Jean-Luc Mootoosamy
Journaliste, directeur de "Media Expertise".
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 sept. 2020

Gare au loup !

A Maurice, une semaine après la marche monstre du 29 août, des groupes se disant représentants de la communauté hindoue, organisent une « grande prière » pour le pays ce dimanche 6 septembre. Devant les caméras, les organisateurs parlent d’unité nationale. Mais leurs affiches de mobilisation tiennent un tout autre langage, sans que les auteurs ne soient inquiétés.

Jean-Luc Mootoosamy
Journaliste, directeur de "Media Expertise".
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Premier ministre mauricien, lors de son allocution télévisée, le 31 août 2020. © MBC-TV

Monsieur le Premier ministre, votre prise de parole télévisée du 31 août n’a pas satisfait les dizaines de milliers de Mauriciens qui ont envahi les rues de Port-Louis ce samedi 29 août. Mais ce n’est pas surprenant, n’est-ce pas ? Votre apparition était surtout à l’intention de vos soutiens pour les rassurer, leur dire que vous êtes bien là, plus déterminé que jamais. Et ces soutiens sont certainement toujours nombreux et ils entendent bien serrer les rangs autour de vous. Est-ce pour votre personne, votre bilan, le poste que vous occupez ou les portes que cela peut leur ouvrir ? Vous le saurez en temps et lieu.

Les prochaines manifestations s’organisent en faveur de votre politique ou contre votre manière de diriger. Contre le « népotisme », la « corruption », l’« incompétence », bref, tout ce que les pancartes du 29 août ont listé. C’est « une preuve vivante de la liberté d’expression à Maurice », comme vous le dites, à juste titre, dans votre intervention du 31 août. Les maladresses de vos opposants doivent probablement vous rassurer. Lorsque M. Jean Bruneau Laurette, fer de lance de la marche du 29 août, mécontent d’un conflit d’agenda, obtient le déplacement d’une rencontre de l’église catholique, prévue le 12 septembre parce que cela pourrait perturber la prochaine manifestation au village de Mahébourg, c’est quand même bon pour vous. Idem lorsque sa page Facebook fait un parallèle entre lui et M. Nelson Mandela, ancien président sud-africain, rien que ça ! L’ivresse du succès… Cependant il semblerait, à voir une conférence de presse du « Kolektif Konversasion Solider », organisateur de la marche du 12 septembre, que M. Laurette soit revenu parmi les mortels.

Mais, Monsieur le Premier ministre, il y a un loup. Une manifestation aura lieu ce dimanche 6 septembre à Grand Bassin, au Ganga Talao, plus haut lieu de pèlerinage de la communauté hindoue. Une « Ganga Maha Aarti », une « Grande prière ». Dans les médias, face caméra, les organisateurs parlent d’un grand temps de prière pour le pays, pour « demander pardon et obtenir la bénédiction divine après les catastrophes » que Maurice a connues.  Ceux qui suivent des médias privés qui vous soutiennent ont pu les entendre largement. La Mauritius Broadcasting Corporation, télévision d’Etat, a aussi diffusé des extraits de cette conférence de presse le 2 septembre dernier. Des déclarations pour, d’abord, inviter à la présence de « tous les frères et sœurs de la famille hindoue » puis, rapide correction, pour inviter « tous les Mauriciens – et pas une seule section de la population – car la prière est pour la Nation mauricienne ». Les organisateurs soulignant aussi qu’ils sont « pour l’unité nationale » car, selon eux, le tissu social mauricien est « fragile », « il ne faudrait pas que certaines personnes viennent enflammer le pays parce que nous vivons dans la paix et l’harmonie. Nous voulons continuer à garder cette même amitié, ce même mode de vie dans notre pays arc-en-ciel ».

"Réveillez-vous..."

Ça c’est pour les déclarations publiques, pour les paroles, qui s'envolent. Mais les écrits, ceux qui restent, sont tout autres. Monsieur le Premier ministre, vous avez dû voir cette affiche que vos soutiens véhiculent sur Facebook. Un carton d’invitation sur fond orange vif, comme la couleur de votre parti.  Nous dirons que c’est une coïncidence. Que dit le texte qui est public ? « Réveillez-vous guerriers hindous (Jago Hindu Veer), l’ennemi a encore défié (Shatru Ne Phir Lalkara Hein) ». Guerriers ? Ennemis ? Défié ? Monsieur le Premier ministre, vous conviendrez que ce n'est pas insignifiant ! Cette affiche est en circulation depuis plusieurs jours, elle est partagée par des personnes qui vous soutiennent ouvertement. Il y a là un groupe de personnes qui joue avec le feu. Pour moins que cela, avant la manifestation du 29 août, vous avez invité les membres du Conseil des religions à votre bureau estimant qu’il fallait pour une raison ou une autre solliciter des religieux pour appeler à la non-violence. Et là – et j’ai beaucoup cherché – rien, de votre part. Ne rien dire, ne pas souligner que ces termes sont dangereux, équivaut à laisser-faire, pire, à parrainer par omission.

En fait, à bien y réfléchir, cette affiche vous offre une opportunité inespérée. Une occasion en or. En vous dissociant de ces mots qui opposent des citoyens, vous répondrez à une des demandes de ceux qui crient leur amour pour le drapeau mauricien. Dénoncer cette affiche serait un bond en leur direction et un point positif pour le monde qui nous regarde attentivement depuis quelques semaines.

Monsieur le Premier ministre, une réaction de votre part, une clarification de votre positionnement est nécessaire. De grâce, évitez une nouvelle pollution, celle du Ganga Talao, par un repli ethnique et des mots anti-républicains.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat