Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

2870 Billets

2 Éditions

Billet de blog 24 sept. 2013

Les Affranchis, ensemble et toujours plus nombreux

Il y a quelques temps la nouvelle génération de musiciens français ou vivant en France m'inspirait deux articles. Dans le premier je tentais de les rassembler sous le nom des Affranchis pour exprimer leur affranchissement des modèles américains et des catégories musicales que leur imposent les marchands.

Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quelques temps la nouvelle génération de musiciens français ou vivant en France m'inspirait deux articles. Dans le premier je tentais de les rassembler sous le nom des Affranchis pour exprimer leur affranchissement des modèles américains et des catégories musicales que leur imposent les marchands. Pas question de rejeter l'apport extraordinaire du jazz, du rock ou des minimalistes, mais ces jeunes filles et garçons revalorisent leurs propres terroirs, de la musique classique à la chanson française, des musiques traditionnelles aux plus contemporaines. Ils se moquent des étiquettes et mélangent les influences pour trouver leurs voies personnelles, composant ou improvisant une variété inouïe de nouveaux mondes. Nombreux se reconnurent et m'indiquèrent le nom de celles et ceux de leurs camarades que j'ignorais, et il me faudra encore du temps pour tous les découvrir. Dans le second j'attaquais Jazz magazine sur la place des musiciens étatsuniens par rapport aux Français ou aux Européens. Cette revue est loin d'être la pire et j'aurais pu aussi bien m'en prendre aux rubriques culturelles des grands quotidiens et, pourquoi pas, à la majorité de la presse hexagonale. Je soulignais que l'industrie culturelle américaine, même ses marges les plus rebelles, sert l'impérialisme économique des USA en mettant le pied dans la porte partout dans le monde : faire croire que ses artistes sont les meilleurs, par exemple en musique ou au cinéma, leur permet de faire avaler du Coca Cola ou des MacDo comme vendre des ordinateurs ou des avions, des armes ou des conseils. Aucune agressivité de ma part vers les artistes d'outre-atlantique, nos frères de galère, mais une colère contre les collabos qui, pour la plupart inconsciemment, font le lit de l'occupant.
La France est malade. Elle est malade de son inertie, de son assujettissement économique et aujourd'hui culturel au grand capitalisme qui ne s'intéresse qu'au profit à court terme et à la pérennisation de ce système. En cette période de crise, crise sciemment fabriquée par une caste cynique plus avide et arrogante que jamais, beaucoup se tirent dans les pattes au lieu de se serrer les coudes, et dans les hautes sphères de pouvoir les manipulateurs s'en donnent à cœur joie en laissant les plus faibles sur le carreau. Or plus les choses vont mal, plus la résistance s'organise.
La semaine dernière j'ai participé à deux évènements collectifs encourageants par la solidarité qui s'y est exprimée et la joie d'être ensemble en partageant d'émouvants instants avec tous les présents, musiciens, journalistes, programmateurs, spectateurs, etc. Je coorganisai le concert-hommage à Bernard Vitet à La Java, remarquablement évoqué par Francis Marmande dans Le Monde et Philippe Carles sur le blog de Jazz Magazine (!) et jouai avec Vincent Segal et Antonin-Tri Hoang pour fêter l'inauguration de la seconde salle du Triton aux Lilas. À ces deux occasions on put noter le mélange des générations tant sur scène que dans les salles. Il faut dire que l'entrée était gratuite dans les deux cas, un prix trop élevé dissuadant les plus jeunes de s'y montrer. Il y avait longtemps que je n'avais ressenti une atmosphère aussi sereine et heureuse de franche camaraderie. Les barrières de style sautaient, la concurrence laissait place à l'échange, la musique s'en trouvait grandie et la manière de la pratiquer carrément saine. Entendre par là qu'elle retrouvait sa raison d'être, ensemble. Être ensemble. Il restera toujours quelques irréductibles mégalomanes à penser qu'ils sont le sel de la terre, oubliant qu'ils la nourriront bientôt. Leurs jeunes collègues se tourneront de préférence vers les plus généreux qui auront compris que l'on n'emporte jamais rien au paradis puisqu'il s'agit de le construire ici-bas. Ces deux évènements pleins de promesses laissent entrevoir que les temps vont changer et que se préparent, il faut l'espérer et pour ce s'y atteler, de nouveaux lendemains qui chantent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau