Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

3075 Billets

2 Éditions

Billet de blog 24 déc. 2012

Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

The Museum of Everything (à ne rater sous aucun prétexte)

Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Pas osé prendre la photo clandestine, des panneaux indiquant 1000 € d'amende en cas de désobéissance. C'est évidemment une bonne blague. Les artistes exposés dans cette ancienne école vouée à la démolition se fichaient bien des us et coutumes, lorsqu'ils n'en étaient pas les victimes. Autodidactes, visionnaires, atypiques. L'humour anglais s'affiche dès la cour, avant de grimper vers la folie que représente The Museum of Everything. C'est la plus belle exposition visitée depuis des mois. Je me souviens de la surprise de celle consacrée à Jean-Michel Basquiat, mais ici il y en a des dizaines à découvrir sur trois niveaux. C'est le seul musée ambulant au monde à présenter les œuvres d’artistes non découverts, involontaires et spontanés des 19e, 20e et 21e siècles, des artistes pour qui il n'est d'autre question que l'urgence. L'art brut. Comme pour les films à suspense je préfère ne rien révéler de l'intrigue. C'est hallucinant. Peintures, photographies, sculptures, installations répondent à des situations extrêmes, des histoires à dormir debout, des scènes terribles de la vie quotidienne qu'il a fallu conjurer, avec les moyens du bord.
La présentation est aussi remarquable que les 500 œuvres. L'adéquation est parfaite entre l'expo et son support. Un modèle de scénographie muséographique. Esprits et fantômes hantent littéralement les lieux. Les planchers craquent. Les fresques des écoliers se mêlent aux élucubrations des artistes qui marchent sur la tête. Exhibition #1.1, une partie seulement de l'entreprise colossale, est si bien pensé par James Brett, qui réfute le titre de collectionneur, que l'on en reste coi devant les objets dérivés de la boutique. Leurs prix ne réfléchissent plus celui, modeste, de l'entrée : 5€ - 2,5 pour les étudiants - 0 pour les enfants. Et par dessus le marché les gardiens sont bénévoles ! Cough, cough ! Jusqu'au site Internet concocté aux petits oignons. Alors pour la photo j'attendrai la réédition imminente de l'épais catalogue, épuisé, très beau et donc très cher. Modèle économique géré par La Chalet Society, modèle de communication, modèle de médiation culturelle, modèle d'exposition, cela tranche avec les tableaux et les sculptures qui ne peuvent en être, des modèles. La personnalité de chaque artiste est unique, éclatante, bouleversante.
S'il est une exposition à voir à Paris cet hiver, vous n'avez plus le choix. Elle devait être terminée, mais son succès la prolonge jusqu'au 24 février. C'est ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 19h, les vendredi et samedi jusqu’à 20h, et pendant Noël et le Nouvel An. Sa situation géographique est tout à fait improbable : 14 boulevard Raspail à Paris, à l'embranchement avec le boulevard St Germain. L'immeuble fait tâche avec le quartier devenu bourgeois jusqu'à l'écœurement.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
« CNR santé » : la désertification médicale fait dérailler le grand raout institutionnel
Difficile de bien qualifier le Conseil national de la refondation, dans sa version santé, lancé dans la Sarthe. Devant 500 personnes, le ministre de la santé a appelé les « territoires » à trouver leurs « propres solutions ». Des habitants sans médecin traitant ont tenté de rappeler à l’État ses obligations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal
Guerre en Ukraine : des Français collaborent avec la « justice » de Poutine
Depuis le lancement de l’invasion de l’Ukraine, plusieurs militants français d’extrême droite fabriquent des preuves de crimes de guerre ukrainiens pour un faux tribunal russe.
par Elie Guckert
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost