Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

482 Billets

2 Éditions

Billet de blog 4 nov. 2018

Les passagers clandestins en gilets jaunes

Après les marches pour le climat, voici venu le temps des manifestations contre la hausse du prix des carburants. . .

Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après les marches pour le climat, voici venu le temps  des manifestations  contre la hausse du prix des carburants. Les routiers  et les usagers de la route sont en première ligne comme lors du soulèvement breton contre l’écotaxe.  Les bonnets rouges ont été remisés au placard mais  les gilets jaunes sont maintenant étalés sur les tableaux de bord en attendant d’animer le macadam. Le 17 novembre, il faut boquer la France, entend-on ici et là. Le gas-oil est subitement hissé au rang de première cause nationale  au point d’éclipser complètement une autre grève annoncée, celle du 12 novembre contre la suppression de postes dans l’enseignement public. Notre époque se mobilise au gré de ses  humeurs et de ses contrariétés ;  comme elle ne sait pas où elle va,  les élans de solidarité et de conscience collective d’un jour font place aux éruptions poujadistes le lendemain.  Ces colères désordonnées et aveugles  trouvent dans les difficultés du quotidien et la baisse du pouvoir d’achat de beaucoup de travailleurs  un terreau  favorable mais elles sont pareilles à des bourdonnements  d’insectes  pris dans une nasse  dont il leur est impossible de sortir.

Dans une société éclatée, abimée par le venin de la compétition et de l’individualisme, les grands enjeux collectifs du long terme sont vite ensevelis par le mal-vivre du plus grand nombre. Pour les plus démunis,  dont les difficultés s’accroissent considérablement sous le macronisme, il s’agit toujours de survivre à court-terme.

En l’absence de politique cohérente de l’Etat, la transition sociale et écologique est mal partie car elle  ne peut résoudre justement cette fichue contradiction entre le social et l’écologique. Le Premier ministre Edouard Philippe peut bien affirmer « J’entends parfaitement la grogne » et s’abriter derrière un paravent écologique pour justifier l’augmentation des taxes sur les carburants, il n’agit pas pour permettre des choix écologiques véritablement alternatifs et laisse aux conducteurs et au  marché le soin de trouver des solutions au renchérissement de l’énergie : ainsi, les sites internet de covoiturage se développent-ils  à proportion de la hausse du coût de l’essence. Il n’y a pas de politique volontariste des pouvoirs publics pour développer et rendre attractifs les transports en commun, l’Etat ne change pas de stratégie : les infrastructures routières continuent à être privilégiées par rapport aux investissements dans le transport collectif et les luttes locales pour tenter de s’opposer aux grands contournements, aux tronçons autoroutiers et autres grands projets hautement carbonés se heurte à l’inflexibilité et la brutalité du pouvoir. L’extension et l’amélioration du réseau ferré secondaire s’inscrirait dans une véritable stratégie de réduction du trafic automobile mais les investissements demeurent largement insuffisants dans ce domaine alors que le tarif des billets SNCF ne cesse par contre d’augmenter. Dans ces conditions, en l’absence d’aide de l’Etat, le renchérissement du coût de l’énergie frappent avant tout les petits budgets ; il contribue aussi à décourager  toutes celles et ceux  qui font l’effort de « traverser la rue » pour rechercher un emploi qui n’est pas forcément un emploi de proximité, notamment dans les zones rurales.

L’Etat Macron n’a pas d’autre projet que celui de l’oligarchie financière,  pas d’autre cohérence que celle du capital, pas d’autre engagement que celui de soutenir la croissance au profit des plus riches. Or, la transition écologique ne peut s’opérer sans changement social et sans changement de paradigme, elle réclame moins de consommateurs et plus de citoyens susceptibles - pour peu qu’on leur en donne les moyens -  de prendre en compte le long terme.

Dans une société de consommation  et de croissance à quoi peut donc bien rêver  l’écrasante majorité des citoyens –  conditionnés par la publicité – sinon d’augmenter son  pouvoir d’achat afin de pouvoir consommer toujours plus ?

Mais, pouvons-nous  espérer  être les passagers clandestins  (selon la métaphore de l’économiste Mancur Olson) d’une planète sauvée par les autres ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement