Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

479 Billets

2 Éditions

Billet de blog 17 oct. 2021

Maurice Papon et la face sombre du gaullisme

Le 17 octobre 1961, Maurice Papon était un préfet aux ordres. Les principaux responsables du massacre ne peuvent toujours pas être désignés car il faudrait pour cela dévoiler la face sombre du gaullisme et de nos institutions.

Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il a déposé une gerbe de fleurs, en bord de Seine, “à la mémoire des morts du 17 octobre 1961”.

Il est resté là, silencieux, quelques minutes, puis il est reparti. Didier Lallement, le préfet de police de Paris, a rendu hommage  aux victimes d’un massacre perpétré par les forces de l’ordre placées sous l’autorité directe de son homologue de l’époque, Maurice Papon. En ce 17 octobre 1961, Maurice Papon était un préfet aux ordres, un préfet au service de l’Etat comme l’est aujourd’hui le préfet Didier Lallement, ce préfet républicain exemplaire, qui a su vaillamment protéger la république pendant le mouvement  des gilets jaunes. 

Les préfets, c’est bien connu, sont toujours aux service de la république, au service de l’Etat, ils accomplissent ainsi leur devoir sans état d’âme, droits dans leurs bottes. Ils n’agissent bien évidemment pas en leur nom et ils savent  aussi que lorsqu’il s’agit de protéger le pouvoir en place, ils seront a priori couverts. 

Ainsi, même si les archives sur ce fait historique restent encore fermées, soigneusement cadenassées, les témoignages ainsi que le travail des historiens qui se sont penchés sur cet épisode tragique de notre histoire sont sans équivoque : ce massacre était bien un crime d’Etat, organisé et avalisé par le pouvoir en place. 

En France, les scandales d’Etat et à plus forte raison les crimes d’Etat ne sont la plupart du temps ni reconnus, ni châtiés. En France, l’Etat est représenté par le Président de la République, la clef de voûte des institutions. Vous faites tomber le chef et c’est tout l'édifice qui s’écroule. 

Le 17 octobre 1961, le Président, le chef de l’Etat, le premier responsable est Charles de Gaulle. Parler d’un crime d’Etat pour ce 17 octobre, c’est automatiquement pointer du doigt la figure tutélaire du général, celui qui n’a pas capitulé face à l’envahisseur allemand, celui qui a sauvé la république, libéré le pays, celui qui représente encore la résistance, etc, bref une figure inattaquable, indéboulonnable, sacrée.

De Gaulle, c'est aussi celui qui nous a légué la Vème République et tout le fonctionnement pyramidal des institutions - accentué depuis la réforme de 2000  sur le quinquennat - défendu par  tous les Présidents qui se sont succédé depuis son départ. Charles de Gaulle est le premier d’une lignée : tous ses successeurs ont mis leurs pas dans les siens, ils doivent tous leur puissance et leur invulnérabilité au général ; ils n'hésitent d’ailleurs pas à s’en réclamer à l’occasion, notamment  quand la logique des institutions et les prérogatives exorbitantes du chef de l’Etat sont questionnées. De la présidence de Charles de Gaulle on ne veut plus voir et admettre qu’une seule face, celle qui exalte la grandeur de la France. Tout le reste, sa politique ambiguë voire indigne à l’égard de l’Afrique et notamment de l’Algérie, ses réseaux secrets, le SAC, les essais nucléaires à l’air libre (toujours en Algérie), etc, est passé sous silence. De Gaulle, on ne peut y toucher.

En 1961, Maurice Papon était un haut fonctionnaire zélé, un préfet comme Didier Lallement sous les ordres du ministre de l’Intérieur, lui-même sous l’autorité du chef du gouvernement et du chef de l’Etat. Depuis, cet homme a été condamné pour complicité de crimes contre l’humanité, c’est donc un coupable tout à fait acceptable. 

Les principaux responsables ne peuvent toujours pas être désignés car il faudrait pour cela dévoiler la face sombre du gaullisme et de nos institutions. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX