Un nouveau visage de l’Amérique?

« Selon que vous serez puissant ou misérable »... votre capacité d’influence variera du tout au tout. Donald Trump est banni. Les institutions américaines ont définitivement changé de main et les réseaux sociaux ont, tout aussitôt, changé de pied.

“Selon que vous serez puissant ou misérable”. . .  votre capacité d’influence variera du tout au tout.  

Donald Trump n’a plus de compte twitter, il ne peut plus se livrer à son activité favorite, c’est un homme considérablement diminué. Après avoir contribué à son ascension  en diffusant sans rechigner ses publicités et affirmations mensongères (Lire ici), les plateformes du numérique ont abandonné dans la précipitation un client dont l’argent a désormais une odeur désagréable et qui risque de nuire à leurs affaires. 

Donald Trump est banni. Les institutions américaines ont définitivement changé de main et les réseaux sociaux ont, tout aussitôt, changé de pied.  

Facebook, Youtube et Twitter vont désormais alimenter leurs réseaux à partir de sources plus sûres et mieux à même de faire fructifier la fortune de leurs propriétaires et de leurs actionnaires.  

L’Amérique suprématiste, nationaliste, raciste a pu faire l’étalage de sa force devant les caméras du monde entier l’espace d’une journée. Encouragées, incitées par leur chef, les brutes ont pu envahir le Capitole, facilement, trop facilement, débordant des forces de l’ordre quasi inexistantes. Mais pour Donald Trump  ce fut la démonstration de trop, sa dernière journée en tant que Président reconnu. Emporté par l’ élan spectaculaire mais singulièrement inapproprié et inutilement violent de ses fidèles partisans, Donald Trump a fait une mauvaise chute, une chute dont il ne se relèvera pas. Il a offert  à ses adversaires politiques l’occasion de le mettre hors jeu définitivement. A posteriori, l’enchaînement des événements paraît si dommageable, si contre-productif pour Donald Trump que des complotistes pourraient y voir là un complot ourdi par le clan démocrate ! 

Washington outragé, Washington martyrisé, mais Washington libéré ! 

Cette séquence offre en effet aux démocrates, et à Joe Biden tout particulièrement, l’occasion de se présenter en sauveurs de la démocratie et des institutions. Une procédure de destitution va être engagée contre Donald Trump ; ainsi, en tant que Président destitué, sera t-il marqué du sceau de l’infamie et son mandat restera alors dans l’histoire comme entaché par des errements personnels. L’honneur est sauf !

Avec Joe Biden, le visage de l’Amérique change mais les USA vont-ils changer dans leur for intérieur ?

Un monde brutal, bâti sur la violence, construit sur le génocide de peuples jndiens autochtones,  peut-il engendrer autre chose qu’une société malade et déséquilibrée, dominée par des brutes ? 

Comment s’étonner qu’une Amérique biberonnée au cocktail détonant de la bible et de l’argent, symbole de la réussite matérielle et spirituelle, engendre du côté des laissés pour compte de la souffrance et de la  frustration. Les citoyens américains souffrent de la politique de leurs représentants mais, manipulés et désinformés, ils désignent d’autres coupables, ceux qui sont encore plus infortunés et qui sont leurs compagnons de souffrance dans la vie quotidienne. Aux USA, le pauvre, le déshérité, le faible est responsable de son sort,  il représente un danger, une déchéance dont on ne veut pas. Le culte de la réussite individuelle et de la force est malheureusement bien partagé et solidement enraciné. 

Les USA sont une terre capitaliste, une terre fondamentalement hostile aux valeurs et aux comportements souhaitables pour nous permettre de vivre en paix et de nous ménager un avenir collectif et durable sur une planète vivable. 

Donald Trump ne twittera plus mais les Etats-Unis ne sont pas guéris parce que Donald Trump quitte le pouvoir. Le trumpisme va perdurer, 75 millions d’américains ne seront pas  rayés des listes électorales. La corruption de la classe politique, la crise économique et  l’aggravation des inégalités sociales, la crise sanitaire, la crise écologique vont continuer à fragiliser les populations et les esprits. Les obscurantismes de toute nature continueront à être relayés par les réseaux sociaux. Et les plateformes du numérique, géants de la distribution de la parole,  s’arrogent désormais le droit de réguler, d’arbitrer, de censurer en fonction de leurs seuls intérêts.

On aimerait croire qu’avec la chute de Donald Trump l’année 2021  commence sur une note positive mais paradoxalement cette chute met surtout en lumière la terrible menace qui plane désormais sur la liberté d’expression.  Lutter afin de préserver le plus possible cette liberté et la liberté de manifester  est assurément un des objectifs militants majeurs pour l’année qui commence. Bonne année militante !




Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.