Jean-Luc Mootoosamy
Journaliste, directeur de "Media Expertise".
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 févr. 2021

Les "frustrés" de Genève

Devant l'Office des Nations Unies, et malgré un froid glacial à Genève, des membres de la diaspora mauricienne en Suisse ont exprimé leur solidarité envers leurs compatriotes qui ont réclamé ce 13 février la démission du gouvernement de M. Pravind Jugnauth dans les rues de Port-Louis. Des lettres, alertant sur la situation dans cet Etat de l'océan Indien, ont été remises à l'ONU.

Jean-Luc Mootoosamy
Journaliste, directeur de "Media Expertise".
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des manifestants mauriciens devant le Palais des Nations à Genève, le 13 février 2021. © Jean-Luc Mootoosamy/ Media Expertise

Autour du Palais des Nations ce samedi, pas de distribution de « briani ». Pas de pétards non plus à la gloire du roi du jour. Rien de tout ce folklore. Seulement des drapeaux rouge, bleu, jaune et vert, battus par un vent polaire, et des Mauriciens qui ont mal pour leur pays. Il sont une vingtaine, debout sur une Place des Nations gelée, glaciale, glissante. Ils savent qu’ils ne tiendront pas longtemps avec les -3 °C qu’affiche le thermomètre et une impression de froid de -11 °C. Alors ils sautillent pour gagner du temps et manifester en même temps que leurs compatriotes 9'000 km plus loin. 

Patrice a fait plus de 5 heures de route depuis Zurich pour être présent à Genève ce samedi matin. D’autres Mauriciens viennent de Bienne, de Neuchâtel, de Lausanne. Bruno est employé des Nations Unies et « prend le risque » de participer à cette manifestation citoyenne malgré le devoir de réserve qu’impose son poste « parce que la situation à Maurice est trop grave ». Sharonne a prévu des « gâteaux piment » qu’elle partage généreusement avant qu’ils ne refroidissent. Mario, organisateur de cette manifestation a amené le café. Et tous le soulignent : ils ne sont pas là pour l’un des partis d’opposition « ancien ou futur allié de l’actuel gouvernement » venus chercher un nouveau souffle, ni pour les « opportunistes politiques qui changent d’allégeance » mais pour les citoyens qui n’en peuvent plus des scandales, des « assassinats maquillés en suicides », des contrats « offerts aux copains et copines ». Il sont aussi là pour soutenir ce groupe d’avocats, qui se fait appeler les « Avengers », et qui exhume chaque jour des secrets nauséabonds de proches du pouvoir politique.

Ces Mauriciens qui réclament la démission de l’actuel gouvernement ont écrit à la Directrice générale de l’Office de l’ONU à Genève, à la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme et à la Présidence du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Ils dénoncent « l’injustice, le népotisme, les menaces contre les droits humains et la corruption, devenus la nouvelle norme à Maurice, ce qui est inacceptable ». Les manifestants alertent contre "la perte d'indépendance des garants de la protection de la nation, influencés par le gouvernement".

Une des pancartes des manifestants à Genève. © Jean-Luc Mootoosamy/ Media Expertise

« Une bande des frustrés »

Et la réponse du Premier ministre ?  « Une bande des frustrés », a-t-il estimé ce samedi après-midi. Des propos repris sur sa chaîne de télévision nationale, suivis d’applaudissements de ses partisans. Pour M. Pravind Kumar Jugnauth, ces marcheurs sèmeraient "la haine ethnique", "la violence". Il met tout le monde dans le même lot de « frustrés ». Cela comprendrait donc aussi les membres de la diaspora dont ce jeune Lucas qui, ce samedi à Genève, portait contre son cœur un panneau réclamant « Peace and Justice ». Lucas qui entonnait l’hymne national les yeux fermés, ferait donc aussi partie de cette « bande de frustrés », selon le Premier ministre mauricien.

Au lieu de prendre de la hauteur puisqu'il compte bien gouverner encore quatre ans, au lieu de rechercher l'apaisement pour prendre de court toutes les critiques, au lieu de rappeler, par exemple, qu'il a accepté la démission d'un de ses ministres soupçonné dans une affaire d'emploi fictif, M. Jugnauth préfère relancer la machine qui l'oppose à une partie de la population. Après « insignifiants » qu'avait lâché un de ses bruyants ministres, voici venir « frustrés ». Une maladresse de plus...

Dans de telles circonstances, M. le Premier ministre, que dire si ce n'est reprendre, avec une certaine consternation, ces paroles chantées par vos sympathisants : "Pravind, TO FORT !".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé