Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

459 Billets

2 Éditions

Billet de blog 17 oct. 2021

Maurice Papon et la face sombre du gaullisme

Le 17 octobre 1961, Maurice Papon était un préfet aux ordres. Les principaux responsables du massacre ne peuvent toujours pas être désignés car il faudrait pour cela dévoiler la face sombre du gaullisme et de nos institutions.

Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il a déposé une gerbe de fleurs, en bord de Seine, “à la mémoire des morts du 17 octobre 1961”.

Il est resté là, silencieux, quelques minutes, puis il est reparti. Didier Lallement, le préfet de police de Paris, a rendu hommage  aux victimes d’un massacre perpétré par les forces de l’ordre placées sous l’autorité directe de son homologue de l’époque, Maurice Papon. En ce 17 octobre 1961, Maurice Papon était un préfet aux ordres, un préfet au service de l’Etat comme l’est aujourd’hui le préfet Didier Lallement, ce préfet républicain exemplaire, qui a su vaillamment protéger la république pendant le mouvement  des gilets jaunes. 

Les préfets, c’est bien connu, sont toujours aux service de la république, au service de l’Etat, ils accomplissent ainsi leur devoir sans état d’âme, droits dans leurs bottes. Ils n’agissent bien évidemment pas en leur nom et ils savent  aussi que lorsqu’il s’agit de protéger le pouvoir en place, ils seront a priori couverts. 

Ainsi, même si les archives sur ce fait historique restent encore fermées, soigneusement cadenassées, les témoignages ainsi que le travail des historiens qui se sont penchés sur cet épisode tragique de notre histoire sont sans équivoque : ce massacre était bien un crime d’Etat, organisé et avalisé par le pouvoir en place. 

En France, les scandales d’Etat et à plus forte raison les crimes d’Etat ne sont la plupart du temps ni reconnus, ni châtiés. En France, l’Etat est représenté par le Président de la République, la clef de voûte des institutions. Vous faites tomber le chef et c’est tout l'édifice qui s’écroule. 

Le 17 octobre 1961, le Président, le chef de l’Etat, le premier responsable est Charles de Gaulle. Parler d’un crime d’Etat pour ce 17 octobre, c’est automatiquement pointer du doigt la figure tutélaire du général, celui qui n’a pas capitulé face à l’envahisseur allemand, celui qui a sauvé la république, libéré le pays, celui qui représente encore la résistance, etc, bref une figure inattaquable, indéboulonnable, sacrée.

De Gaulle, c'est aussi celui qui nous a légué la Vème République et tout le fonctionnement pyramidal des institutions - accentué depuis la réforme de 2000  sur le quinquennat - défendu par  tous les Présidents qui se sont succédé depuis son départ. Charles de Gaulle est le premier d’une lignée : tous ses successeurs ont mis leurs pas dans les siens, ils doivent tous leur puissance et leur invulnérabilité au général ; ils n'hésitent d’ailleurs pas à s’en réclamer à l’occasion, notamment  quand la logique des institutions et les prérogatives exorbitantes du chef de l’Etat sont questionnées. De la présidence de Charles de Gaulle on ne veut plus voir et admettre qu’une seule face, celle qui exalte la grandeur de la France. Tout le reste, sa politique ambiguë voire indigne à l’égard de l’Afrique et notamment de l’Algérie, ses réseaux secrets, le SAC, les essais nucléaires à l’air libre (toujours en Algérie), etc, est passé sous silence. De Gaulle, on ne peut y toucher.

En 1961, Maurice Papon était un haut fonctionnaire zélé, un préfet comme Didier Lallement sous les ordres du ministre de l’Intérieur, lui-même sous l’autorité du chef du gouvernement et du chef de l’Etat. Depuis, cet homme a été condamné pour complicité de crimes contre l’humanité, c’est donc un coupable tout à fait acceptable. 

Les principaux responsables ne peuvent toujours pas être désignés car il faudrait pour cela dévoiler la face sombre du gaullisme et de nos institutions. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : le président réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo