La harpe humaine dresse des ponts

L'artiste anglaise Di Mainstone imagine des instruments aussi visuels que sonores. Ses sculptures hi-tech suscitent les mouvements du corps qui en jouent en construisant des histoires chorégraphiques très futuristes.

L'artiste anglaise Di Mainstone imagine des instruments aussi visuels que sonores. Ses sculptures hi-tech suscitent les mouvements du corps qui en jouent en construisant des histoires chorégraphiques très futuristes. Son site recèle d'inventions à cheval entre la mode et l'installation sonore, hydrocordion (orgue à tuyaux remplis d'eau), shuttleflock (composé d'un bonnet et de volants de badminton), serendiptichord et quantité d'autres prothèses pour danseurs qui semblent sorties de films de science-fiction des années 60. Les technologies récentes guident pourtant les créations de cette artiste brillante dont la plus célèbre est la human harp.

Cette harpe humaine s'installe sur les ponts suspendus qui enjambent les fleuves. Fixant des micros contact aux câbles immenses qui soutiennent les structures de métal, elle actionne des archets ou des marteaux en les reliant au corset qu'elle porte par des fils (voir l'instrument). En dansant elle produit des vibrations qui font plus penser à une harpe géante qu'à une harpe humaine, les performances restant autant à voir qu'à entendre. Nombreux musiciens ont l'habitude de faire sonner les matériaux qu'ils croisent, et les ponts ont toujours été facteurs de rêve, mais Di Mainstone réussit à les mettre en scène pour en faire un spectacle épatant... Le site de la Human Harp présente une intelligente time line reprenant toutes les étapes qui l'ont amenée à concevoir et réaliser son projet, ainsi que nombreuses vidéos qu'elle réalise elle-même.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.