Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

2 Éditions

Billet de blog 8 nov. 2014

Le barrage de Sivens, symbole du renoncement à l'Etat de droit

Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« L'Etat de droit, c'est de répondre à l'intérêt général, c'est de répondre aux préoccupations des uns et des autres, celles des élus (...) celles de la profession agricole, qui a besoin de ressources en eau pour travailler, et celles des associations de défense de l'environnement, qui mettent en avant aussi l'intérêt général de la protection de la nature »

Ces mots, prononcés par Ségolène Royal à l'issue de la réunion consacrée au barrage de Sivens, sont apaisants mais paraissent malgré tout, après la mort de Rémi Fraisse, déplacés, voire provocants, et peuvent d'emblée être suspectés.

Dans ce dossier comme dans beaucoup d'autres, l'Etat s'est montré partisan et il ne peut s'exonérer à si bon compte de ses défaillances car il a avalisé et entériné les décisions aberrantes de collectivités publiques prises par des élus en situation évidente de conflits d'intérêts (la CACG, maître d'ouvrage délégué du barrage de Sivens, compte parmi les membres de son conseil d'adiministration, le vice-président du Conseil Général, André Cabot). Pire, afin de protéger un chantier destructeur, il a usé et abusé de son bras armé, la gendarmerie, provoquant la mort d'un jeune naturaliste. Compte tenu des circonstances, la seule position honorable pour un « Etat de droit » serait d'imposer l'abandon définitif du projet. Comment respecter autrement la mémoire de Rémi Fraisse et rétablir un minimum de confiance chez les associations environnementalistes ?

Mais notre Etat n'est plus lucide et respectueux de l'intérêt général, il dérive dans les eaux turbulentes du libéralisme et de l'affairisme, soumis à l'influence grandissante des lobbies qui altèrent son jugement et son impartialité.

Entre les intérêts de quelques uns, élus et gros agriculteurs irrigants, et les convictions des défenseurs de l'environnement, le fléau de la balance penche à l'évidence vers ceux qui ont le plus de poids. Entre l'écologie et la finance, l'Etat arbitre aujourd'hui systématiquement en faveur de la finance, en faveur du profit pour les entreprises. La nature peut bien mourir de-ci de-là, et d'ailleurs pour certains, elle n'existe pas ! (1)

Les grands travaux inutiles créent des emplois, la nature, elle, invite à la contemplation. Dans le monde d'aujourd'hui, le productif et le contemplatif sont difficilement conciliables. . . Et l'inversion de la courbe du chômage ne se produira pas grâce à l'embauche de naturalistes ! Mais peut-être grâce au recrutement de policiers et gendarmes supplémentaires . . .

Car pour faire prévaloir les intérêts particuliers de quelques puissants et privilégiés, garantir et pérenniser l'ordre existant, l'Etat socialiste abandonne le droit républicain pour recourir à la force, voire à la violence répressive.

Aujourd'hui, les forces de l'ordre ne paraissent plus intervenir dans un esprit et un cadre républicains afin de limiter et d'apaiser les tensions entre groupes rivaux ou antagonistes car elles font un usage disproportionné de la force face à certaines oppositions alors qu'elles se montrent particulièrement laxistes par ailleurs. Le traitement pour le moins sélectif réservé aux syndicalistes agricoles est par exemple particulièrement choquant. Imagine-t-on le leader de la FNSEA plaqué au sol, menotté puis placé en garde à vue comme l'avait été Laurent Pinatel (porte-parole de la Confédération paysanne) lors de la manifestation contre l'usine des mille vaches en juin dernier ?

Les récentes manifestations de la FNSEA pour exprimer le mécontentement des agriculteurs et leur «ras-le-bol des contraintes écologiques et administratives» ont donné lieu à des dégradations de biens publics sans que les forces de l'ordre n'interviennent ( 70,000 € de dégâts dans la ville de Valence par exemple).

Mais, face aux militants de la FNSEA, aux tracteurs et autres engins agricoles, la matraque reste au ceinturon, les flash-balls et les grenades offensives sont heureusement remisées au placard et le CRS contemple placidement les dégradations en se contentant d'endiguer tant bien que mal la grogne paysanne. Enivrée, anesthésiée, par les effluves de lisier des élevages industriels, la brute se transforme soudain en philosophe. La police est-elle en empathie ou obéit-elle à des ordres stricts de modération, de retenue ? Quand on sait que la première qualité requise d'un agent du maintien de l'ordre est le sens de la discipline, la réponse coule de source. Pour contenir les syndicalistes de la FNSEA en zone urbaine commettant des dégâts bien supérieurs à ceux provoqués par les occupants de la ZAD de Sivens, il n'y avait pas de policiers masqués avec des foulards à tête de mort, pas de souricière pour les manifestants attardés, pas de violence gratuite . .

Notre administration sait faire la différence entre ceux qui réclament plus de libéralisme et ceux qui remettent en cause le système et le modèle agricole. Pour le gouvernement socialiste la FNSEA est un partenaire alors que la Confédération paysanne est un adversaire qu'il convient de réprimer sévèrement.

Cette exemple illustre la politique actuelle dans son ensemble : nos dirigeants politiques ne défendent pas l'intérêt général mais arbitrent en faveur des lobbies dominants et en privilégiant les intérêts à court terme au détriment des enjeux à long terme. Dans ce contexte, la ligne directrice du ministère de l'Intérieur est claire : les forces de l'ordre sont avant tout sollicitées pour garantir la domination du capitalisme financier.

Le drame de Sivens est aussi le symbole du renoncement à l'Etat de droit.

(1) ainsi que l'affirme, provocateur, Luc le Vaillant dans le journal Libération du 3 novembre dernier (ici)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran