Jean-luc VARIN
Producteur de médias et de contenus pour l'activité publique sociale et solidaire
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 janv. 2017

L’ÉTAT SEMBLE INCAPABLE D’ASSUMER SA RAISON D’ÊTRE

Pendant les fêtes de fin d’année, on m’a demandé des sous pour tout un tas de causes sociales et médicales qui en valent vraiment la peine. Cela en dit long sur l’incapacité de l’État à assumer aujourd’hui ce qui fait sa raison d’être : la solidarité nationale. Son incapacité ou sa démission ?

Jean-luc VARIN
Producteur de médias et de contenus pour l'activité publique sociale et solidaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je fus frappé, pendant les « fêtes » de fin d’année 2016, par le nombre de publicités — non sollicitées bien entendu — que m’a fait subir la seule radio que j’écoute encore un peu : France Inter. On m’y demandait de l’argent pour tout un tas de causes diverses, aussi vertueuses les unes que les autres, à chaque plage de publicité, c’est comme si la charité chrétienne envahissait les ondes. On m’a demandé des sous pour les Chiens guides d’aveugles, pourquoi pas ? Pour la recherche contre le cancer. Très important. Pour le Téléthon, c’est-à-dire la recherche contre des maladies neuro-dégénératives comme la myopathie. Essentiel ! Les enfants malades sont tellement mignons et courageux ! Pour la Fondation pour la recherche médicale, on m’a demandé un lègue. Personnellement, je n’ai que des dettes à léguer pour l’instant, mais bon ! On m’a demandé de léguer mes biens aussi à la Fondation de France pour des associations diverses, à l’Institut du Cerveau et de la moelle épinière, aux Villages d’enfants, à la Fondation Abbé Pierre pour des logements décents pour tout le monde. J’en ai même peut-être oublié un ou deux.

Toutes ces causes sont éminemment utiles et urgentes, communes, publiques, collectives et il faudrait que la culpabilité personnelle de chacun oblige à « faire un geste » pour sauver l’humanité souffrante.

Cela en dit long sur l’incapacité de l’État à assumer aujourd’hui ce qui fait sa rasion d’être : la solidarité nationale. Son incapacité ou sa démission ?

10 % de la population gagne 1000 fois plus que moi et planque son fric en Suisse pour ne pas payer d’impôts, dans les Iles Caïmans, le Luxembourg, les Iles anglo-normandes, l’Irlande, la Barbade et ailleurs, et on ne donne pas à l’administration de Bercy les moyens d’aller récupérer le fruit de cette « optimisation fiscale » qui permettrait de fournir à la recherche médicale et au logement social les moyens de se développer.

Et les gouvernements des pays soi-disant développés, pas seulement le mien, sont finalement complices des escrocs internationaux qui ne veulent pas partager ce qu’ils ont acquis sur le travail des autres ! Comment faire, franchement ?  

L’utopie la plus concrète, aujourd’hui, c’est un grand coup de pied dans la fourmilière, me semble-t-il. Ce système qui fonctionne si mal n’est plus réformable, ça se voit comme le nez au milieu de la figure de Bolloré, Ghosn, Arnaud, Bettencourt et consorts. Ou alors, qu’on m’explique comment, concrètement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai