Qui pense républicain?

La question ne porte pas sur "la République" mais sur un mode du penser : le penser républicain, plus précisément son actualité, ici et maintenant.

Qui pense abstrait? L’homme inculte, non pas le cultivé.
GWF. Hegel (1)

 *******

Qui pense républicain? 

Visiblement, les prétendants ne manquent pas : de la famille Le Pen à la FI Obono, chargée du livret Laïcité pour L’avenir en commun. (2) Mieux, quand on appuie sur la sonnette République, n’importe qui (Français ou pas) se présente avec une petite ou grande idée - le populaire du prolétariat comme du centre atomisé invisible, le petit bourgeois CPIS, l’aristocrate stato-financier ! (3) Or, la question ne porte pas sur "la République" mais sur un mode du penser : le penser républicain, plus précisément son actualité, ici et maintenant. Certains risquent déjà de se décourager, sentant poindre et la métaphysique (le penser) et le politicien (républicain) en sorte que la question apparaît comme une superfluité qui n’engage que celui qui la pose. Bon, relevons le défi et calmons la défiance.

Il me semble que le penser républicain affirme aujourd’hui trois dérives idéologiques :

1. le retour à une expérience de pensée hobbesienne : l’état de nature (4)

2. la mise en boucle d’une vieille idée réactionnaire : le choc des civilisations (5)

3. la solution idéale ou finale de la question religieuse : une religion civique, voire civile (6)

La première dérive peut être entrevue quand le petit bourgeois "printanier" (7) se fait peur, semblant craindre pour sa peau ou ses yeux. L’image d’un élève à lui (ou pas) de confession musulmane se levant de table sans autorisation pour... Image prégnante visiblement, assez en tous cas pour schématiser le divers sensible et reproduire in vivo une expérience de pensée chère à Hobbes : l’état de nature. Car notre Printanier ne peut plus imaginer le naturel rousseauiste : un état d’innocence où l’amour de soi n’a que faire de la bonté. Là, devant une classe d’élèves divers et variés, c’est plutôt le Paraître et l’Amour-propre qui priment, avec la Bonté heureusement... Alors, autant suivre le vieil Hobbes pour se défendre ou attaquer préventivement. Oui, elle est on ne peut plus claire et distincte son idée d’une guerre de chacun contre chacun!

Cette expérience hobbesienne mille fois déconstruite resterait une "petite folie" (paranoïa) si elle n’était recyclée en continu par notre Mainstream. Faut-il le dire : le Mainstream pense républicain, et plus il s’extrémise ou se radicalise, plus il se républicanise pour enfermer la société française dans une mise en scène... roborative : le Peuple plus ou moins dupé par les "islamo-gauchistes", l’Ennemi islamiste qui menace la République surtout par subversion avec ses idiots utiles, le Héros qui pense républicain - l’éditocrate multi-médiatique, le politicien en vue de la gauche d’extrême-droite ou de l’extrême-droite tout court. La "guerre des civilisations" n’est pas seulement le script de cette mise en scène, propagée avec la même foi par l’idéologue printanier, le politicien RN et... l’islamiste anti-Occident, la "guerre des civilisations" a lieu, elle aura lieu, là et bientôt - Mainstream oblige! Certes, la logique du "choc des civilisations" affirmant une forte opposition des valeurs est fondée sur des antagonismes religieux multi-séculaires, mais son expression verbale n’apparaît qu’en 1926 (8) pour être intellectualisée par  B. Lewis en 1957 (9) et... magnifiée par S. Huntington en 1993 puis 1995. C’est donc par cette montée en gamme (et en game) que notre Mainstream prospère depuis un quart de siècle. Alors, ça n’est pas par la méditation d’un brillant essai de Liogier (10) qu’un Printanier pourrait se déprendre de la logique guerrière préventive. D’autant qu’il vit vraiment... son point de vue!

Une seule et même manifestation autorisée par le Mainstream : vivre le choc des civilisations & penser républicain. Manifestation qui n’a de sens que pour l’action ou l’intention - c’est en gros pareil depuis Anscombe! Donc, voici venir l’époque de la religion civique, voire civile. C’est bien la solution idéale ou finale à la question religieuse (en fait islamique) depuis que Macron est chanoine de Latran. Mais il importe peu ici que la loi des Assemblées veuille simplement "renforcer" la laïcité 1905 par des mesures plus ou moins humiliantes, si on en croit certains musulmans. L’époque n’est plus du temps, la logique n’est plus de la rhétorique quand le penser républicain pense loin, aussi loin que ses politiciens d’extrême-centre ou ses ultra-idéologues peuvent penser.

Penser républicain signifie d’abord éloigner l’élément non républicain de la République. L’islamiste bien sûr, mais avant tout "l’islamo-gauchiste". Un exil à Guernesey, s’il a un compte offshore, à Bruxelles pour le plus démuni - exil à vie ou pour dix ans? Évidemment, ce n’est pas ce que pense un républicain zézé : là, on ne met plus de guillemets pour condamner l’islamo-gauchiste, dangereux parce qu’il n’est rien d’autre... qu’un islamiste. Unique qualité particulière, dirait Hegel, pour un jugement négatif et définitif : prison à vie et régime de haute sécurité. Heureusement, un républicain bobo, disons lecteur de AOC, trouve toujours à ajouter des qualités au Monstre : il semble vrai, beau et bien... dans son genre! Un exil de France serait même profitable à sa culture cosmopolite... Enfin vient le penser de l’aristocrate stato-financier. Lui seul est vraiment capable d’évaluer la Bildung et plus de l’idiot utile : le Renseignement peut le surveiller comme le sousveiller, non?

Penser républicain signifie ensuite recalculer les quatre principes : 1. la divisibilité de la République (la part qui revient au "peuple des seigneurs" (11), celle qui va à la masse des Riens) 2. la laïcité de la République (religion civique pour les élèves des établissements publics, religions révélées en établissements privés) 3. la démocratie de la République (un suffrage censitaire qui doit taire son nom) 4. "la sociale" de la République : charité bien ordonnée ou contractuelle.

Penser républicain signifie enfin mettre en perspective les trois valeurs de la République : Liberté-Égalité-Fraternité. Or, il se trouve (jusqu’à preuve du contraire) que ledit républicain n’a pas vraiment accès à la "réalité objective" de la République et doit par provision qui dure se contenter de la connaissance axiologique de sa situation : illibre, inégal, infraternel (12). Ici, le perspectivisme salue bien bas le penser républicain.

Si on se règle sur le fameux Qui pense abstrait?, on voit bien que le penser républicain ou le mode républicain de pensée ressortit à l’Abstract - un penser abstrait qui pointe une ou des qualités particulières dites intéressantes pour anéantir toute "essence humaine" / menschliche Wesen. Mais si le penser concret ne peut plus être hégélien et moins encore heideggerien, qui peut penser concret sous l’Ordre républicain?

Bon, il me semble avoir assez étendu la définition extensive du républicain fondamental (13). Et pourtant, ce billet ne me paraît pas politiquement correct, même chez Médiapart... C’est que je prétends panser qui pense républicain, mais comme ledit républicain ne croit pas du tout être accidenté...

 

(1) GWF. Hegel, Qui pense abstrait?

                  http://excerpts.numilog.com/books/9782705666354.pdf

(2) https://noussommespour.fr/wp-content/uploads/2020/11/AEC-novembre-2020.pdf

(3) E. Todd, Les luttes de classes en France au 21ème siècle, 2020

(4) T. Hobbes, Léviathan, 1971

(5) S. Huntington, Le choc des civilisations, 2000

(6) https://blogs.mediapart.fr/farad123/blog/291020/la-neo-laicite-ou-la-nouvelle-religion-civile-en-france

https://www.mediapart.fr/journal/france/211220/la-laicite-n-est-pas-une-injonction-l-atheisme

(7) https://www.printempsrepublicain.fr/#acturs

(8) B. Mathews, Young Islam on Trek. A study in the Clash of Civilizations, 1926

(9) B. Lewis & B. E. Churchill, Islam: The Religion and the People, 2008

(10) R. Liogier, La guerre des civilisations n’aura pas lieu. Coexistence et violence au 21ème siècle, 2016

(11) D. Losurdo, Contre-histoire du libéralisme, 2013, p. 119 sq.

(12) https://blog.mondediplo.net/cap-au-pire

(13) https://blogs.mediapart.fr/jean-guinard/blog/181220/le-republicain-fondamental

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.