Jean-Lucien HARDY
retraité
Abonné·e de Mediapart

413 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2021

La définition du mot "vaccin" vient de changer en 2021

Aux USA, un professeur associé en médecine se demande si le prétendu vaccin covid n'est pas simplement un médicament que l’appellation "vaccin" permet de rendre obligatoire tous les 6 mois.

Jean-Lucien HARDY
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Maintenant que Macron en pleine crise d’irresponsabilité historique vient d'annoncer que la France rempile sur le nucléaire avec des milliards d'euros qui n'iront pas aux renouvelables et qui aggraveront la menace nucléaire, force est de constater que la France est faite d'une majorité d'esprits moutonniers, obéissants et sans jugeote qui prétendent fuir la peste climatique en développant le choléra nucléaire.

Si l'esprit moutonnier à propos du nucléaire n'est pas partagé dans les pays voisins de la France, force est de constater que, malgré la circulation généralisée des informations, la tendance moutonnière s'observe partout dans le monde et notamment à propos de vaccination covid.

Aux USA, Peter Doshi, professeur associé d'université en médecine/pharmacie, appelle au bon sens et à l'esprit critique à propos du vaccin du covid-19. Il incite ses étudiants à aller au-delà des prétendues évidences qui commencent par "Everybody knows blablabla ..." [Tout le monde sait blablabla].

Ce professeur de médecine constate que la définition de "vaccine" dans le dictionnaire Webster vient d'être assouplie et simplifiée pour y faire entrer les produits à base d'ARN messager.

Avant 2021, la définition du Webster était: "A preparation of killed microorganisms, living attenuated organisms, or living fully virulent organisms that is administered to produce or artificially increase immunity to a particular disease."
["Une préparation de micro-organismes tués, d'organismes vivants atténués ou d'organismes vivants pleinement virulents qui est administrée pour produire ou augmenter artificiellement l'immunité contre une maladie particulière."]

Depuis 2021, la nouvelle définition (ici) est : "A preparation that is administered (as by injection) to stimulate the body's immune response against a specific infectious agent or disease."
["Une préparation qui est administrée (comme par injection) pour stimuler la réponse immunitaire du corps contre un agent infectieux ou une maladie spécifique."]

Voilà ce que c'est d'avoir des dictionnaires en ligne. Ils permettent de vite ré-écrire l'histoire et de duper les gens.

Peter Doshi remarque aussi que la pandémie est présentée comme une pandémie des non-vaccinés, alors que selon lui rien ne prouve l'efficacité du prétendu vaccin, ni les essais cliniques d'avant la commercialisation, ni les données obtenues depuis la vaccination à grande échelle.

Il constate que c'est le fait d'appeler "vaccin" un nouveau médicament qui ouvre la porte à des mandats rendant obligatoires ce médicament de manière récurrente. A contrario, qui prendrait volontairement un médicament qui n'empêche ni la maladie ni la contagion ?

Voici le lien vers l'intervention de ce professeur: Did we just change SCIENTIFIC definition of a VACCINE?

Il faut remarquer aussi que le vaccin est financé par les deniers publics et que dès lors sa consommation même récurrente est gratuite (et d'autant plus qu'elle est imposée par des lois), ce qui ne serait pas le cas pour un autre médicament.

A mon sens, ce professeur de médecine nous invite à réfléchir à propos de la gigantesque arnaque dont nous sommes victimes, une arnaque mondiale dont l'un des grands orchestrateurs pourrait bien être sa majesté Bill Gates, le second pourvoyeur de fonds de l'Organisation Mondiale de la Santé qui édicte la bible mondiale en matière de santé publique. On se rappellera qu'au début de 2020, c'est Bill Gates qui est monté au créneau et s'est mis en scène, tel un gourou inspiré d'une vision, pour marteler en anglais le mot "vaccine". Son coup de poker était de faire passer la pilule d'un nouveau médicament qui allait rapporter gros à sa nébuleuse philanthrocapitaliste à condition que ce médicament s'appelle un "vaccin". On imagine mal que Bill Gates se soit exprimé sans le concours de spécialistes de la communication... et du mensonge. Moralité: quand on ne peut pas gagner et qu'on s'appelle Bill Gates, il suffit de changer les règles du jeu, d'imposer une nouvelle acceptation du vocabulaire de base et d'attendre l'approbation des esprits moutonniers qui sont majoritaires dans les populations des pays prétendument démocratiques.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles