Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

474 Billets

2 Éditions

Billet de blog 3 mai 2015

La Commission Européenne, cheval de Troie des firmes américaines

Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Commission européenne ne pouvait pas rester inactive, les lobbies commençaient à s’impatienter.

La pénétration de nouvelles espèces d’OGM sur le marché européen était bloquée depuis des années. Face à l’opposition persistante des consommateurs et d’une majorité d’Etats membres, il devenait urgent de faire preuve d’imagination et de trouver les mécanismes juridiques capables de contourner la volonté populaire.

Mais la dictature du marché se devait de s’imposer sous le prétexte démocratique.

Comment donner l’illusion de « tenir compte de l’avis de  l’opinion publique  dans les Etats membres »  en imposant des produits rejetés et désapprouvés majoritairement  par les européens ?  Comment faciliter l’accès aux marchés pour les firmes en prétendant s’entourer de garanties plus rigoureuses ? Comment supprimer les verrous en ayant l’air de sécuriser ?

L’affaire a été habilement menée, avec tout le savoir-faire des technocrates de l’Union européenne et toute la déloyauté dont savent faire preuve des hommes politiques  libéraux et socio-libéraux lassés de leur électorat.  Elle s’est déroulée en trois actes.

Acte I, le 13 janvier dernier : Accorder des droits illusoires aux citoyens et consommateurs.

 Le Parlement européen  vote un amendement à une directive datant de 2001. La procédure d’autorisation des cultures d’ OGM est renationalisée : les Etats membres ont le pouvoir d’interdire  la culture mais doivent négocier et justifier  directement auprès des firmes cette interdiction à partir de  « motifs légitimes autres que ceux liés aux risques pour la santé humaine ou animale, ou pour l'environnement, qui sont examinés à l'échelle de l'Union ». On  fait mine de redonner du pouvoir aux Etats membres mais on rend tout recours pratiquement impossible dans les faits. Les capitales pourront désormais évoquer des motifs de politique agricole, d'aménagement du territoire ou des conséquences socio-économiques pour interdire la culture des OGM mais ces arguments  sont tous particulièrement  difficiles à défendre dans le cadre d’une économie de marché devant l’OMC ou un tribunal arbitral. Comme le remarque José Bové sur son blog :« aucune garantie juridique n'est donnée aux Etats "récalcitrants" dont la décision "souveraine" déplairait aux compagnies ».

Acte II, le 22 avril : Préparer, légitimer l’ouverture du marché européen aux transnationales américaines.

La procédure d’importation des OGM est calquée sur celle des mises en culture. Chaque état est désormais libre d’interdire des OGM autorisés à l’importation au niveau européen. Ce principe est évidemment inapplicable et incontrôlable puisqu’il est en flagrante contradiction avec la règle  de libre circulation des marchandises  au sein de l’Europe.

Acte III, le 24 avril : Ouvrir  les vannes ; une première série d’autorisations  est décidée, en attendant les autres. . .

 La Commission européenne délivre 19  autorisations d’importation et de commercialisation d’OGM  en Europe dont 17 destinées à l’alimentation animale et humaine, à la seule vue des dossiers déposés par les industriels. Le maïs NK 603, breveté par Monsanto et tolérant au Roundup,  qui avait fait l’objet d’une étude de toxicité controversée montrant l’apparition de tumeurs malignes chez les rats exposés ( étude menée par Gilles-Eric  Séralini ) fait partie du lot.

Trois actes auront permis, en trois mois, d’atteindre un objectif à l’opposé de la volonté populaire et de briser les défenses qui permettaient jusqu’à présent de s’opposer à la mise en culture et à l’importation des OGM en Europe.

La voie est désormais toute tracée et les négociations menées en vue de la signature du traité TAFTA peuvent se poursuivre dans un cadre juridique permettant de surmonter les réticences de certains Etats membres. Avec une constance exemplaire, la Commission européenne, présidée par Jean-Claude Junker, homme d’un exceptionnel dévouement au capitalisme financier, s’emploie à faire prévaloir les intérêts privés sur l’intérêt général et à promouvoir  les outils de domination adéquats. Elle est le cheval de Troie de l’industrie américaine en Europe  et notamment de la firme Monsanto, particulièrement gâtée par la première série d’autorisations.

Pendant ce temps, Hollande et Valls sont accaparés par  la menace terroriste  et mettent en place, avec la loi sur le renseignement, les instruments d’un état policier. Mais ne comptons pas sur eux  pour protéger les français d’un éventuel impact sanitaire et environnemental causé par les  OGM.  Devant le 69ème  congrès de la FNSEA qui s’est tenu récemment, le Premier ministre a affirmé qu’il fallait « donner les moyens concrets aux agriculteurs pour concilier performances économiques et écologiques »  (. . .) « et  laisser pour cela les chercheurs chercher ! ». Selon lui,   « Les biotechnologies sont incontournables » et  « toutes les tentatives d’intimidation seront poursuivies ».

Les « djihadistes verts » - selon la délicate expression de Xavier Belin, le président de la FNSEA- sont prévenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Le « grand remplacement », idéologie meurtrière
Attribué au principal suspect de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande), un manifeste intitulé « Le grand remplacement », en référence au fantasme d’extrême droite du même nom, dénonce les « invasions étrangères » en Europe, et cite tout particulièrement le cas de la France.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd