Jean-Louis Lascoux
Fondateur de la Profession de Médiateur, auteur, rédacteur
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2021

Jean-Louis Lascoux
Fondateur de la Profession de Médiateur, auteur, rédacteur
Abonné·e de Mediapart

La guerre est perdue... mais pas pour tout le monde.

+ de 70% des personnes qui se font vacciner le font par résignation, afin de pouvoir circuler, aller et venir et aller au travail. Elles ne le font pas par confiance, ni par soucis de protection d'autrui (- de 10%). Elle peuvent le faire par peur (quasi 20%).

Jean-Louis Lascoux
Fondateur de la Profession de Médiateur, auteur, rédacteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voilà les résultats du sondage de trottoir que j'ai réalisé sur les réseaux sociaux. 

Je ne suis pas vacciné. Etant particulièrement attentif à la pertinence des raisonnements et des arguments que l'on y glisse, je vous propose ma réflexion. Vous risquez de vous y retrouver... ou pas... mais je serais étonné que vous ne partagiez mon propos, au moins secrètement.

Le discours des politiciens s'est tellement uniformisé qu'il n'y en plus un seul qui ose s'élever contre ce qu'il faut bien appeler la doxa pandémique. Oser est d'ailleurs inadapté, parce qu'il semble bien qu'aucun d'entre eux imagine même s'élever contre la convention lexicale assurant qu'il existe un danger sanitaire mondial. 

Ma position est de ne pas prendre pour argent comptant ce qui est affirmé. Le principe est le doute pour une décision éclairée.

En 2009, tandis que les lobbyistes des laboratoires pharmaceutiques prétendaient déjà faire oeuvre de charité en proposant une vaccination mondiale, j'avais douté. Pas fortement, parce qu'il ne s'agissait pas d'un doute craintif. C'était un doute serein, même amusé, du genre de celui qui nous fait regarder et écouter avec une certaine complaisance un discours panique, tandis qu'il ne se passe rien, mais sait-on jamais.

Cette année là, j'avais écouté un scientifique au palais de la découverte, à Paris. J'en étais sorti informé : il n'y avait réellement de pandémie que dans le discours gouvernemental, et il était possible que les promoteurs de l'idée étaient convaincus, mais ce n'était pas certain. Les probabilités de la pandémie H1N1 étaient moins importantes que pour le VIH par exemple. Bien. Et nombre de journalistes manifestaient leur doute, certains plus virulents. Bon, je n'avais pas un grand sentiment de solitude, seulement celui de risquer de me faire arnaquer intellectuellement, en plus de la question de l'usage des impôts. Mais là, je dirais que l'habitude est prise. Une fatalité d'existence, comme pour la pointure de mes chaussures. Enfin, quasi. Et le professeur Bernard Debré s'y est mis. Il a dénoncé les lobbyistes, leur jeu auprès des instances européennes, onusiennes et toutimes. Résultat : la miss Bachelot a remballé son discours. La pandémie s'est éteinte avec le son des trompettes. Terminé... Jusqu'en 2019. Ben, oui, dix ans plus tard, ils avaient eu le temps de mieux préparer l'affaire.

En fin 2019, les lobbyistes ont fait oeuvre d'artistes. Ils sont parvenus à embarquer les nouveaux et les anciens ont suivi. La presse avait eu le temps d'être mise au pas : journaux, télé, radio. Tout le monde est désormais informé de la même manière et les contestataires sont a minima des complotistes, des illuminés (et diable sait qu'il y en a !), et des gauchistes ou marginaux.

En fin 2021, voilà où nous en sommes. Rien ne semble pouvoir arrêter cette déferlante de l'information covidique. Un établissement public publie ses chiffres sur la réalité des hospitalisations en 2020, pour le plus fort des moments d'agitation dans la presse et la vie politique ? 2% d'hospitalisation pour cause de COVID. Les pompes funèbres ne se sont pas fait plus de gras que les années précédentes ? Et alors, rien ne prouve le contraire de l'invention de l'esprit. L'imagination sanitaire est à la manoeuvre. Tout opposant est mis à l'index. Tout le monde doit passer en hall de shoot pour une injection, puis deux, et maintenant, jamais deux sans trois... Et, en prime, un passe sanitaire pour gérer la vie citoyenne, la pister, l'empêcher ou l'autoriser.

Hier, il fallait avoir peur de la crise économique, maintenant, c'est le climat et des virus mutants, avec une menace de revenir à la "réalité" de la fiction de la crise économique.

De pôle emploi, on va bien passer à un pôle sanitaire...

Ils ont gagné. Gagné quoi ? Hé bien, la guerre. Quelle guerre ? La guerre de l'information. Et pas que... Et c'est comme "gagnant-gagnant". Pardon ? Oui, quand on vous annonce qu'il y a eu un accord gagnant-gagnant, c'est tout simplement que le perdant n'a pas la parole. Et qui n'a pas la parole en ce moment ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas