Payer pour consommer de l'électricité, le prix negatif du courant en temps de crise

Le prix du marché, une absurdité pour les ressources vitales, la preuve par l'électricité et le COVID19

L'électricité ne se stocke pas sauf dans les resserves d'eau qui sont peu nombreuses par rapport à la production. Or le stockage peut être la seul réponse dans un marché à prix libre pour tenter d'équilibrer la demande avec l'offre. De plus l'électricité est instantanée: entre la production,la livraison et la consommation, la vitesse de la lumière ! En plus facteur aggravant elle ne peut pas être exporter très loin (on ne vendra pas de l'électricité a l'autre bout du monde).

L'électricité est donc un parfait exemple de ce qui se passe quand on ne régule pas les prix. Les anciens l'avaient compris avec la création d'EDF , les prix furent fixés pour au moins une année. De 1946 à 2004 les prix de l'électricité en France ont été fixé de manière règlementaire par l'état. C'était un compromis entre les besoins des producteurs et celui des consommateurs. Pas de variation pour les uns comme pour les autres.

Depuis que le fondamentalisme religieux économique a pris le pouvoir en Europe et en France, les prix de l’électricité sont volatils en temps normal, chaotique en temps de crise. Et quand en 2003 en pleine canicule la production nucléaire baisse car on ferme certaines centrales pendant que la demande climatisation bondit: conséquence le prix passe de 4 c€ le kilowattheure à 2 € ! 

En 2020, le coronavirus fait chuter la consommation alors que le soleil brille et que le vent souffle, le prix devient négatif, on paye les gens pour consommer de électricité à 11c€ le kilowattheure.

prix-spot-marche-electricite-13-avril-2020_zoom.png

 

Ces prix négatifs ruinent les producteurs d'énergie et il faudra a la fin de l'année renflouer EDF de plusieurs milliards. Les gagnants sont les consommateurs qui ont le prix indexé au marchés comme les grosses entreprises. Le particulier lui doit changer de fournisseur s'il veut bénéficier d'une baisse de prix. Le gros gagne gros , le petit gagne petit, la régle du cacapitalisme autre nom du capitalisme en temps de crise.

Mais les capitalistes eux-mêmes n'aiment pas trop l’incertitude et le risque alors ils ont inventé l'ARENH, c'est a dire le rachat obligatoire a prix fixe au producteur public EDF!

Ainsi ils achètent a prix fixe à 42 € un bon prix (inférieur au prix de revient du nucléaire) pour le revendre sur le marché a prix libre:

Pas bête, tu achètes a prix fixe tu revends a prix libre.

En 2019 le prix de l'électricité est en forte hausse et dépasse les 50 à 60 €, les capitalistes, TOTAL, ENGIE, ect...ont réclamé plus d’électricité pas cher. La bonne affaire se disaient t'il. en plus il allait privatiser les barrages, les seuls outils pour stocker ou déstocker de électricité !!!!

 

Patatras le prix s'écroule à 20 € avec le covid19 voir négatif, ils réclament la fin de ce système et total attaque au tribunal !

 

Nous constatons donc que même pour les pires capitalistes, le capitalisme pur est insupportable!

 

Nous ne pouvons pas laisser le marché fixer le prix à chaque instant ! Nous pouvons le faire différemment de manière longue, par exemple fixer un prix sur un an comme avant la libéralisation! Une négociation entre producteurs et consommateurs pourraient être arbitré par l’état et tous le monde seraient gagnants.

 

fverdier-172_1507041838.png

 

 

Ce qui valable pour l’électricité, l'est pour les autres matières premières. Ce l'est aussi pour les loyers, l'alimentation et les terrains. 

En limitant la spéculation non seulement nous réduisons les enrichissements sans raisons et les ruines sans raisons ce qui moral et juste. Mais en plus  nous éviteront que le chaos engendrer par des catastrophes naturelles dues au climat ou à une pandémie se propage dans notre système économique. Ceci est donc non seulement moral mais vital.

 

La loi du marché n'est pas résiliente et d'un autre siècle, pas celui du 21 ème, pas de celui du réchauffement climatique et du chaos.

 

PS:

 

Le covid19 a fait baissé la consommation d'électricité de 20 % en Grande Bretagne, le vent qui souffle et pour la première fois depuis 1882, la patrie qui a inventé la première centrale électrique au charbon ne brulait pas de charbon pour faire de électricité pour la première fois !

 

 

 

https://www.lemonde.fr/blog/huet/2020/04/24/lelectricite-bousculee-par-le-coronavirus/

 

 

https://www.rte-france.com/sites/default/files/impacts_de_la_crise_sanitaire_covid-19_sur_le_systeme_electrique.pdf

 

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/covid-19-les-marches-de-l-electricite-infectes-845168.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.