JEAN LUC BERTET
Ancien concepteur-rédacteur... Blogueur-poker Tablerase.fr... Homme Delaître !
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 avr. 2018

Assurances-Vie. BNP-Cardif, LE TEMPS C'EST DE L'ARGENT...

Après le Ministre Eckert qui a fait voter une loi éponyme sur la recherche des comptes en déshérence, ce qui a engendré des pénalités aussi énormes pour nous, qu'insignifiantes pour les Compagnies, c'est l'ex Président de la Commission des Finances du Sénat, M. Marini, qui s'est attaqué aux frais précomptés. Il passeront de 50% à 5% !

JEAN LUC BERTET
Ancien concepteur-rédacteur... Blogueur-poker Tablerase.fr... Homme Delaître !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Procédés fallacieux ? Banc d'essai d'un cas réel chez BNP-Cardif

 Avant et après 70 ans. Abus de faiblesse ? Why not !

Il n’était pas rare que les frais d’acquisition absorbent la totalité de l’épargne versée, ce, dès la première année ! Monsieur Philippe Marini (ENA, IGF) a mis fin à ces pratiques douteuses. Près de 50% de prélèvement notés en frais précomptés (commercialisation, commissions d'apporteur d'affaires, frais divers...) comment appeler ces méthodes de vente autrement que des procédés border-line, voire mafieux ? Ajoutez en sus, un éventuel mais fréquent abus de faiblesse car en général, les épargnants qui versent leurs fonds en une seule fois, sont des personnes relativement âgées ayant "réalisé" la vente de leur outil de travail ! Commerce, atelier, usine, magasin, étude, etc...

Décidément, ces assurances-vie intéressent du monde. Beaucoup d'articles, de forums ou fora traitent sur les délais de paiement de ces grosses économies déjà versées, mais qui ont du mal à ressortir du petit nid douillet qu'est BNP-Cardif.

NB. Ce devrait être un bon point, non ? Mais non mais non, c'est même un très mauvais point !

Tant que votre dossier-enveloppe envoyé par la Poste n'est pas :

- Ouvert

-vérifié 3 fois

- complet à la troisième vérification

- Et rentré en informatique

Le dossier ne démarre pas en terme de délai fixé à 1 mois maximum en 2007. La loi Eckert n'y peut rien. Les Banqu'Assurances fixent les règles en interne et font leur loi. J'allais dire, contournent à l'envi les bienfaits de cette loi Eckert.

J'ai et/ou vous avez été désigné en tant que bénéficiaire d'une assurance-vie ? Au décès de l'assuré, des délais légaux de versement sont clairement fixés depuis la loi du 17 décembre 2007. Vous souhaitez en savoir plus sur les modalités et délais de règlement ? Voici quelques éléments de réponse pour vous aider dans vos démarches.

Les délais fixés par la loi : Les modalités de versement du capital au bénéficiaire lors du décès du souscripteur d'une assurance-vie est encadré de manière stricte par la loi. Ce n'était pas le cas avant 2007 : les assureurs n'avaient aucune obligation en terme de délai. Depuis décembre 

M'enfin !

 2007, le Code des Assurances a été modifié. Il fixe désormais le délai de versement à un mois maximum, aux bénéficiaires des sommes qui figurent sur les contrats d'assurance-vie. Malheureusement, de la Loi Marini et/ou Eckert, il y a loin de la coupe aux lèvres  ;)

EXEMPLE : Un membre de ma famille est décédé mi-décembre. Les obligations familiales et les fêtes de Noël passent : nous nous retrouvons légèrement ébaubis début janvier. 

Ces actuaires sont trop forts... Ils sont au dessus des lois et de tout soupçon !

Mon exemple, c'est du concret, pas du verbiage !

De janvier à avril 2018...

Voyez plutôt : j'ai envoyé le papier qu'il faut en tout premier lieu, début janvier, aux Impôts. Il faut avoir un certificat : ou d'acquittement ou de non-exigibilité de l'impôt. Formulaire 2738.SD. Point final, une croix dans la case indiquée mais pour ce faire, les Impôts demandent 2 mois. J'ai téléphoné, on m'a dit : "On a du retard, désolé mais c'est 2 mois et demi de délai !". Au terme des 2 mois et demi, j'ai rappelé, expliquant que je suis en invalidité 80% et que j'arrive demain pour faire un sitting chez eux, à 500 km de chez moi, pour prendre mon papier !

"Houla... Rappelez-nous vos noms, adresses..... "Aïe, mais votre dossier est perdu ! Renvoyez-nous la demande par mail, je vous renvoie le dossier complet fin de semaine !" Et ce fut fait !

Déjà 2 mois et demi de perdus ! Sont-ils complices ? 

________________________________________________

Dossier complet envoyé à BNP-Cardif. 

Du 24 mars au 20 avril ! Un mois pour recevoir un courrier !?

Ben voyons ! Que faire ? Cette brave collaboratrice BNP-Cardif me suggère fortement (merci madame), de réexpédier une LR+AR. Dont acte!

- Quatrième appel : "S'il vous plaît...Avez-vous reçu ma LR+AR ??"

"Non mais j'ai reçu un courrier? je ne sais pas lequel, et je vais vérifier les éléments de suite : oui, tout est complet. "

Je réponds de suite : "Génial, le délai de 30 jours Eckert part donc de ce jour ? "

"Mais non mais non Monsieur Bertet ! Chez nous, Cardif, votre/vos courrier(s) doi(ven)t passer dans 3 services. Il doit être approuvé, rentré dans notre ordinateur, et là, si tout est jugé ok, le délai part à peu près pour 30 jours de plus, désolé !".

" Mais où est l'argent de ma famille ? "

"....................". (silence)

"Ok, mais se peut-il (par miracle) que ce délai maximum soit ramené à (je dis n'importe quel chiffre) 6, 9 ou 18 jours par exemple ? J'ai l'impression d'avoir parlé chinois à une italo-bretonne !

Réponse de Cardif : "Heu.....!?"

"Madame, tout est possible dans la vie, il suffit de la vouloir, n'est-ce pas ?" Regardez : j'ai 3 cancers et un cœur déficient et je fais 30 minutes de marche par jour !

Réponse : "........!?Merci de votre appel Monsieur !"

Cardif et les autres sont tout-puissants pour garder vos/nos fonds autant qu'ils le désirent. Entre temps, j'ai pris contact avec M. Christian Eckert. Je verrai Philippe Marini, mon Maire, si besoin est. Car il ne faut pas généraliser. TOUT N'EST PAS MAUVAIS.

La seconde partie de ce banc d'essai verra les événements à venir entre le 22 avril et la date de versement de nos fonds. Je ne traiterai pas le sujet à charge. Si d'aventure, Cardif devient rapide, éthique, etc... nous en ferons un descriptif tout à fait exact.

A suivre : du 22 avril à...

Sans préjuger de rien, si les Impôts mettent 75 jours à mettre une croix dans une case, si BNP met 30 jours à "recevoir un courrier" 😉 puis 10 jours pour vérifier 3 fois, 4 documents dont une Carte d'identité et un RIB, puis une semaine pour nous dire si tout est ok, puis attendre 3 jours avant de faire démarrer le compteur Eckert... cela fait 155 jours en tout, plus de 5 mois pour recevoir des fonds nous appartenant. Minimum. 

1 656,00 Milliards d'euros qui sont confiés à des tiers Banqu'Assurance divers, dont 9.9 Milliards à BNP-Cardif* : mais où sont-ils durant ces 5 ou 6 mois minimum de blocage et pourquoi les bénéficiaires, héritiers directs en général, ne perçoivent-ils pas des intérêts sur les sommes leur revenant ?

* chiffres de 2017

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Libertés publiques
Covid-19 : « Le gouvernement réglemente par protocoles et foires aux questions, une menace pour l’État de droit »
Stéphanie Renard, maîtresse de conférences en droit public, fait le bilan de deux années de crise. Cette spécialiste de l’ordre public sanitaire s’inquiète de la diffusion d’un « droit souple » qui « menace l’avenir de l’État de droit et le principe de légalité », et dénonce un « retour en arrière, vers une vision hygiéniste de la société ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Nucléaire
Hugo, lanceur d’alerte du nucléaire : « J’accuse EDF de dissimulations »
« Avec ce type d’attitude, nos centrales ne sont pas sûres » : le témoignage choc d’un membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, inquiet que la culture de la sûreté nucléaire passe en arrière-plan des impératifs financiers au sein du groupe EDF.
par Youmni Kezzouf et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille