"Et ne nous soumets pas à la tentation..."

Mes détracteurs habituels (les habitudes se créent vite !) vont dire qu'il n'est pas bien de donner plus qu'un salaire d'OS aux hommes politiques... Je pense au contraire qu'il faut cesser de considérer que les Berluti des uns, ou les costards des autres, constituent des empêchements de se présenter à la fonction suprême, si telle est notre ambition, ce, en fonction de nos capacités of course !

- Un chirurgien-dentiste a plombé l'honneur de notre première femme Premier Ministre socialiste, sous Mitterrand. Mme Edith Cresson !

- Un bottier immigré, a écorné la réputation de Roland Dumas, alors Ministre des Affaires Etrangères ou plutôt des Relations Extérieures, petite originalité de Dieu François, qui disait aussi de cet homme qui aimait les bottes: "J'ai deux avocats : pour le droit, c'est Badinter, pour le tordu, c'est Dumas"

- Enfin, un bon faiseur, tailla dans celle de François Fillon...

 

berluti

 

"J'ai deux avocats... " Cela voulait tout dire ! Dumass'est d'ailleurs chargé des dossiers Kadhafi de l'époque. Aujourd'hui, c'est un ou plusieurs costumes viennent entacher l'élection présidentielle de 2017. Et les Réseaux sociaux, les journalistes, mais aussi les lecteurs (c'est trop facile d'accuser les journalistes, alors que le bon petit lecteur se régale et en redemande ;) ) 

"Haro sur le baudet ! Il faut rendre les costumes ! Il faut démissionner ! Il faut aller de soi-même à la case prison ! Get your monney back ! Yaka Faukon..."

Halte au feu, nom d'une pipe. Est-ce que tous les politiques mis en examen puis condamnés ont rendu leurs Légions d'Honneur ou leurs Bleues ? Non. Leur a-t-on supprimé leurs retraites des cadres, d'anciens ministres, députés, sénateurs, maires, conseillers généraux, régionaux, Présidents de Conseils divers, le tout cumulé ? NON. Alors, madame, Monsieur, force est de constater que nos juges ont considéré que ces braves gens ne gagnaient pas assez. (voir mon article Blog Mediapart "Népotisme politique : le bal des faux-culs"

Donnons-leur plus, mais sans cumul des mandats ! Une paire de chaussures de chez Berluti, comme celles dont on parlait à l'époque de Roland Dumas valait 12 ou 13 000 F alors qu'un ministre devait gagner que 40  KF / Mois, environ. Navré de faire le provocateur, mais les cadres supérieurs et petits patrons gagnaient bien plus à cette époque. Puisque "nous", nous pouvions nous offrir une paire de Berluti sans faire appel à l'Amex d'Elf, Total ou BP...

Revenons à notre époque : en 2017, quand il faut régler une facture de costard de 13 K€... alors là il faut gagner des salures plus conséquents, surtout à une époque où tout fout le camp ! Peu importe, ce n'est pas une raison pour trucider Fillon. Un cadeau est un cadeau et je vais même aller plus loin. Les exemples ne manquent pas.

 

chateau-ausone

 

Certains cadeaux sont plus égaux que d'autres. Car il en est qui ne cessent de grimper. Je me souviens en 1974, d'un dîner chez mes parents, au cours duquel nous avions reçu le Président de la République en charge, Monsieur Alain Poher et René Pleven, ancien ministre de la Justice. Entre autres. Soir de campagne pour nous, qui soutenions "Giscard, à la barre". Dîner frugal certes, mais fort correct puisque d'Yquem et Ausone furent de la partie. Le Président Poher bon vivant, ne tarissait pas d'éloges sur le GCC St Emilion de M. Dubois Chalon. Un mot, et j'en finis de cette histoire vécue : mon père décide de faire plaisir à Alain Poher et me charge de lui confectionner une caisse de 6 Ausone, de bons millésimes. (de mémoire, 1966, 69,70). 

Il était venu avec 12 motards, mais avec sa R16, et c'est son gendre (JP Joussain) qui lui servait de chauffeur, et pour l'occasion, de factotum pour la caisse de 6 Ausone panachés !

 

romanee-237x300

Et alors ! Et si aujourd'hui, ces grand vins valaient 2000€ la bouteille donc un total de 12 000€ ? Si Poher n'était pas décédé, serait-il attaquable ? Ces cadeaux, se bonifient. S'il avait reçu des d'Yquem 49 ou Romanée Conti du Domaine de 45 ? Le cadeau à ce jour dépasserait les 50 k€ !

Alors que, Messieurs les donneurs de leçons, aujourd'hui les godasses de Dumas, aussi bien entretenues soient-elles, sont avachies, éraflées, ramollies, dans teinte, passées de mode, etc...

Et demain les costards de Fillon seront aussi avachis et usés que les pompes de Dumas. Et quel qu'en aient été les coûts initiaux, une simple question de bon sens et de cœur, nous interdira même de les déposer à la paroisse d'une église.

Alors ? Faut-il boire en 30 minutes un vin offert ou le conserver 30 ans ? Attention à la réponse, vous risquez la prison et une sacrée amende !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.