnes n’intéressent pas Orange, elles sont par nature déficitaires. Promenez-vous dans n'importe coin paumé de France et observez de vous-même !

Ce qui est arrivé au réseau téléphonique arrivera au réseau électrique ! A une petite nuance près, le téléphone est en 48 Volt donc pas dangereux, le réseau électrique lui est mortel pour qui le touche. Les coupures seront donc de plus en plus fréquentes.

Un autre exemple de réseau privatisé, le réseau mobile et la fibre : au lieu de faire un réseau unique, nous avons des réseaux en triple exemplaire en ville, ce qui coûte finalement cher aux consommateurs. Le réseau est mutualisé en campagne, et dans les zones très peu denses, rien. Pas d’accès gratuit au plus défavorisé même pendant un confinement en pleine pandémie. Certains réclament maintenant le retour au service public, car privés d’internet, devenu indispensable. Quand tout est privé, on est privé de tout !

 Dans le déploiement de la fibre, la concurrence entre les acteurs est source de travaux chaotiques, et dans les zones peu denses, on voit les élus locaux signer de juteux contrats avec un opérateur privé. Les scandales de corruption seront énormes….

image9

Le réseau du gaz, privatisé dans des conditions douteuses (voir livre de Denis Robert ), a vu sa facture augmenter de 40 %, et les profits aussi !

 Les autoroutes, les aéroports, les routes nationales, c’est toujours la même bibine….

Denis ROBERT et C.LE GALL dénoncent ces milliardaires prédateurs contre les états © L'invité

Denis ROBERT et C.LE GALL dénoncent ces milliardaires prédateurs contre les états :

« Inégalitaire, corrupteur, chaotique et cher, avec pertes pour les revenus publics et mauvais entretiens en prime ; voici le vrai visage de la privatisation de réseau, qu’il concerne l'’eau, le gaz, les autoroutes, les routes téléphoniques, le GSM, etc.… Même cause, même effet dans la privatisation du réseau électrique. Nous pouvons affirmer que TOUT réseau doit être public pour le bien commun. Qui dit réseau, dit mutualisation, dit propriété publique ! »

Le défi du climat : Un effondrement de la régularité climatique, ça souffle dans les grandes et petites lignes !

Sculpture moderne climatique Sculpture moderne climatique

Sculpture moderne climatique

Le changement climatique augmente la vitesse des rafales de vent, les tempêtes sont de plus en plus intenses et fréquentes. Dans les années 70, de nombreux pylônes ont été abattus par de fortes tempêtes, plongeant parfois des régions entières dans le noir. Le blackout général a même été frôlé parfois. On se souvient de la tempête de décembre 1999. La réponse fut de passer la résistance des pylônes de 140 km/h à 160 km/h. Il semble probable que cette résistance s'avère rapidement insuffisante. Un privé rechignera à faire de tels investissements, ou le fera en mode chantage. D'autant plus que le réseau à l'époque était national et les importations et exportations réduites. Avec la libéralisation du marché et la volonté d’en faire un seul marché européen, la dépendance de chaque pays aux importations est plus grande, sa fragilité aussi ! Les zones de grands échanges notamment le nord de la France et la Belgique sont très vulnérables, une tempête dans ces régions plates un jour de fort échange transfrontalier pourrait entraîner un blackout partiel ou total, avec toutes les conséquences dans une société ou tout fonctionne à l'électricité.

image11

L'effondrement de la régularité du climat et son réchauffement va aussi entraîner des incendies dont la gestion dans le cadre privé peut avoir des conséquences aggravantes, voir l’exemple de la Californie dont nous avions parlé

Le climat, le paradis, la THT, les bandits

incendies-tht

Mais vendre ses réseaux est la seule issue trouvée au gouvernement pour sauver le nucléaire qui nécessite d'énormes investissements (100 à 200 milliards d’€). Replâtrer les centrales, construire au moins 6 ruineux EPR (Entêtement Persistant Ruineux) sont des investissements colossaux. EDF est malheureusement ruinée par la volonté du gouvernement français ! Avant de démanteler ce juteux service public, il fallait le ruiner.

caisse

La méthode ? L'obliger à brader son électricité a ses concurrents. La mise en bourse du prix de l'électricité (vous faites varier le prix d'heure en heure sur un produit qui nécessite des investissements sur des décennies !). Seul des cerveaux de libéraux intégristes pouvaient inventer cela ! Quel danger les fondamentalistes du marché, ils nous laissent des bombes à retardement partout !

 

image12

Durant le confinement, le prix de l'électricité a dévissé suivant la chute de la demande. Comme ce fut le cas pour le pétrole, les prix ont été négatifs, mais cela a duré bien plus longtemps. EDF y a laissé sa culotte. Quelle entreprise pourrait survivre à cela ; payer pour vendre sa marchandise ? RTE propose même maintenant un service pour être alerté sur des prix négatifs de l'électricité : on vous paye pour consommer, soyez alerté !

 Avec une telle logique la ruine est forcément au rendez-vous. Si vous rajoutez une incapacité à construire des réacteurs nucléaires sans exploser les coûts et les délais, vous avez un feu d’artifice dont le bouquet final est Hercule. Le démantèlement complet et final du service de l’électricité public.

Gouverner c'est prévoir. Avec eux, gouverner c'est déboires (sans modération)!

Face au coût grandissant du nucléaire, notamment pour le démantèlement, nos gouvernants ont provisionné... rien, enfin, un peu. Ils ont fait une caisse pour le démantèlement dans lequel ils ont mis les actions de RTE : en clair, pour payer le démantèlement, il faut vendre le réseau des lignes à haute tension. Ah... les miracles de la comptabilité moderne !

Un propriétaire privé du réseau nous plongera dans le noir l'œil rivé sur son cours de bourse...

 

image13

Les campagnes un peu riches devront payer pour voir leur réseau électrique entretenu, mais le plus probable est que l'opérateur privé se débarrasse des réseaux de campagne, en les confiant aux collectivités locales. Elles devront soient les gérer, soit les confier à nouveau à des opérateurs privés, contre monnaies sonnantes et trébuchantes. (Le célèbre double-effet Fuck-Cool de la privatisation). Comme toujours, le privé gardera les parties fructueuses et laissera le maigre au public.

Cela serait une privatisation de plus au pays des ultra-radicalisés du marché, mais une révolution pointe son nez !

 

Privatisation, déréglementation climatique et révolution de l'autoproduction et de l'autoconsommation.

 

Petit aparté solaire et rappel pour ceux qui ne sortent jamais de leur bureau climatisé….

Depuis cette année dans une grande partie de la France, il est moins cher de produire soi-même son électricité avec des panneaux photovoltaïques que de l'acheter au réseau. Mais le solaire photovoltaïque a des inconvénients de production, il ne produit que lorsqu’il y a du soleil ! (J’ai expliqué cela un jour à un dodu consultant solaire, par ailleurs très copain avec un président de collectivité…)

Par jour ensoleillé, le photovoltaïque ne produit globalement que deux heures après le lever de soleil et s’arrête deux heures avant le coucher. Cet inconvénient peut être compensé par la mise en place de batteries. La consommation électrique de nuit est faible : éclairage, frigo, le reste de la consommation peut être transférée la journée. Vos 9 panneaux produisent dans les Hautes-Alpes 4000 KWh par an. Ces neuf panneaux vous font l’équivalent de la consommation moyenne de votre foyer sans chauffage électrique. Ils produisent de quoi faire 25 000 Km/an en voiture électrique.

Mais la production solaire est répartie sur l’année, au 45éme parallèle, comme suit : sur les 4000 KWh / an produit ici, 3000 KWh sont produit du 21 mars au 21 septembre entre les deux équinoxes et 1000 KWh sont produit l’automne et hiver. Trois quart de production 6 mois, un quart l’autre moitié, c’est pour cela que nous avons des périodes froides !

De plus, à ces périodes, de nombreux jours sont sans soleil. Il est alors impossible de stocker l’été pour l’hiver avec des batteries. Ces jours déficitaires, vous devez faire appel au réseau pour compenser. L’été, vous êtes en surproduction et vos batteries sont pleines, vous utilisez le réseau comme déversoir de surplus. La révolution technique est en train de débuter, et de nombreux particuliers vont s’équiper de panneaux photovoltaïques pour limiter leur coût électrique et se servir du réseau comme secours ou déversoir à surplus. La tarification du réseau avec un péage va être alors problématique. Les libéraux réfléchissent donc à faire payer les particuliers en fonction de l’heure de consommation. Pour eux tout se régule parfaitement avec le prix !

En même temps, l’électrification des voitures est en cours rapide et sera beaucoup plus rapide qu’on ne le pense, les constructeurs voulant basculer sur ce type de modèle, et la population aimant son petit confort (motivation première chez le consommateur). La charge des voitures va poser un vrai problème au réseau électrique. Cela amènera des consommations supplémentaires importantes sur le réseau et des problèmes de régulation importants. En même temps, ces charges de véhicules peuvent être régulées voir le réseau lui-même. Si on impose des règles !

L’été, la canicule va faire exploser les consommations de climatisation, seule solution dans les villes surchauffées et interrompre des centrales nucléaires. La canicule va griller des transformateurs, et faire surchauffer des lignes ! L'entretien a intérêt à l'être aux petits oignons. Les investissements doivent être au rendez-vous du réchauffement, avec un privé, c’est garanti !

Le gaz va être progressivement interdit dans le chauffage de nouveaux bâtiments. Le chauffage au bois va être de plus en plus contesté, il pollue à mort l’air et la rend irrespirable, son utilisation comme énergie est aussi une hérésie qui finira bientôt par être reconnu : bilan carbone mauvais, déforestations graves, meilleure utilisation comme matériaux.  

Les deux énergies renouvelables qui ont un vrai potentiel, important en ressources et prix, sont l’éolien est le solaire photovoltaïque… Ils vont s’imposer pour ces deux raisons, ce qui entraînera une électrification de tout le secteur énergétique.  L’invention du moteur électrique et de son double, l’alternateur, a conduit à électrifier les usines toutes mécaniques. Tant que cette électricité était produite par du charbon et du pétrole, le chauffage et le transport n’avait pas été électrifié, pour des raisons de pertes thermiques (on perd entre la moitié et les deux tiers, lors de leur passage en électricité) …. Si le système énergétique utilise uniquement de l’éolien, du solaire ou même du nucléaire, nous arrivons à une électrification totale du secteur énergétique. Dans ce cas, le réseau électrique devient le réseau maitre et son contrôle, aussi vital que souverain.

Petit aparté :

Réseau électrique et souveraineté nationale : avec les réseaux dits "intelligents" et les compteurs communicants (le fameux Linky), les risques de cyber piratage entraînant un black-out sont réels. Lors du débat sur Linky ce point ne fut jamais abordé, il est pourtant important. Une attaque du réseau russe a été réalisée ces dernières années par... (je vous laisse le soin de trouver les responsables). Confier cela au privé c'est confier un réseau par nature hautement stratégique à un acteur dont le rôle n'est de loin pas la sécurité nationale. Les prochaines guerres seront cybernétiques ; les réseaux électriques seront ciblés. La sécurité cybernétique coûte très cher et ne rapporte rien à un opérateur privé. Une fois un domaine privatisé, l’état est incapable de le contrôler, pour une bonne raison pratique, en le privatisant, il perd la compétence technique qui part au privé : ainsi, en privatisant les barrages hydrauliques, on perdra la compétence de mesurer leur sécurité. En privatisant les réseaux électriques, on perdra la compétence de connaitre la leur. Et ce n’est pas la rédaction de cahiers des charges par de coûteux consultants qui changera la face du problème :  demander à des avocats et consultants de résoudre des problèmes techniques est aussi stupide que de demander à un proctologue de vous opérer des yeux.

image14

Centre d'action cyberguerre

Voir article : Peut-on hacker… les réseaux électriques ? Compteur électrique intelligent: quand le hacking mène au black-out général

 Compteur électrique intelligent: quand le hacking mène au black-out général

Laisser faire le marché pour réguler ces nouveaux et importants investissements des particuliers est une pure folie :  il le fera comme le fait toujours un marché : de manière brutale et chaotique. Mais cela peut faire l’objet d’une belle spéculation. La spéculation adore le chaos, la variabilité et l’imprévu. Il est prouvé que la spéculation amplifie les variations de prix et détruit la régulation d’un marché. On le sait depuis des milliers d’années !

image15

Tout le monde ne pourra pas s’équiper de panneaux photovoltaïques pour des raisons de coûts (les locataires, les immeubles denses) : un logement de 60 m² dans un immeuble de 10 étages cela fait 6 m² par logement.

Dans cette logique d’autoproduction photovoltaïque, nous verrions des régions et des campagnes devenir les 2 tiers du temps autosuffisantes en production, et le reste du temps complètement dépendantes pour la stabilité du réseau. Dans le cas d’un marché géré par le privé, il est clair que l’opérateur pourrait voir ces zones encore plus déficitaires qu’elles ne le sont.

La tentation de ne plus les entretenir sera grande ou de leur faire payer très cher le réseau. Voire pire, carrément abandonner le réseau. On verrait alors chaque particulier se suréquiper en batteries, et la fin de la mutualisation que constitue un réseau électrique. Une vision libérale-pseudo green du « chacun sa gueule, moi d’abord, dans une petite maison fortifiée ».


 AUTONOMIE VERSUS ECOLOGIE, l’autonomie doit l’être a la bonne échelle

Il est important de comprendre une réalité qui semble une contre évidence : dans l’électricité, le réseau est une mutualisation, et l’autonomie personnelle, un contresens écologique, si on est proche du réseau. L’électricité se transporte très bien, elle est l’énergie qui a le moins de perte de transport et de distribution, si on la compare à la chaleur, au pétrole ou au gaz (quand on fait un inventaire du puit au consommateur et qu’on compare les investissements à fournir). Une production locale améliore encore ses faibles pertes.

L’autonomie personnelle est en revanche antiécologique car vous ne produisez que pour vous, et si vous consommez peu et que vos batteries sont pleines, vous jetez la production ! J’ai équipé suffisamment de chalets en montagne pour voir qu’ils jettent 75 % de leur production ! De plus, pour les périodes de faible production, vous êtes obligé de suréquiper votre installation et de surdimensionner vos batteries. Cependant, si vous augmentez la taille de votre réseau, il existe un moment où l’agrandir n’apporte plus grand-chose à la mutualisation, il existe donc une bonne taille d’autonomie…

 

LE RÉSEAU EST PAR DÉFINITION UNE MUTUALISATION !

Proposons un contre modèle publique coopératif à la privatisation et la loi du marché !
Dessine-moi un réseau renouvelable, vertueux et résilient !

Le transformateur de quartier, (autonomie les deux tiers du temps)

D’un point de vue rationnel et technique nous devrions mettre les batteries dans les postes de transformation basse tension, c’est-à-dire à l’échelle d’un quartier, afin de mutualiser le stockage. Il serait entretenu par un professionnel. Cela éviterait aussi de nombreux équipements de régulation. Dans ce cas, le réseau basse tension doit être bien entretenu, il pourrait appartenir à une régie de quartier en copropriété ou encore mieux, en coopérative publique. Les propriétaires ou sociétaires devraient être incités à produire l’électricité avec des panneaux photovoltaïques. L’objectif ici serait de gérer les variations journalières. Pour cela il faut inciter à une consommation de jour lors de la production (le jour quand y’a du soleil) tout en mutualisant dans le quartier cette production.

 

image16

1Transfo de quartier tagué

Le poste source, la maille cantonale

 

image20
                  

L’étage au-dessus est le poste source, qui alimente les transformateurs de quartier en haute tension. Il appartient souvent aux collectivités locales en campagne, à ENEDIS en ville. On chargerait les collectivités locales de la gestion qui en ferait un lieu de stockage pour alimenter les postes déficitaires la nuit et les jours sans soleil. A eux de gérer les variations hebdomadaires en stockant les surplus qui arriveraient des lignes à haute tension et en exportant parfois aux autres postes sources déficitaires. Ils développeraient leur moyen de production locale et publique (solaire, éolien, hydraulique) et de stockage propre (batteries, volant d’inertie, air comprimé).

Les postes sources sont alimentés par les lignes à très haute tension. Des centres de productions éloignés (solaire thermodynamique, éolien terrestre maritime, gros barrages, moyens de secours thermiques anti-black-out), viendrait l’alimentation pour les postes sources, avec un gros moyen de stockage annuel : hydrogène, barrage en station de pompage, air comprimé, méthanation.

Pour gérer tout ce bazar, seule une régulation publique peut le faire, à condition qu’elle soit décentralisée et solidaire : la solidarité veut dire péréquation. Nous passerions donc à un système confédéral bien éloigné du fonctionnement de l'actuel système étatique centralisé EDF, mais un tel système serait public. Entre l’ultra centralisme public et la privatisation chaotique, il existe un tas d’options possibles ! Il est urgent de sortir de cette vision binaire qui, au fond, arrange bien les partisans du tout-privé…

Le développement d’un tel schéma permettrait plusieurs choses : un développement réparti des énergies renouvelables sans la fameuse optimisation des coûts chère au privé et au public centralisé : on ne mettrait pas tartine d’éoliennes sur une zone très venté et rien dans les zones moyennement ventées comme actuellement. Il en serait de même pour le solaire qui se concentre au sud de la France (normal, quand on fait un prix d’achat national de Lille à Nice !). Optimiser en argent, la répartition en fonction de la ressource en vent et soleil n’est pas sans conséquences environnementales.  Chaque territoire doit avoir les conséquences de sa consommation. Un développement des renouvelables serait mieux accepté, ainsi il serait aussi plus solidaire et résilient. Ce schéma inciterait chaque région à limiter sa consommation moyenne essentielle, pour limiter l’impact polluant des ENR. Ce schéma permettrait aussi le développement rapide des ENR sans les a-coups du marché. Chaque problématique serait gérée au niveau où elle est pertinente, la sécurité informatique serait nationale, du choix de la couleur des panneaux sur le toit aux propriétaires du toit. Cela urge, si les ENR sont polluantes, les fossiles sont mortels pour le vivant.


5-9-16-andrea-tempspiraledhawkins

Inventer un mode de financement des économies d’énergie : facturer le négawattheure avec le kilowattheure ! (Et le faire rentrer dans le correcteur orthographique)

Grâce à la tarification de l’énergie au service des économies d’énergie et du climat, le saint grââl d’un modèle public, on payera des kilowattheures et des négawatheures en même temps ! Ceci est inatteignable quand règne la loi du marché (sur la tête) !

Passer le champ de l’énergie d’un marché libéralisé à un marché régulé et encadré est fondamental car c’est la seule condition pour financer les économies d’énergie (les négawattheures) !

La loi du marché (sur la tête)

Nous pouvons financer la solidarité et limiter la précarité énergétique en donnant comme actuellement des bons d’achats (chèque énergie). Mais ce système n’incite pas à réaliser des économies d’énergie : je vois depuis des décennies des logements sociaux pas isolés du tout, dont les personnes sont en incapacité de payer les factures. Chaque année nous faisons financer par l’argent public les factures énergétiques de ces passoires et sans qu’on ne fasse rien sauf culpabiliser les occupants en leur parlant d’écogestes, …

La tarification à étages, une tarification vertueuse.

La loi du marché est celle ou celui qui consomme le plus a les meilleurs tarifs. Dans un système régulé, nous pouvons imaginer un tarif progressif à trois ou quatre étages selon la consommation:

  • Les premiers KWh de base gratuite,
  • Les seconds KWh supplémentaires à des tarifs au prix de revient,
  • La troisième tranche de kilowattheure à des tarifs 50 % plus chers,
  • La quatrième tranche à des tarifs 4 fois plus chers…

 Les deux premières tranches seraient plutôt basses en quantité.

 

Une épargne forcée pour financer les négawattheure (économies d’énergie) :

Les sommes récoltées en plus du prix de l’énergie seraient divisées en deux parties. La première permettrait de payer les kilowattheures gratuits dit vitaux. La seconde serait créditée sur un compte personnel de la personne qui paye la facture. Ce compte-épargne augmenterait à chaque facture dépassant la quantité d’énergie des deux premiers étages.

 Le compte épargne négawattheure (économie d’énergie), serait de l’argent ciblé (une somme fléchée sur la dépense) une révolution dans le financement des économies d’énergies. Une alternative à la taxe et la norme, mal acceptée.

 L’argent sur ce compte personnel ne pourrait être dépensé par la personne que pour des travaux de production de négawattheure (d’économies d’énergie) ou des déplacements en transport collectif (une forme d’économie d’énergie). Outre que cette tarification pénaliserait les gros consommateurs, elle permettrait enfin de réaliser ce que le marché n’arrive jamais à financer : les négawatheures (économies d’énergie) et le climat. Elle financerait les ENR et les négawattheures à un taux d’actualisation de 0 % au lieu de le financer à 4.75 % comme actuellement, ce qui change tout. Actuellement, les négawattheures (économies d’énergie) ne sont financées que si leur rapport est supérieur à ce taux d’actualisation, ce qui est rare. On doit alors aider celui qui investit via des usines à gaz. Il existe des gisements énormes d’économies d’énergie, j’ai personnellement fait des devis pour diviser la consommation d’énergie par 7 de bâtiments, et j’ai vu les refus : pourquoi investir dans ce qui rapporte 1 à 2 % par an quand je peux investir à 4 % !

Nous pourrions utiliser l’argent qui dormirait en permanence sur ce compte à un taux 0% pour financer les gros travaux des particuliers. Ainsi l’argent récolté servirait uniquement le financement des économies d’énergie, point. Une telle mesure pourrait être étendue à la consommation de carburant (une partie de la taxe de carburant transférée en épargne forcée) et transférer des déplacements de voitures vers les déplacements en bus ou train. (Le train est une forme d’économie d’énergie par rapport à la voiture).

 

Mais une tarification comme celle-ci ne s’entend que si nous arrivons à financer le réseau électrique et gaz et la conversion du système de production d’énergie aux énergies renouvelables.

 Pour ce faire, il faut distinguer deux choses : la période de changement et la période de fonctionnement. Si on demande aux consommateurs de financer eux-mêmes la transition énergétique, le pari sera difficile et peu accepté. Depuis 20 ans, nous prenons de l’argent sur les factures électriques sous la forme de taxe publique pour financer des privés qui investissent dans des centrales de production électrique renouvelables. Outre que c’est fort critiquable sur le plan de la justice, car nous finançons avec de l’argent public des biens privés, c’est peu efficace. Avec les 100 milliards engloutis en 20 ans nous aurions pu faire deux fois plus de production renouvelable si on avait choisi de la développer sous propriété publique. Ce bilan est facile à comprendre par une comparaison. Imaginez que vous disposiez de la somme pour vous acheter une maison. Vous décidez de demander à un privé de vous construire la maison et de vous la louer à un tarif attractif pour lui. Le pire est que vous choisissez ce système au nom de l’efficacité d’un tel choix. Le principal argument des promoteurs du système privé serait son efficacité supérieure au public. 20 ans après, le bilan montre le contraire. Malheureusement, les faits n’arrêtent pas une idéologie fondamentaliste.

Non seulement, ce système est peu efficace, mais nous pouvons aussi nous interroger sur un autre aspect de la taxe qui finance les ENR.  Est-ce raisonnable que ce soit une petite part d’une petite part de nos dépenses (l’électricité) qui finance les systèmes sensés nous sauver la mise ? Une taxe, c’est la part (le taux) d’un gâteau (l’assiette). Doit-on prendre une grosse part d’un gâteau (la facture d’électricité) ou plein de petites parts du gâteau pour sauver le vivant de la crémation généralisée que nous promet un monde à +5 °C de réchauffement ?  Le changement (les nouveaux réseaux et méthodes de production d’ENR) coûtant une fortune, il faut le financer par de l’argent public. Ce financement peut venir de la création monétaire et des taxes sur les immenses fortunes financières. La taxation de l’énergie serait alors juste une épargne forcée, comme expliqué ci-dessus, qui générait des négawattheures.

Si l’investissement dans un réseau renouvelable est financé par l’impôt, il est clairement évident qu’il doit être public. Un cerveau des années 60 aurait pu inventer le schéma suivant : vous préleviez une taxe sur la facture de tous les consommateurs. Avec cet argent public, vous pouviez investir directement dans la création de centrales solaires ou éoliennes appartenant aux collectivités ou établissements publics. C’était beaucoup trop simple, trop juste et trop efficace, vous pouviez repartir et planifier les installations. Non, le schéma suivant a été mis en place par un cerveau des années 90 : avec cette taxe, vous rémunérez les personnes privés qui investissent et comme celles-ci ne le font jamais pour rien, vous leur promettez qu’elles vont récupérer au moins deux fois leur investissement sur la durée de vie de l’équipement. Bref cela vous coûte le double ! Pour les rassurer, vous leur faites un prix garanti, et une priorité sur le réseau. Parfois le prix de l’équipement baissant sans l’avoir bien anticipé, vous créez, comme en 2010, une rentabilité énorme, et une bulle se met en place : tout le monde veut en faire et, affolés par le nombre de demande, vous arrêtez tout, et détruisez la filière industrielle que vous veniez de monter très chèrement avec de l’argent public.

 Ensuite vous essayez de relancer tout cela. Mais pour contrôler le bazar que vous avez lancé, vous mettez un tas de règles et procédures administratives, et vous renchérissez de 30 à 40 % le coût des installations par des procédures et paperasses administratives. Vous rémunérez des intermédiaires, avocats et financiers, pour diminuer les coûts, et achetez uniquement du matériel asiatique. Ainsi, vous détruisez vos propres industries que vous veniez de faire émerger comme Alsthom éolien ou les Soitec solaires, et autre pionniers qui a force d’être bridés en France sont partis en Asie ! Tout cela serait risible si l’importance d’un secteur industriel en ENR n’était pas juste vitale pour l’avenir.

 

image18

La pensée Shadok en énergie.

Mais une question se pose, quand on essaye un système de financement et que les faits montrent qu’il ne marche pas, pourquoi vouloir insister ? Pour une bonne raison. À pourquoi faire compliqué (le privé) quand on peut faire simple (le public), la réponse est parce qu’on peut faire inextricable (la spéculation). Alors on invente des mécanismes de rachats de production publique à prix coûtant, que l’on réclame plus élevée quand les prix sont haut, puis qu’on attaque en justice quand les prix s’effondrent. On ferme trop de centrales de secours, alors on invente les marchés de capacité. Le public réclame de l’électricité verte, alors on invente des certificats verts. On veut faire des économies d’énergies, alors on invente des certificats d’économies d’énergie qu’on peut acheter et revendre. A force, le système est devenu si complexe que personne n’y comprend rien ! Mais on s’interroge quand on voit une multinationale du pétrole vendre de l’électricité verte en Belgique avec des certificats verts de production lituanienne revendus plusieurs fois !

 

Revenons à notre proposition d’un système ENR à 100 % : Seuls les coûts de fonctionnement du réseau seraient financés par les utilisateurs, dans une logique de péréquation, la transformation serait à la charge d’établissements publics nationaux, régionaux et locaux.

Ceci est indispensable, car sinon, personne ne voudra voir sa facture multiplier par 5 si on demande à une génération de payer le changement sur sa facture électrique. Il est indispensable qu’un financement public atterrisse dans des poches publiques ou coopératives, car sinon, non seulement le financement n’aura pas de légitimité mais aussi simplement point d’efficacité.

En passant d’un réseau de type pyramidal ou en forme d’arbre à un réseau de type araignée ou internet, nous changeons de logique : l’important est de produire local, de limiter les consommations, de les adapter selon les époques et de mutualiser les équipements. Ce système permet que l’on construise des structures à la taille de l’équipement à gérer : à la coopérative de quartier les postes de transformateurs, à la régie nationale les grands barrages. Les premiers seront proches des petits producteurs avec les centrales photovoltaïques, les seconds auront la puissance que nécessite la gestion d’énormes équipements. La question de la taille n’est pas qu’elle soit grande ou petite, mais qu’elle soit à la bonne taille que nécessite une technologie. Une grosse éolienne ne nécessite pas les mêmes compétences que quelques panneaux photovoltaïques. Tous les acteurs publics montrent un appétit énorme pour s’emparer du défi énergétique, alors profitons-en pour impliquer tout le monde. Entre le gosplan et le bordel libéral, il existe des variantes intermédiaires : un système énergétique fédéral public allant du local au global : du panneau au fond de jardin à la station de pompage de 1 Gigawatt.

Il reste encore bien des choses à trouver, mais l’esquisse d’une architecture alternative est ici proposée. Elle s’oppose à un modèle déjà inefficace qu’on nous propose d’élargir et qui nous emmène dans le mur dans le sens figuré. Il nous ramènera à la bougie au sens propre du terme (blackout).

 

La question de la privatisation des réseaux en cours est importante. L’électrification totale en cours de l’énergie va en faire la clé de voûte du système, sa sécurité, une question géostratégique. Le développement des énergies renouvelables et la transition énergétique sont en train de perdre beaucoup de son enthousiasme populaire, si le capitalisme s’en sert pour faire ce qu’il adore : des rentes et du compliqué qui les cache…

Promouvoir les ENR sans proposer un contre-modèle en dehors du capitalisme est comme vouloir passer de la diligence à la voiture sans refaire les routes.

L’énergie est une question bien trop importante pour être laissé aux multinationales de l’énergie

Malheureusement, le changement d’énergie est l’objet d’une lutte féroce entre de gros acteurs capitalistes. Loin d’avoir une vision pour elle-même, l’Europe promeut le fondamentalisme de marché, la religion de la concurrence efficiente. Il s’agit bien d’une religion car dans les deux cas, on a l’a en réalité jamais vue. Pas besoin d’être un expert, ni d’années de réflexions, pour comprendre quel est l’intérêt géostratégique des européens. Depuis des siècles, les ressources font l’objet de grands enjeux géostratégiques de guerre entre nations ou empires. Arrivent des énergies abondantes, renouvelables, réparties de manière infiniment moins inégalitaires que les fossiles : les renouvelables.
Imaginez un jeu de stratégie, vous êtes une nation. Appelons-la la France, ou comme tous les pays européens - sauf la Pologne -, ces nations ont raclé toutes les énergies fossiles sur leur territoire, le choix est difficile ? Le général de Gaulle, grand promoteur du nucléaire, serait fana des ENR ! Mais l’Europe préfère payer des infrastructures pour les mettre au service des grands groupes privés, financer des tuyaux de gaz pour importer du gaz russe, ou des ports méthaniers pour faire plaisir à Trump et son gaz de schiste, ou encore payer des lignes à très haute tension pour unifier le marché de l’électricité. L’Europe incarne la bêtise technocratique au carré car elle n’a même plus le frein du rappel nationaliste qui existe souvent dans les nations. Ainsi peut-on dire que la bêtise technocratique nationale est moins élevée que l’européenne : au moins, si on s’entête dans le nucléaire, c’est pour défendre une industrie nationale ! La bêtise technocratique européenne défend des équations de marché (fausses) !

resto

L’enjeu géostratégique devrait suffire à pousser à la volonté publique mais, hélas, l’avion est sur le pilotage automatique, coincé quelque part entre la pensée abrutie de nos technocrates et leur corruption cynique.

 

Une motivation plus haute, serait de laisser une terre vivable à nos descendants. Pour cela, il faut convertir non seulement tout le système électrique aux renouvelables, électrifier l’énergie, mais aussi les bâtiments, l’industrie, les transports et l’agriculture. Isoler nos bâtiments, réduire drastiquement nos consommations industrielles, électrifier les transports, faire une agriculture biologique circulaire la plus locale possible, tout cela est possible techniquement. Le problème est essentiellement politique : imposer une durée de vie aux objets produits, réduire la taille des voitures, les mutualiser, remettre deux millions de paysans aux champs, réduire les importations, urbaniser pour des transports collectifs, taxer le transport de marchandises sur des longues distances et ainsi réorganiser tous les grands groupes industriels, tout cela ne se fera pas sans la volonté publique. Volonté à laquelle le public doit adhérer. Pour cela il ne doit pas se sentir le floué de l’histoire.

 

En réorganisant rapidement notre société nous pouvons diviser par deux ou quatre notre consommation d’énergie, vivre avec du confort et être indépendant énergétiquement grâce aux renouvelables.

 

Une électricité 100% renouvelable est-elle possible en France d'ici à 2050 et, si oui, à quel coût ? © CIRED UMR 8568

La conférence suivante (https://youtu.be/af4nUofcDNM ) est une étude réalisée par des chercheurs plutôt issus de multinationales. Elle explique bien que la conversion du système électrique à 100 % ENR est possible et pas plus onéreuse que de perdurer dans le système polluant. L’objection des ressources en matériaux souvent avancés depuis que le prix n’en n’est plus un. Les réseaux sociaux et les pronukes répètent que les ENR seraient un gouffre en ressource, ils répondent que non, un peu rapidement. Ils calculent en ne tenant pas compte de l’électrification totale de l’énergie (c’est-à-dire produire beaucoup plus d’énergie) mais ils montrent plusieurs choses intéressantes : le coût moins élevé du stockage que prétendu par les promoteurs du nucléaire  (15 % pour eux, 50 pour les Jancovici & Co). Ils calculent le prix relativement peu élevé des ENR.

Comparatif des études : L’étude qui contredit Jancovici ? Analyse d’un scénario 100% renouvelable

 

Les ressources un problème devant nous avec ou sans ENR

L’enjeu d’épuisement des ressources en matériaux est bien réel. Mais on peut réduire drastiquement la consommation de ressources sur certains secteurs et en consommer plus sur la production des ENR. Un exemple, si installer un parc de 30 000 éoliennes consommerait 30 millions de tonnes de béton en 20 ans, cette quantité est à mettre en contrepoint avec les 60 millions de tonnes de béton consommés par an pour le bâtiment et les routes. Idem pour l’acier. Plus d’éoliennes, c'est possible, si on arrête de construire des centres commerciaux et des autoroutes. Des voitures électriques mutualisées avec des bus sont possibles, si on divise par 3 ou 5 le nombre de voitures, qu’on rallonge leur durée de vie, et qu’on arrête de construire des rocades de rocades. Énergie renouvelables ou non, le problème des ressources se pose dans un système d’obsolescence programmée. Le recyclage de l’acier de l’éolien est déjà réel, bien plus que celui des parkings souterrains ou des bâtiments. Pourtant laquelle des deux est la plus vieille des industries ? Pourquoi le recyclage est obligatoire à l’une et pas à l’autre ? Au niveau de l’emprise foncière, il en est de même. Il faut bien évidement prioriser les toitures (plus chers en main d’œuvre mais pas en matériaux) et donc sortir de la loi du marché. Mais il faut le répéter 1000 fois, l’artificialisation des sols est due à la maison individuelle et aux routes, deux faces d’une même pièce. Si l’éolien a une grande emprise visuelle sur le paysage, il est peu consommateur d’espace artificialisé. Le schéma que nous proposons permettrait une juste répartition, le marché préférant tartiner les endroits venteux. Le photovoltaïque peut être installé sur une surface au sol déjà pollué comme le sont de nombreux champs d’agriculture intensive dont les vers de terre seraient bienheureux d’avoir 30 ans de repos. Les sols sont détruits et leur mise en jachère serait une régénérescence. La possibilité nouvelle de cultiver entre les panneaux photovoltaïques devient réelle avec les panneaux verticaux bifaciaux (https://www.pv-magazine.fr/2020/10/12/mise-en-service-en-allemagne-dun-projet-agrivoltaique-avec-des-panneaux-bifaces-montes-verticalement/) Les amoureux du paysage pourront se consoler en se disant que le dérèglement climatique risque de faire bien pire.

image19

Une autre ré-affection est possible, les biocarburants : 3 % de la surface agricole mondiale sert à faire des biocarburants dont le bilan environnemental est très mauvais : avec un litre de fioul on en fabrique 1.5. Le PV a un rendement bien meilleur aux alentours de 10 à 15. Normal, le rendement de la photosynthèse est de 1 à 3 %, le PV 20 %. En supprimant le biocarburant on regagnerait même de la surface agricole.  Sans compter que les biocarburants en Europe sont produits avec une grosse importation d’huile de palme, dont le bilan écologique est désastreux. On pourrait ainsi éviter de raser les forêts pour mettre du photovoltaïque. Les laisser tranquilles également car elles ne peuvent pas fournir de l'énergie en assez grandes quantité, la neutralité carbone de la combustion du bois étant un mythe.(voir ici)

La mutualisation via le réseau permet aussi de réduire l’impact sur les ressources. Pourtant, nous souhaitons que chaque région soit productrice, pour répartir l’impact écologique et la manne économique.

 

Nous pouvons réaliser cette transformation si nous priorisons les investissements :

Aux résidences de tourisme, golf 18 trous, complexes aériens, centre commerciaux, lotissements,

Nous devons préférer l’isolation des bâtiments, campings de tentes, ballades en forêts, petits immeubles en habitat groupés, éoliennes, fermes agricoles de petites tailles.

 

La priorisation fait par le marché est absurde, y mettre fin est une question de survie. Certes, dans ce monde que nous proposons, les rentiers y laisseraient des plumes. Qu’ils se consolent : c’est mieux que d’y laisser la peau !

 

Nous avons essayé ici de faire un long tour d’horizon autour des enjeux de la bataille du réseau, la bataille du service public de l’énergie.

C’est une des plus grandes batailles pour le climat avec le service public de l’investissement (la banque), et la planification.

 La seule énergie que l’on ne doit pas économiser est l’énergie que nous devons déployer pour lutter contre les apocalyptiques fondamentalistes du marché, et rappeler encore et encore, que la fin de leur monde est possible….

 

images-1

elyssee

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.