UNE BONNE IDÉE : TRANSFORMER AIR FRANCE EN SCIC !

Air France a des problèmes de dialogue social parce que les dirigeants, ça se voit bien sur les images télé, n’ont pas su gagner la confiance de tous leurs salariés… Pas vraiment étonnant, les dirigeants en question gagnent quelques dizaines de milliers d’euros par mois et ils leur parlent de faire des sacrifices parce que les Cie low cost, etc., etc. Et les personnels au sol — qu’on ne voit jamais interviewés au 20 heures vous l’aurez remarqué — trouvent qu’ils sont méprisés, forcément, et ça les met en colère ! Ils exagèrent !

Il y a une solution : transformer Air France en Société coopérative d’intérêt collectif (Scic). Si, ça existe. C’est une coopérative dans laquelle les pouvoirs publics peuvent investir. Pour monter un service public de restauration collective locale avec la participation des communes, des fonctionnaires et des fournisseurs, ou bien pour monter une filière de bois-énergie, c’est l’idéal. Rien n’empêche d’en monter une pour gérer une compagnie aérienne. Le conseil d’administration serait composé de l’Etat et des collectivités qui investissent, ainsi que des salariés (un sociétaire égale une voix, quel que soit son salaire), des représentants des fournisseurs (ADP, Airbus,…) et des associations de clients.

Evidemment, au début, ça ferait beaucoup de discussions ! Mais avec les économies réalisées sur les salaires des dirigeants (y compris leur prime d’habillement) et les pilotes, la Scic pourrait exiger d’Airbus, autre entreprise publique européenne, de faire les recherches nécessaires pour que très vite tous les avions soient équipés de moteurs hybrides avec des batteries chargées au décollage et alimentées en route par l’éolien et le solaire, ce qui devraient réduire d’au moins 50 % la consommation de kérozène. Ce qui ferait beaucoup d’économies !

Et alors ce serait les compagnies low cost qui crieraient à la concurrence déloyale et ça serait très rigolo ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.