L’Afrique et sa grande muraille

En permanence à la télévision (encore ce lundi à 13h00 sur FR2) de nouveaux écologistes sont mis en avant, car ils viennent de poser des ampoules à basse consommation, ou ils sont en train d’isoler leur maison ou ils nous expliquent que le triple vitrage, qu’ils viennent de poser, n’a plus de déperdition (c’est nouveau, c’est sorti il y a 8 jours).

Au lieu de les glorifier, il faudrait souligner qu’ils ont 30 ans de retard !

Ce serait bien qu’un jour nous puissions trouver des documentaires, ou des reportages dans les JT, sur ce qui a été fait depuis 10, 20 ou 30 ans. Des immeubles qui ont divisé par deux ou par trois leur consommation ou simplement celui qui a changé ses ampoules dans son appartement dès que les ampoules à basse consommation ont été disponibles. Son économie annuelle est donc multipliée par 30 aujourd’hui. C’est mieux que celui qui vient juste de déballer ses ampoules. Non ?

Quant au micro-trottoir, il encombre inutilement l’information surtout pour entendre à nouveau ce qui se dit dans le poste avec des variantes parfois guignolesques.

Nous sommes le 1er décembre 2015, deuxième jour de la COP21. Aujourd’hui, si j’ai bien compris les états africains vont être écoutés. Seront-ils entendus par les dirigeants des pays riches ?

Alors, Élise, au moins aujourd’hui, s’il vous plaît, oubliez un instant les micros-trottoirs pour laisser la place majoritairement à l’Afrique.

Un bon grand reportage sur la grande muraille verte serait plus profitable au citoyen du Nord pour commencer à comprendre, qu’après avoir bien ponctionné l’Afrique, il faut lui apporter de l’aide.

On peut espérer qu’une majorité puisse comprendre et valider que la survie du Nord passe aussi par l’Afrique. Pour ancrer ses racines, l’homme a besoin, entre autres, des racines des arbres.

Des aides à la hauteur de l’enjeu mondial et ceci très vite. La végétation ne va pas aussi vite que les destructions humaines.

Les murailles se construisent encore dans le monde et on en parle beaucoup. La Grande muraille verte c’est une muraille d’espoir, pas de désespoir. Combien d’entre nous connaissent ce projet ?

En tous les cas moins que le monsieur auditionné à la station-service.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.