Les intellectuels de France ont-ils été roulés dans la farine par Emmanuel Macron ?

Emmanuel Macron, dans un élan de que l'on aurait pu penser de prétentieux, a invité une poignée d'intellectuels français à un débat d'une soirée prolongée sous les ors de l'Elysée. @Franceinfo a du fouiller dans les rushes de la captation, sans parfois y parvenir, pour extraire des moments de vérité utiles à la République (chose commune).

Ce n'est pas parce que ces intellectuels ont été ridiculisés par Emmanuel Macron, ce n'est pas parce que les personnes dans les séances publiques ont été amenées à se taire, ce n'est pas parce qu'Emmanuel Macron se trouve du côté du manche qu'il a raison et qu'il est plus intelligent, et pas plus le plus instruit. Pourtant, il a voulu faire passer ce message : je suis capable de faire face aux questionnements des intellectuels de France. Et il l'a fait. Pourquoi ? Parce que ces intellectuels sont déconnectés de la réalité. Ils se sont comportés comme des valets, même ceux qui ont fait mine de prononcer quelques mots qui leur paraissaient déjà impertinents. Hé oui, il faut commencer aussi par constater qu'Emmanuel Macron est du côté du manche et qu'il est porteur des déterminations de ceux qui l'ont financé et des fantasmes de ceux qui l'admirent. Il le fait ressentir de manière décomplexée.

La démonstration régalienne d'hier soir n'est certainement pas à inscrire dans la performance intellectuelle des héritiers des auteurs de l'Encyclopédie !

Il ne ressort rien sur les réponses concrètes pour que la société oeuvre dans une démarche éthique, i.e. de prise en compte de tous. Dans une société riche comme la nôtre, l'existence de personnes vivant en dessous d'un seuil de pauvreté est bien plus inacceptable que des vitrines déglinguées. Le devoir des élus n'est certainement pas de réfléchir à savoir comment réprimer un mouvement social, mais de mettre en oeuvre tous les moyens pour promouvoir l'Entente Sociale.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.