IL Y A QUELQUE CHOSE D'ÉTRANGE DANS CETTE AFFAIRE...

Le lieutenant colonel de gendarmerie Arnaud BELTRAME était un spécialiste de la gestion de la prise d'otage dans un grand magasin, il avait même mené récemment un entraînement sur ce thème. Il a été égorgé par un terroriste même pas professionnel, à Trèbes, dans l'Aude.

Il est probable que son intervention dans le magasin "U" avait pour objectif de s'approcher de l'assassin, probablement d'aider à localiser le forcené terroriste en laissant son téléphone ouvert posé sur la caisse, et permettre aux collègues des forces de l'ordre d'intervenir avec le moins de risques collatéraux, le reste du plan n'est pas connu, et n'a pas marché.

Cette décision a été prise par l'équipe dirigeant l'opération, et communiquée à la hiérarchie voire au ministère de l'intérieur pour information et accord. L'objectif n'était pas d'envoyer un haut gradé se faire massacrer, fût-il volontaire, courageux et dévoué, mais de mener une action efficace, réfléchie, organisée, aux moindres frais humains, une action que les agents de services spécialisés ont appris à mener et qu'Arnaud BELTRAME connaissait et maîtrisait plus que tout autre.

Entraîné et habitué au combat corps à corps, comment a-t-il pu être égorgé avec un poignard par un terroriste non-professionnel ?

QU'EST-CE QUI N'A PAS MARCHÉ ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.