Jean-Luc Mootoosamy
Journaliste, directeur de "Media Expertise".
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juin 2018

Menaces à caractère islamiste à Maurice: NON au silence des leaders politiques!

Les politiciens mauriciens sont-ils prêts à tous les compromis, voire compromissions, pour espérer des votes lors des prochaines législatives ? La population doit aujourd’hui s’y résoudre. Les leaders du gouvernement comme ceux d’opposition n’ont toujours pas réagi six jours après que des individus à tendance islamiste, ont menacé et bravé la démocratie mauricienne. A cela, je lance ce NON !

Jean-Luc Mootoosamy
Journaliste, directeur de "Media Expertise".
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 2 juin dernier, 300 à 400 manifestants, selon diverses estimations, ont franchi la ligne rouge. Ils se sont rassemblés sans autorisation sur la Place d'Armes, à deux pas de l'Assemblée nationale et du bureau du Premier ministre, contre la tenue de la marche des fiertés des LGBT (Lesbiennes, Gay, Bisexuels et Transgenre). Parmi, des personnes fichées par les services de sécurité et se réclamant ouvertement de l'état islamique. Face à une police tétanisée, ces manifestants portant bandeaux noirs et cagoules ont hurlé leur haine, appelant au « nettoyage ». Un député de l'Assemblée nationale – qui passait par là – s’est même permis d'affirmer, face caméra, que sa "religion primait sur tout le reste", amalgame qui consterne par ailleurs la communauté musulmane respectueuse des règles de la République. Si des parlementaires s'expriment en longeant les murs de leurs pages Facebook, personne ne le fait au nom de sa formation politique. Une partie de cache-cache qui choque dans un pays connu pour son vivre-ensemble, mais où la classe politique a besoin du vote des minorités, de toutes les composantes d'une population multi-ethnique, à l'approche d'élections législatives. A ce silence – et même s'il y a eu quelques interpellations – je me permets ce "NON !" et propose un éclairage hors du champ religieux pour interpeller les élus au nom de ce que nous avons construit en 50 ans d'indépendance.

NON ! (Tribune publiée dans "Le Mauricien", 8 juin 2018)

Du pain béni, un alignement d’étoiles, une occasion pour marquer les esprits à Maurice et à l’étranger, pour imposer la peur, pour exister. Les ingrédients qu’attendait ce groupe d’individus sont arrivés sur un plateau : l’annonce de la marche des Lesbiennes, Gay, Bisexuels et Transgenre (LGBT) – dont  l’acceptation ne va pas de soi dans notre société dite « arc-en-ciel », une provocation idiote sur les réseaux sociaux, une classe politique sous anesthésie en période pré-électorale et enfin l’amalgame facile avec le Ramadan, temps où toute l’île Maurice, bienveillante, accompagne respectueusement ses filles et fils musulmans. Oui tout était là pour que, samedi dernier, ce groupe bien organisé trouve l’opportunité de passer à l’action.  

La manifestation non-autorisée sur la Place d’Armes n’avait absolument rien de religieux. La religion est une stratégie pour dévier l’attention, brouiller les cartes. Non, c’était un geste politique, au cœur même de notre démocratie. C’était une claque non seulement de la Public Gathering Act* mais à l’Hôtel du Gouvernement, sous le regard de tous ceux qui ont fait notre Histoire : Mahé de Labourdonnais, la reine Victoria, Sir John Pope Hennessy. C’était une gifle sonore à notre Constitution, un message clair à l’Etat, à quelques mètres seulement du Bâtiment du Trésor, de votre bureau, Monsieur le Premier ministre. Ce groupe vous disait, que vous et votre gouvernement ne lui faites pas peur, ainsi que les forces de l’ordre. Ces individus ont même osé une pancarte appelant à « met propre** » ! L’inimaginable a pu se faire, sous nos yeux et les vôtres.

Je m’attendais, Monsieur le Premier Ministre, à ce que vous ne perdiez pas une seconde, que vous preniez la parole samedi soir, pour dire avec fermeté que le respect de notre Constitution, de l’état de Droit n’était pas négociable. Je m’attendais à ce que les membres de l’opposition parlementaire et extra-parlementaire fassent de même immédiatement. J’imaginais même la convocation de l’Assemblée nationale en séance extraordinaire – car, oui, l’heure est grave – pour souligner les fondamentaux de notre vivre-ensemble. J’imaginais cette prise de parole sans délais pour rassurer la population – Mauriciens et visiteurs, les chancelleries, tous ceux qui voient notre pays comme un modèle de coexistence pacifique – et mettre en garde ceux qui parrainent ce mouvement qui s’est vu pousser des ailes. Qu’avons-nous constaté à la place ? Une incapacité à prendre la mesure de ce qui se jouait. Une sorte de démission collective.

© Deven T.

Je me permets de vous interpeller, Monsieur le Premier ministre et vous mesdames et messieurs les députés, parce que mes yeux ont vu le résultat de la banalisation d’actes semblables dans des zones de conflits. Mes oreilles ont entendu les cris de populations qui auraient tant voulu voir stopper ce type de cancer à sa naissance. Aujourd’hui, nous attendons que vous repreniez la main, que vous fassiez respecter la République, notre drapeau qui fête ses 50 ans, que vous soyez ce rempart face aux agendas de la frayeur. De grâce, laissez un instant vos additions d’électeurs pour l’essentiel, ce pour quoi vous avez été conduits à l’Assemblée nationale. Au nom de ce que nous sommes, posez des actes pour que nous puissions affirmer d’une voix et sans ambiguïté : AR NOU NON !***

* loi régissant les rassemblements publics

** "nettoyer"

*** "ICI, NON !"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica