J'ai tué un tigre

Depuis qu'on en entend parler, je l'ai tout de suite reconnu. Aedes Albopictus est plus petit qu’une pièce d‘un centime, il a un vol assez lent et il est facile à écraser en vol...

moustique-tigre
Bagnolet, 1er juin. Depuis qu'on en entend parler, je l'ai tout de suite reconnu. Aedes Albopictus est plus petit qu’une pièce d‘un centime, il a un vol assez lent et il est facile à écraser en vol. Il ne faisait aucun bruit. Pas un rugissement. Pas eu le temps non plus de piquer, du moins pas moi qui suis de la chair à moustique premier choix. J'ai déployé l'échelle au-dessus de l'évier, attrapé le torchon et sans même prononcer un mot d'allemand j'ai frappé. Dans tous les pays du monde les tigres se dressent en langue allemande, vous ne saviez pas ? C'est pour cela que Schnuckenack et Manon qu'Anna vient chercher de Cologne n'ont plus qu'à bien se tenir. Ruhe, Tiger! Comme je n'en croyais tout de même pas mes yeux, je l'ai photographié. Il bougeait encore, mais je ne voulais pas l'écraser. Les moustiques sont les seules bestioles que je peux occire sans hésiter, mais je ne suis pas encore certain de n'avoir aucun remords. Ensuite quitte à vider les soucoupes dans le jardin, je les ai supprimées. Quel besoin d'entretenir des eaux stagnantes pour dorloter ces monstres sanguinaires ? Enfin, je l'ai déclaré sur le site Vigilance-moustiques. Non, le chikungunya ne passera pas par moi... En tout cas pas cette fois !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.