Hydrogène renouvelable vs. Gazprom

Ce 4 mars, pendant que les marchés boursiers faisaient grise mine à cause des troupes russes en Ukraine, les valeurs "hydrogène" sur le Nasdaq s'envolaient, qu'il s'agisse de BLDP, FCEL, HYGS, PLUG ou HYSR. Cette dernière société (dont il fut question dans un précédent billet à propos de la production d'hydrogène sur le mode de la photosynthèse) bondissait de près de 500% en une seule séance.

Ainsi, l'économie de l'hydrogène semble être dopée par les tensions géo-politiques liées à l'approvisionnement en énergie.

Simple coïncidence ou lien de cause à effet?

La seconde hypothèse s'expliquerait aisément, car l'hydrogène renouvelable peut être produite partout sur la planète. La production d'hydrogène renouvelable dans chaque pays permettrait d'échapper aux chantages ou représailles tels que ceux opérés par la Russie de Poutine qui utilise les tarifs de Gazprom à des fins politiques contre une Ukraine qui se rapproche de l'Europe.

L'hydrogène renouvelable présente donc des avantages en matière géo-politique, en plus de ses avantages fondamentaux en matière d'environnement.

Cela nous ramène au livre de Jérémy Rifkin sur l’Économie Hydrogène en 2002, un livre visionnaire qui traitait surtout des conséquences géopolitiques d'un nouvel ordre économique basé sur l'hydrogène renouvelable comme nouveau vecteur énergétique.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.