Jean-Luc Mootoosamy
Journaliste, directeur de "Media Expertise".
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2021

Rangez la guillotine, M. le Premier ministre !

Ce vendredi 26 novembre 2021, le Premier ministre mauricien présente au vote un amendement de loi pour durcir les conditions de diffusion des radios privées. Il veut par la même occasion faire tomber le secret des sources des journalistes de ces radios. Ma lettre ouverte à Pravind Kumar Jugnauth.

Jean-Luc Mootoosamy
Journaliste, directeur de "Media Expertise".
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

M. le Premier ministre, aucune colère, aucun agacement, aucun caprice, aucun « conseil » de votre entourage, ne saurait justifier ce que vous vous apprêtez à faire voter ce vendredi 26 novembre. En pleine pandémie de Covid-19, vous présentez un amendement bâillon pour étouffer le peu d’espace encore disponible à une parole libre à Maurice. M. Le Premier ministre, cet « Independent Broadcasting Authority (Amendement) Bill » que vous allez passer - flanqué d’un certificat d’urgence - est un acte de décès pour les ondes privées, pour la parole libérée, pour le journalisme. Vous voulez guillotiner ce qu’il nous reste de démocratie.

Quelle ironie M. Pravind Kumar Jugnauth ! En 2002, feu votre père, alors Premier ministre, disait que la libéralisation des ondes était une de ses plus belles réussites. Presque 20 ans plus tard, vous allez en devenir un fossoyeur.

M. Jugnauth, vous êtes le seul à pouvoir faire marche arrière. Ceux de vos rangs que cet amendement gêne ne vous le diront pas. Il faudrait être courageux. Et cela fait longtemps qu’il ont peint leur amour propre en orange. Cela vaut aussi pour quatre de vos honorables qui doivent aux radios une bonne partie de leur popularité supposée. Un recul n’est pas une honte. Vous montrerez que vous êtes vraiment capable d’accepter la contradiction, les avis contraires, la voix de certains opposants, que vous êtes au dessus de la mêlée. C’est dans votre intérêt.

Votre texte introduisant le concept de radio à durée déterminée les réduira au silence, à court terme. Vous faites passer le permis d’opération de trois ans à une année et doublez le coût du renouvellement.  Qui va pouvoir se maintenir sur le long terme dans un contexte aussi incertain, à moins de vous plaire ? Et s’il n’y avait que cela… vous voulez introduire l’impensable : faire tomber le secret des sources, base du journalisme, via des juges. Cet amendement qui entend proposer un « code d’éthique », empêcherait les journalistes d'exercer un devoir élémentaire que dicte la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes, charte de Munich de 1971, qui demande de « garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement ». M. Jugnauth, vous nous demandez de renier nos engagements !

Surprenez-nous, lancez un dialogue, trouvez des médiateurs acceptés, respectés. Il y en a. Oui il y a des abus, des dérapages. Les médias devraient arrêter d'être indulgents et mettre de l'ordre dans leurs rangs. Mais les lois actuels existent pour régler cela. 

Plus que jamais, notre population traumatisée par la pandémie a besoin d’information, d’une parole libre et - en passant - de l’application stricte de la loi régissant l’audiovisuel public, chaque soir violée (cela ne vous a probablement pas échappé) par certains de vos fidèles. Quel signal lancez-vous aux Mauriciens ? Quel message passez-vous à nos voisins - les Seychelles par exemple - qui prennent une direction totalement opposée à vos choix. Comment allez-vous être perçu par la communauté internationale ?

Des citoyens se mobilisent. Les radios privées se préparent déjà au combat légal. Il est clair que certaines antennes devront redevenir impartiales pour éviter que des manquements aux règles punissent l'ensemble du secteur. Sachez cependant M. Le Premier ministre que, quels que soient les obstacles que vous comptez imposer aux femmes et hommes de radio qui font ce métier avec leurs tripes, ils feront face. Nous ferons face. Le premier devoir d’un journaliste - et du média qu’il représente - est de « respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité ». Oui, M. le Premier ministre, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau