Le PDG de TOYOTA engage sa vision de l’hydrogène renouvelable: une vidéo historique

Un pas décisif a été franchi. C'est un lever de rideau. Le patron de Toyota ouvre le futur théâtre automobile de l'hydrogène renouvelable.

C’est un fait historique majeur à propos d'hydrogène énergétique, le plus marquant depuis la vision initiale de Jules Verne (ici).

Akio Toyoda introduces Toyota's "Mirai" Fuel Cell Sedan © Toyota Global Newsroom

Aiko Toyoda sait bien ce qu’il fait. L’histoire retiendra cette vidéo. C’est  bien plus que le clip de lancement d’une voiture, c’est le lancement d’une ère nouvelle, celle de (ce que j’appelle) l’hydrogène renouvelable. Cette ère annonce le déclin de l’ère des énergies fossiles (pétrole, nucléaire, charbon, etc.) C’est le PDG d’un des principaux groupes automobiles qui nous dit: l’avenir c’est la voiture à hydrogène et l’hydrogène peut être produit même à partir de déchets.

Ce patron mérite notre confiance. C’est une autorité mondiale en matière automobile et il engage l’avenir d’un géant de l’automobile.

Imaginons, par contraste, que ce soit un homme politique qui nous présente sa vision des choses. Bien que responsable de l’avenir, un homme ou une femme politique est bien moins crédible pour présenter une vision industrielle majeure, car

  • Primo, les politicien-ne-s ne sont guère impliqués dans le concret des choses, notamment en matière scientifiques et techniques.
  • Secundo, le long terme ne les concerne pas. Prenons Hollande ou Sarkozy: dans une dizaine d’années, ils seront hors circuit. Leur avenir sera derrière eux. Leur carrière limitée ne dépend pas des générations futures.
  • Tertio, les politicien-ne-s font trop souvent la jeu des puissants lobbys industriels qui sont le plus souvent conservateurs: ils ont pour mission de gonfler et surtout de perpétuer des intérêts existants. Dans le monde énergétique, les lobbys des énergies fossiles (nucléaire, pétrole, gaz, charbon) sont très influents dans bien des pays dont la France.

C’est tout autre chose pour Monsieur Aiko Toyoda, le PDG de Toyota.

  • Primo, il est aux affaires et la famille Toyoda est dans le peloton de tête de l’industrie automobile depuis 80 ans. Il maîtrise les tenants et aboutissants de cette industrie. Toyota s'inscrit dans le passé et dans le futur de cette industrie majeure.
  • Secundo, quand il présente l’avenir, il s’engage personnellement, mais surtout il engage toute sa compagnie qui va devoir prendre un terrible virage. Ce sont plus de 300 000 employés qui vont devoir réaliser sa nouvelle vision des choses et sa décision de changer de cap.
  • Tertio, Monsieur Aiko Toyoda, bien qu’il se présente modestement, est suffisamment habile et puissant pour décourager voire désarmer les lobbys des énergies fossiles.

Tout cela pour dire, qu'il ne faut pas attendre que les politicien-ne-s nous donnent une vision industrielle de l'avenir. En revanche, on peut espérer que quelqu'un comme Hollande, actuellement aux commandes de la France, regarde la vidéo d'Aiko Toyoda et s'en inspire pour développer ses politiques.

Cela ne fait aucun doute: Monsieur Aiko Toyoda réussira à faire en sorte que sa vision du futur se réalise significativement dans les 10 ou 20 ans qui viennent. Il est permis de penser que ses concurrents attendent l’entrée en scène de Toyota pour proposer eux aussi des voitures à hydrogène.

A ce propos, il convient de préciser que c’est le coréen Hyundai qui a commercialisé le premier véhicule de série doté d’une pile à combustible: c’est la Ix35 Fuel Cell. Air Liquide en a immatriculé 2 en France. Mais l’annonce de Toyota va sans doute marquer les esprits de manière déterminante, surtout quand c’est le patron de Toyota en personne qui met tout son poids dans la balance pour présenter la MIRAI, littéralement la voiture du futur. J'avoue rêver d'une telle voiture, et c'est la première fois de ma vie que je rêve d'une voiture.

P.S. Plutôt que de rédiger un trop long billet, je compte revenir ultérieurement sur ce sujet historique. JLH

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.