Jean-Louis Mohand PAUL
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 août 2021

Une campagne enflammée

La notion de génocide est fréquemment évoquée pour désigner la politique anti-kabyle de hautes strates de l’État algérien et véhiculée par des factions idéologiques diverses (nationalistes algériens ou démagogues islamistes). Elle témoigne de la hantise vécue par une population depuis longtemps réprimée et précarisée.

Jean-Louis Mohand PAUL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elle ne rend pas compte d’un processus de ségrégation ethnique organisée. Une « épuration » bureaucratique et policière de longue haleine.

Ses procédures rappellent celles de l’Empire soviétique à l’égard de ses « républiques » non-russes (Caucase, pays Baltes…) : atrophie des investissements, guerre culturelle, interdits professionnels, occupation des postes publics par des « soviétiques », condamnation à l’exil économique ou politique, immigration organisée de composantes allogènes formant à leur tour une minorité ethnique dans la minorité, propre aux revendications identitaires rivales et manipulables.

Et dans le cas de contestation de la base socio-politique réelle, répressions féroces, arrestations nombreuses, coups de force et opérations terroristes, campagne idéologique orchestrée. 

Il s’agit en Algérie de faire éclater la cohésion interne, culturelle (la langue, les traditions…) et historique (la mémoire des luttes anciennes, la capacité d’auto-organisation à travers les comités de village) des composantes kabyles. La « campagne » contre celles-ci s’est réactivée au fur et à mesure du Hirak, dont la suspension (ou le délitement ?) a isolé les manifestations kabyles persistantes et fourni au pouvoir central l’occasion d’ériger leur répression en cas particulier et exemplaire pour sauver sa (domi-)« nation » algérienne.

Depuis la désignation du MAK comme « organisation terroriste » en avril 2021 (et non en mai), les menaces d’« éradication » se sont multipliées, explicites et médiatiquement amplifiées. En avril, un sénateur a qualifié la Kabylie de tumeur dangereuse pour annoncer : « Un jour qui n’est pas loin, nous allons éradiquer toutes ces tumeurs cancéreuses qui rongent le corps de notre nation unie. » Il poursuivait une longue manie des métaphores sinistres : en mars 2020, la députée Naima Salhi qualifiait les Kabyles de « Juifs de la pire espèce »…

C’est dire que la hantise de l’ethnocide est suscitée en miroir par les proclamations des plus hautes autorités. Ou leur programme ?

On dit couramment de la Kabylie qu’elle est une « région frondeuse » : on fait moins connaître l’environnement qui la menace en tant que telle, qui ne concerne évidemment pas l’ensemble de la base sociale algérienne, la solidarité inter-régionale durant les incendies d’août en témoigne. 

En avril 2021 encore, un « influenceur » réputé agent du DRS et officiant depuis Londres supposera en ligne avoir un jour « du pouvoir » pour inviter ceux des Kabyles de Tizi Ouzou et de Bejaïa « qui rejettent les idées et l’idéologie des séparatistes du MAK » à « quitter la Kabylie durant vingt-quatre heures seulement en laissant les séparatistes et ceux qui les soutiennent » pour « par la suite faire exterminer tous ceux qui resteront en Kabylie ». 

À défaut de ce tri, et comme l’amalgame entre indépendantistes et tout opposant s’est depuis révélé utile, le même influenceur annonce le 3 juin : «L’été prochain, on observera un ensemble d’incendies de forêts kabyles, organisée de manière planifiée, systématique et très précise. » Précaution oratoire ou menace voilée, il déclare ne pas espérer que cela survienne.

Ces propos signifient que, dès alors, avant toute canicule estivale du monde méditerranéen, des strates en Algérie savaient qu’une vague d’incendies en Kabylie serait « planifiée, systématique ». Qui pouvait savoir que se préparait un tel projet ?

Si la plus haute vague des incendies des 10-15 août a fait connaître alors ce processus dans les informations internationales, des incendies criminels ponctuels se produisaient depuis le début juillet. Et ce sont les mêmes constats de lignes continues de fumées et-ou de flammes, selon un dessin artificiel, comme si le feu ne pouvait prendre qu’au long d’un sentier, et seulement sur ce sentier d’abord.

Actuellement se multiplient les arrestations plus qu’arbitraires des prétendus « responsables » de cette catastrophe durable et de leurs « complices ».

JLMP, le 30 août 2021.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo