La médiation, un enjeu de société

Quand on parle de médiation aujourd'hui, nombre de personnes se disent "Ha super, ça c'est une bonne idée. On aide les gens à sortir des conflits. On les aide à faire du gagnant-gagnant. On fait de la justice douce. On permet aux gens en conflit d'être plus raisonnables. C'est super tout ça."

Dans la réalité de la médiation, il y a quelque chose qui n'est pas clairement dit. Et je le dis : la médiation est traversée par des courants de pensée : morales, religions, représentations de la nécessaire servitude volontaire, conceptions normatives, tout y est. Un prodigieux mélange séduisant des pensées dogmatiques qui n'apporte en réalité rien de nouveau aux pratiques de la conciliation, avec ses modes paternalistes masqués. Les idéologies sont rampantes, avec cette bienveillance, cousine sournoise de la surveillance, qui joue sur la corde vibratoire de la tolérance, avec ses seuils, ses limites et ses mises en garde.

C'est la raison pour laquelle j'ai conduit mes recherches (maintenant au sein du CREISIR) en reprenant le cheminement initié par les Lumières pour recourir à la Raison et l'appliquée de manière ferme dans cette démarche. En 1999-2001, j'ai créé la Médiation Professionnelle, puis défini la pratique de l'Ingénierie Relationnelle et enfin énoncé le paradigme de l'Entente Sociale en lieu et place du modèle contraignant du Contrat Social. C'est désormais l'instrumentation méthodologique exclusive des Médiateurs Professionnels. Tout un travail d'appropriation techniques, de méthodes et de dispositifs. Une valeur sûre pour passer de la "gestion des conflits" à la promotion de la "qualité relationnelle".

Voici donc ce que vous pouvez trouver dans les différents centres de formation en termes de courants de pensée :

  • courants confessionnels – qui se déclinent en religions, avec les préceptes moraux qui en découlent ; ils définissent des rapports de résignation mystique au sort humain.
  • courants juridiques – qui embarquent avec eux les tendances politiques, avec les conceptions du Contrat Social ;
  • courants psycho-sociaux – qui utilisent des "vérités mythiques", des interprétations des découvertes scientifiques et des applications des outils statistiques pour en définir des représentations normatives.

Evidemment, les approches se combinent parfois plus ou moins subtilement. Mais les fondamentaux sont là. Les justifications d'évidence contournent ou même rejettent les questionnements logiques sur les fictions et les théories obsolètes, en assenant des arguments d'autorité.

Et voici celui de l'EPMN :

  • courant discursif / rationnel – qui développe des méthodologies, des techniques et des dispositifs, avec une approche précisément discursive, fondée sur le questionnement philosophique et éthique. Il recours au doute rationnel. Il s'inscrit dans une continuité des réflexions des Lumières sur l'usage de la Raison. C’est logiquement le plus récent, puisqu’il ne pouvait apparaître qu’après un usage relativement intensif appliqué à l’observation des comportements humains.

Vous saurez dès lors, je pense, identifier les prédominances de votre choix de formation. Et quel que soit le choix que vous allez faire, dans l'immédiat, l'important c'est que l'idée de médiation fasse son chemin dans la société. Et naturellement, la Médiation Professionnelle y prend une place d'efficacité. Et même si la Raison est encore l'instrument peu concerté dans les civilisations humaines, elle est le moyen qui, dès maintenant, offre une source très inspirante de créativité au service de l'Entente et de l'Entente Sociale.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.