ICI la planète, ICI la…

« ICI la planète - ICI la planète - la planète parle aux Français – les carottes sont cuites- je répète, les carottes sont cuites… »

« Moi, planète bleue de l’univers, je m’adresse à vous les Français parce que j’ai remarqué que vous aviez une COP chez vous cette année. Au début, je pensais que le mot COP ça s’écrivait COOP. J’avais pensé à une coopérative où tout le monde coopère.

C’est la 21ème ? Nom d’une galaxie, vous n’êtes pas sortis de l’auberge.

Pourquoi je m’adresse à vous ? Parce que vous n’avez pas compris. Vous n’arrêtez pas de dire qu’il faut sauver la planète ? Cent fois par jour, vos présentateurs, commentateurs, hommes et femmes politiques, « experts » de tout poil disent qu’il faut sauver la planète.

Merci de vous enquérir de ma petite santé, mais moi ça va. Je n’ai pas besoin d’être sauvée. J’ai encore 4 milliards d’années à tournicoter tranquillement dans l’espace. Alors que vous, bipèdes, vous êtes mal barrés. Depuis que vous avez utilisé le charbon et découvert la puissance de la vapeur, il n’y a pas très longtemps, vous avez pété les plombs.

Donc pas de soucis, votre leitmotiv ne me mettra pas en boule. Je le suis déjà.

Au lieu de dire « sauvez la planète », dites plutôt en boucle « sauver l’humain». Ou bien trouvez un autre slogan qui parle de la vie de chacun. Il semble que chaque individu se sentirait plus concerné. Alors que la planète, c’est loin. La planète est comme une copropriété. Ceux qui ont assisté à une réunion de copropriétaires peuvent comprendre l’analogie.

Le changement climatique, c’est pareil. Vous ne parlez que de ça. Longtemps, les avis ont été très partagés. Batailles d’experts, pendant des années. Bataille du thermomètre. « La hausse des températures va être de 2°C, mais non de 2.1°C, mais non c’est plus… mais non c’est moins…» . Et c’est parti pour des heures, des mois, des années de discussions.  Aujourd’hui à part quelques exceptions tout le monde parle du changement climatique, du savant, vraiment savant, jusqu’au micro-trottoir qui répète ce qu’il a entendu dans les médias y compris le n’importe quoi. Mais ça vous fait ni chaud ni froid ?

C’est bien de parler du climat. C’est vrai que vous abîmez mon atmosphère, que cette couche de protection est très petite et que votre vie ne tient qu’à ce petit fil. Mon climat change depuis des millions d’années. C’est vrai que vous êtes en train de mettre une couche de plus. Quoi qu’il en soit, que ce soit naturel ou artificiel ou les deux vous êtes obligé pour la sauvegarde de vos vies fragiles d’avoir recours à l’énergie. À toutes les énergies. Vous êtes loin d’arriver à créer des sites de production d’énergie renouvelable avec de l’énergie renouvelable. Il vous faudra donc utiliser encore un temps l’énergie que vous trouvez dans mon sous-sol. Mais attention, mon énergie se vide à la vitesse de son bradage.

Concernant mes énergies fossiles, il faudra les utiliser avec intelligence, logique, sagesse. 40 ans, 50 ans de réserve ? Un peu plus ? Peu importe, ça reste à l’échelle de vous, les adultes, mais pas de celle de vos enfants ou de vos petits-enfants. Et n’oubliez pas de faire marcher votre matière grise pour limiter l’énergie grise de vos réalisations.

Arrêtez le gaspillage et la boulimie de consommation. Vous êtes dans le non-respect de l’autre. Le correcteur de ces dérapages est l’individu. Chaque individu. Attendre que l’autre fasse quelque chose est irresponsable. Les solutions sont simples. Il suffit d’avoir du bon sens.

Sans attendre la génération de vos petits-enfants, la génération de vos enfants risque de vous reprocher dans quelques années votre laxisme, votre égoïsme, votre indifférence si vous ne réagissez pas.

N’oubliez pas qu'il y a plusieurs décennies, quelques personnes lançaient l’alarme avançant que « le Sud finira par monter au nord ». Vous n’avez pas compris. Vous avez eu de la chance un moment, ça a mis du temps, mais c’est là.

Heureusement, il y a des terriens qui ont commencé à travailler vraiment sur ces problèmes et depuis longtemps, mais ils ne font pas légions. Bien sûr, chez vous en France tout le monde est devenu vert de chez vert en novembre 2006. Miraculeusement grâce à la politique. Finalement ça, peut avoir de bons côtés la politique ? Même dans ses travers. Mais on est encore beaucoup dans la parlote neuf ans plus tard. Il suffit de regarder vos commissions ministérielles, vos discussions sur les réglementations tentaculaires, vos paperasses, vos "usines à gaz" administratives, vos déplacements inutiles, vos passions pour la réunionite. Ça a trente ans d’âge trop souvent.

En France, j’ai vu que vous aviez une devise de trois mots « Liberté, Égalité, Fraternité ». C’est super, mais si vous êtes très bon sur le premier, il va falloir faire de sacrés progrès pour le deuxième et le troisième.

Votre 21ème coopérative commence cette semaine. C’est déjà pas mal que 196 pays puissent  se parler sur la sauvegarde de l’humanité. Tant qu’il y a un dialogue, il y a de l’espoir. Mais comptez surtout sur chacun d’entre vous. C’est de là que viendront les résultats.

Bon, je vous laisse. J’ai prévu de faire un petit tour.

Ah ! j’ai oublié de vous dire… »

Dommage, c’est à ce moment que je me suis réveillé.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.