Braindead, la science-fiction cache une satire politique d'une brûlante actualité

Explication aussi plausible que farfelue de la victoire de Donald Trump et de l'absurdité de la politique américaine où Démocrates et Républicains se confondent dans une lutte pour le pouvoir dont le décervelage semble la clef. La satire politique est désopilante dans ce thriller de science-fiction hilarant qui ne vous lâche plus au long de 13 épisodes puisant dans la plus récente actualité.

braindead
Anne-Gaëlle nous a chaudement recommandé Braindead, série américaine dont la première et unique saison produite par CBS ne semble pas avoir été distribuée en France et ne sera pas reconduite. On peut se demander si, sous couvert de science-fiction, la satire politique ne dérange pas les hautes sphères du pouvoir, car tous les sujets critiques actuels y sont habilement suggérés au fil de 13 épisodes hilarants. Ainsi les manipulations médiatiques tous azimuts, les guerres d'Irak et Syrie justifiées par le mensonge, les lanceurs d'alerte Edward Snowden et Wikileaks, les écoutes téléphoniques, la torture de la CIA, le scandale du gaz de schiste, la démocratie participative et les élections présidentielles sont évoquées dans cette incroyable histoire d'insectes de l'espace dévorant le cerveau des membres du Sénat américain. "Le diable est dans les détails" répètent les héros, semant ici et là les indices d'une résistance interne aux États Unis.

© GQFrance
Braindead, écrit par Robert et Michelle King, auteurs de la série The Good Wife, souligne la fausse opposition des Républicains et des Démocrates et la corruption du système. Le récit saignant de science-fiction (il est amusant de noter que ces nouveaux aliens ont Ridley Scott comme producteur exécutif !) est un thriller rondement mené avec des personnages féminins qui ont de l'étoffe. C'est une comédie tordante offrant une explication après tout assez plausible de l'absurdité des décisions de nos dirigeants !

Ce n'est pas aussi déjanté que Preacher, une autre série conseillée par nos amis, inspirée par un comics où un jeune pasteur cherche Dieu, mais à laquelle nous n'avons pas accroché, probablement pour vices de forme : les scènes d'action aussi gore qu'excitées alternent avec de longs dialogues ennuyeux qui plombent les épisodes. Peut-être n'apprécions-nous pas l'humour potache de Seth Rogen et Evan Goldberg ? Nous sortions de Braindead, ce qui nous avait rendus très exigeants !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.