30 milliards pour l'écologie contre 100 milliards pour rafistoler le nucléaire

Le plan de relance prévoit 30 milliards d'euros pour la transition écologique et notamment l'hydrogène. Fort bien ! Mais un Président éclairé pourrait dire : "En même temps, c'est une somme dérisoire, sachant que 100 milliards sont budgétisés d'ici 2030 pour rafistoler nos vieilles centrales nucléaires". Quand la France abandonnera-t-elle son addiction nostalgique et mortifère au nucléaire ?

Bien sûr, on peut applaudir un plan de relance qui fait la part belle à la transition écologique et notamment à l'hydrogène.

Mais ne soyons pas dupes: la France avance encore à reculons, car le budget du nucléaire est écrasant par rapport à ce plan de relance.

Rien que pour le "grand carénage" (en clair: un plan de rafistolage des vieilles centrales nucléaires), le budget prévu dépasse 100 milliards d'ici 2030.

En Allemagne et ailleurs, il semble déjà évident que l'hydrogène renouvelable va remplacer le pétrole, mais aussi le nucléaire.

Il est aussi dangereux qu'absurde d'investir encore dans les centrales nucléaires.

A la lumière de Fukushima, il est est permis de penser que, si une seule centrale explose en France, les conséquences sanitaires et économiques seront très nettement pires que celles du covid-19.

Sans parler de catastrophe, il est chaque jour un peu plus certain que l'avenir économique de la planète sera fondé sur l'hydrogène renouvelable, et plus du tout sur le nucléaire.

Ce n'est pas seulement les énergies fossiles qui n'ont plus d'avenir, c'est aussi le nucléaire.

Il est absurde, voire débile ou méchant, de gâcher encore l'avenir de jeunes ingénieurs en les enfermant dans les démons du passé.

Il faut développer un savoir-faire et une industrie de l'hydrogène renouvelable, sinon la France deviendra dépendante de l'étranger.

Aujourd'hui, la France peut décider de devenir un tout grand leader de l'hydrogène renouvelable.

C'est maintenant ou jamais qu'il faut investir massivement dans l'hydrogène renouvelable.

Il suffit de ré-orienter rapidement les 100 milliards du "grand carénage" pour les consacrer à la transition énergétique et d'abord à l'hydrogène renouvelable.

Qu'on se le dise de-ci de-là... jusqu'à convaincre les responsables.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.