Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

494 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 août 2016

Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

Les jeux de Rio, reflet du monde moderne

Jean-Luc GASNIER
Enseignant, membre d'ATTAC33
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Restaurés à la fin du XIXème siècle par le baron réactionnaire et raciste Pierre de Coubertin, les jeux olympiques sont désormais l’occasion d’un gigantesque show planétaire. Les olympiades de Rio dont les stades sont plutôt dégarnis  - car inaccessibles financièrement par le peuple brésilien - sont à l’image du  monde d’aujourd’hui  qui  méprise  l’effort et le dépassement de soi s’ils n’aboutissent pas à la réussite ; la compétition sert avant tout un business alimenté par quelques  vedettes médaillées et médiatisées. Seuls les champions victorieux nourrissent l’imaginaire collectif et stimulent la consommation de leur sport et des équipements qui accompagnent sa pratique. Les jeux ignorent les seconds rôles  et mettent uniquement en lumière les vainqueurs. D’une certaine façon, cette conception du sport rejoint celle de Pierre de Coubertin qui entendait faire de l’éducation sportive un   instrument de discrimination supplémentaire  entre les forts et les faibles : « Il y a deux races distinctes: celle au regard franc, aux muscles forts, à la démarche assurée et celle des maladifs, à la mine résignée et humble, à l'air vaincu. Eh ! bien, c'est dans les collèges comme dans le monde : les faibles sont écartés, le bénéfice de cette éducation n'est appréciable qu'aux forts »

Mais Pierre de Coubertin n’avait pas prévu que les enjeux financiers générés par les jeux olympiques finiraient par déformer et hystériser la pratique sportive jusqu’ à la rendre inhumaine.

Pour paraphraser la devise bien connue, l’important est désormais moins de participer que de  gagner. La médaille accrochée au coup, l’hymne national exécuté, l’athlète peut rentrer  dans l’arène commerciale et politique.  Ce sont les contrats publicitaires, les retombées commerciales pour les sponsors, l’exaltation du sentiment patriotique,  qui  rendent son exploit si important et le transforment, à son corps défendant, en produit médiatique vendeur. La France  récompense d’ailleurs par une prime de 50.000 € tous ses médaillés d’or ; cette offrande aux dieux du stade même si elle est marginale par rapport aux gains futurs des athlètes est malgré tout symbolique : elle signifie bien qu’il n’y a plus de place pour l’amateurisme dans les jeux modernes.  Les sportifs de notre époque doivent être des professionnels et des gagneurs à l’image de Florent Manaudou qui avouait sans fausse pudeur dans son autobiographie sortie en 2014 : "Je n'ai jamais aimé nager".

 Les JO sont l’évènement de l’été car ils sont  l’emblème de notre monde mercantile axé sur la compétition et la réussite individuelle.

A l’autre bout du continent américain, le Forum social mondial vient de se terminer dans l’indifférence générale, 3500 délégués venant d’une centaine de pays étaient réunis à Montréal pour tenter de promouvoir un monde de coopération respectueux des limites humaines et de son environnement. Les média n’en ont pratiquement pas parlé, le gigantisme et la démesure des jeux de Rio sont bien plus spectaculaires.

 Il reste beaucoup de chemin à parcourir pour que le sport cesse d’être un instrument de domination pour redevenir  une source d’épanouissement individuel et collectif.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar