E.S.T. Symphony, pop de luxe

Diaporama aux couleurs inattendues, ciel bleu d'azur plus haut que chez nous, survol de forêts interminables, visages devinés derrière un voile... E.S.T., l'Esbjörn Svensson Trio dont le leader est mort en 2008 d'un accident de plongée dans l'archipel de Stockholm, a demandé au chef Hans Ek d'arranger pour orchestre symphonique des morceaux issus de leurs 13 albums...

e-s-t-symphony
Le premier album d'un groupe pop avec orchestre symphonique que j'ai acheté était probablement en 1969 celui de Deep Purple avec le Royal Philharmonic, mais je ne pense pas l'avoir conservé. En jazz me vient immédiatement à l'esprit Skies of America d'Ornette Coleman. Il y en a d'autres évidemment, comme les expériences de Frank Zappa avec Mehta, Boulez, Nagano. Les associations les plus réussies sont souvent avec de plus petits orchestres comme l'Ensemble Modern. J'ai déjà raconté que c'est mon goût pour la symphonie qui m'a poussé à jouer du synthétiseur dès 1973. Aujourd'hui je peux avoir un orchestre au bout des doigts grâce aux moteurs Kontakt ou UVI, avec juste un ordinateur et un clavier lourd. Cela ne remplace pas les solistes, et pour une orchestration complexe il faut s'adjoindre un séquenceur. Mais mes interprètes m'obéissent au doigt et à l'œil sans que je sois obligé d'aller en Europe de l'Est, ni convaincre certains musiciens de jouer notre musique de dingues comme lorsque nous avions composé La Bourse et la vie pour et avec le Nouvel Orchestre Philharmonique de Radio France !

E.S.T. n'a rien à voir avec l'orient. C'est l'abréviation du Esbjörn Svensson Trio dont le leader est mort en 2008 d'un accident de plongée sous-marine dans l'archipel de Stockholm. Restent le bassiste Dan Berglund et le batteur Magnus Öström. Ils ont demandé au chef Hans Ek d'arranger pour orchestre symphonique des morceaux issus des 13 albums du groupe en s'adjoignant quelques solistes, le pianiste Iiro Rantala, le saxophoniste Marius Neset, le trompettiste Verneri Pohjolaet et Johan Lindström à la pedal steel guitare. Ni jazz, ni rock, ni classique, ni même musique de film, E.S.T. Symphony sonne comme de la variété instrumentale. Entendre que le mélange se rapproche des orchestrations de Michel Legrand avec Miles Davis ou celles de Quincy Jones avec nombreux pop singers. Rien d'étonnant, car s'il a composé pour le cinéma, Hans Ek a aussi travaillé avec Pink Floyd, Peter Gabriel, Björk, Paul Simon, Ennio Morricone, Patti Smith et le Kronos Quartet. Il ne manque à cet enregistrement que les chanteurs ! Je me suis surpris à y pourvoir tandis que j'étais allongé, inventant des paroles en écoutant cette très agréable musique dont les mélodies sont élégamment habillées par les 90 musiciens du Royal Stockholm Philharmonic Orchestra. Les solistes restaient le plus souvent discrets, répondant à mes improvisations vocales par de brillants chorus. La fraîcheur des arrangements distillent un enthousiasme étonnant, d'autant que ce n'est pas le genre de musique qui me comble habituellement. L'interprétation toute en nuances fait glisser les paysages nordiques comme un diaporama aux couleurs inattendues, ciel bleu d'azur plus haut que chez nous, survol de forêts interminables, visages devinés derrière un voile... Ce luxuriant hommage à Esbjörn Svensson ravira les amateurs de voyages au Pays des Merveilles.

E.S.T. Symphony, CD ou LP ACT Music, entre 12€ et 22€ selon les vendeurs !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.